8.4 C
Bruxelles
Monday, Octobre 3, 2022

Biélorussie. Des experts en droits dénoncent le retrait d'un accord clé sur l'environnement

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Ukraine : des experts de l'AIEA arrivent à Zaporizhzhia avant leur mission dans une centrale nucléaire

Ukraine : des experts de l'AIEA arrivent à Zaporizhzhia avant leur mission dans une centrale nucléaire

0
Des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sont arrivés mercredi dans la ville ukrainienne de Zaporizhzhia
Ukraine. Un accord urgent est nécessaire pour mettre fin aux combats autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

Ukraine. Un accord urgent est nécessaire pour mettre fin aux combats autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

0
Un accord est nécessaire de toute urgence pour rétablir la centrale nucléaire de Zaporizhzhia (ZNPP) en Ukraine en tant qu'infrastructure purement civile et empêcher une catastrophe potentiellement "catastrophique" au milieu du conflit en cours, a déclaré mardi la chef des affaires politiques de l'ONU, Rosemary DiCarlo, au Conseil de sécurité. 
Des experts de l'ONU ont dénoncé mercredi la décision de la Biélorussie de se retirer d'un accord international qui défend le droit des personnes à accéder à l'information, ainsi qu'à la justice, en matière environnementale. 
Les Convention d'Aarhus, adoptée en 1998, exige également que les personnes exerçant ces droits ne soient pas persécutées, pénalisées ou harcelées pour cela. 

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a signé un décret le 18 juillet mettant effectivement fin à la participation du pays. Le retrait devrait prendre effet le 24 octobre, conformément à l'article 21 de la Convention. 

Renforcer les droits, assurer la conformité 

En dénonçant cette décision, les experts de l'ONU noté que la convention d'Aarhus a remporté un succès considérable dans le renforcement des droits d'accès, du développement durable et de la démocratie environnementale. 

Ils ont déclaré qu'il s'agissait d'un exemple phare parmi les instruments internationaux sur la mise en œuvre des obligations en matière de droits de l'homme relatives à la protection de l'environnement, en particulier les droits à l'information, à la participation du public et à la justice. 

"La clé du succès de la Convention d'Aarhus a été le travail de son Comité de conformité, y compris la capacité des membres du public à porter devant le Comité des cas de non-respect présumé de la Convention", ont-ils ajouté. 

Persécution et harcèlement 

Le Comité de respect des obligations en tant que mécanisme non conflictuel, non judiciaire et consultatif, selon les experts, et ses conclusions ont considérablement fait avancer la mise en œuvre de la Convention. 

Ils ont rappelé que depuis 2014, le Comité a examiné de près la conduite du Bélarus en ce qui concerne la persécution, la pénalisation et le harcèlement des défenseurs des droits environnementaux. Les membres ont également travaillé pour aider le pays à remédier à la non-conformité. 

Malgré cela, le Comité a constaté que le Bélarus n'avait pas encore donné suite à ses recommandations et s'est déclaré gravement préoccupé par la détérioration rapide de la situation des défenseurs des droits de l'homme dans ce pays. 

Peu de temps après, le Comité a conclu que la liquidation en août 2021 d'une organisation non gouvernementale environnementale était un autre incident de persécution, de pénalisation et de harcèlement.  

Compte tenu de la gravité de la situation, les autres États parties à la Convention ont décidé de suspendre les droits et privilèges spéciaux accordés au Bélarus. 

Renforcer l'engagement 

Les experts de l'ONU ont déclaré que les pays mécontents de l'issue des cas, décidés par le Comité de conformité, ne devraient pas se retirer de la Convention. Au lieu de cela, ils devraient renforcer leur engagement envers les droits de l'homme, le développement durable et la démocratie environnementale. 

« Les pays doivent prendre des mesures concrètes pour garantir la jouissance effective des droits à l'information, à la participation du public et à la justice, et cela comprend la garantie d'un environnement sûr et propice pour les défenseurs des droits de l'homme environnementaux et tous les autres représentants de la société civile », ont déclaré les experts. 

« Protéger les défenseurs des droits de l'homme contre les violations commises par des acteurs étatiques et non étatiques est crucial pour la protection de l'environnement et des droits de l'homme qui en dépendent ». 

À propos des experts de l'ONU 

Les sept experts qui ont publié la déclaration ont été nommés par l'ONU Droits de l'Homme du Conseil, situé à Genève. 

Ces rapporteurs spéciaux ont reçu pour mandat de surveiller et de faire rapport sur des situations nationales spécifiques ou des questions thématiques, telles que la promotion et la protection des droits de l'homme dans le contexte du changement climatique. 

Les experts servent à titre individuel et ne font pas partie du personnel de l'ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.  

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles