10 C
Bruxelles
Monday, Octobre 3, 2022

"Aujourd'hui est un jour férié, vous ne pouvez pas le laver!" Comment parler aux superstitieux ?

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Comment expliquer aux personnes superstitieuses que divers signes n'ont rien à voir avec la fête orthodoxe ?

Le site www.pravmir.ru explique dans une série d'entretiens d'Oksana Golovko avec des ecclésiastiques orthodoxes.

Pour certains, l'essence des vacances est que ce jour-là, il est impossible de se laver, de se couper les cheveux et il n'est pas souhaitable de travailler. Comment expliquer à de telles personnes que tous ces signes n'ont rien à voir avec la fête ? Cela vaut-il la peine de parler si on ne vous le demande pas ? Et s'ils demandent – ​​comment répondre correctement ? Les prêtres conseillent.

Pas de remarques non sollicitées

Archiprêtre Nikolai Sokolov, recteur de l'église Saint-Nicolas de Tolmachi à la galerie nationale Tretiakov, doyen de la faculté missionnaire du PSTGU :

– Ce n'est pas la peine d'approcher spécialement et de commencer à raisonner quand on ne vous le demande pas. Il y a des choses que vous pouvez comprendre en venant à l'Église, en lisant les Saintes Écritures, en connaissant la foi de l'intérieur et en ne regardant pas de l'extérieur. D'après nos remarques et édifications non sollicitées, une personne ne commencera certainement pas immédiatement à devenir église.

"Personne ne va en enfer pour manger et boire", a déclaré un prêtre. Chacun doit prendre soin de lui, donner l'exemple – comment doit être un chrétien – telle sera la mission. Peut-être voudrez-vous l'aborder plus tard avec des questions. Mais intervenir avec des conseils et des explications quand on ne nous le demande pas, cela peut avoir un effet absolument opposé.

Oui, les gens ne comprennent pas le sens des vacances, ils ne se lavent pas, ils ne nettoient pas, ils ne se tressent pas les cheveux, ils grimpent pour nager, c'est leur affaire. Quoi, le Seigneur les punira pour cela? C'est pire quand les gens comprennent tout, ils le savent, mais ils se fâchent et condamnent.

Si une personne elle-même a posé une question, alors il est important de répondre sans hauteur, que vous êtes dans l'Église depuis longtemps, vous comprenez tout, et il est tellement «sans éducation». Seule une réponse bienveillante, avec amour, peut être entendue.

Si vous sentez que vous ne pouvez pas expliquer et dire intelligiblement, il est préférable de référer la personne au prêtre.

Pas seulement "diffuser"

Abbé du monastère Nikolsky du diocèse d'Omsk, higoumène Zosima (Balin):

– Avant de commencer une histoire sur une fête ou un événement religieux, cela vaut la peine de demander mentalement l'aide de Dieu et de mobiliser tout votre potentiel intérieur de bienveillance et de philanthropie. Sans ces deux composants, tous vos efforts seront vains.

Le succès de la moitié de l'entreprise (au moins) dépend de l'attitude avec laquelle vous "missionnaire". Vous devez être préparé au fait que votre interlocuteur n'est pas du tout désireux de plonger dans l'abîme de la haute théologie. Démarrez une conversation au niveau du ménage, à propos des bougies et de l'icône sur laquelle les mettre. Et puis parlez du contenu de la fête et de sa signification profonde.

Méfiez-vous de "déverser" tout votre bagage spirituel et intellectuel sur l'interlocuteur.

Vous n'avez pas seulement besoin de diffuser, vous devez voir et ressentir la réaction d'une personne. Tendez les fils de connexion à des choses qui lui sont familières, par exemple, dites-nous quelle église dans votre région a l'icône sur laquelle portait la conversation. Suggérez peut-être de vous arrêter pour prier et allumer une bougie lorsqu'une minute libre apparaît.

N'hésitez pas à vous poser plus souvent la question: "Comment pourrais-je construire une histoire sur une fête religieuse, ou une image vénérée, ou la vie d'un saint de Dieu?"

Et, surtout, rappelez-vous que le résultat dépend toujours du Seigneur et de sa toute bonne volonté, afin de ne pas vous fâcher si vos semailles ne portent pas de fruits immédiatement.

Première étape, deuxième étape, troisième étape…

Archiprêtre Igor Gagarine, recteur de l'église Jean-Baptiste du village d'Ivanovskoïe :

– Il est impossible de donner une seule réponse à cette question, de conseiller une recette pour toutes les occasions. Vous devez avoir le sens du tact. Parfois il faut parler, s'expliquer, et parfois se taire. Tout dépend de la situation spécifique, de l'interlocuteur, de sa capacité à entendre.

D'une part, bien sûr, nous devons témoigner de notre foi et, si possible, en dire ce que nous estimons nécessaire. Mais cela doit être fait avec sagesse.

Tout le monde connaît l'expression « ne jetez pas de perles devant les pourceaux » (Matthieu 7 :6). Cela ne signifie pas du tout que je doive regarder tous les gens comme s'ils étaient des cochons. Mais je dois évaluer sobrement la situation et voir s'il y a le bon sol, sur lequel tomber, mes paroles porteront les fruits appropriés.

Dans la plupart des cas, les gens n'aiment pas qu'on leur apprenne à vivre, ils s'énervent lorsque vous commencez à les corriger, en leur faisant remarquer quelque chose. Nous n'avons certainement pas besoin de ce genre de réaction.

Essayer de pousser une personne vers la foi est le meilleur moyen de l'en éloigner.

Donc pas besoin de pousser. Mais si vous voyez qu'une personne elle-même cherche des réponses à certaines questions, elle acceptera avec gratitude ce qu'elle entend de vous, si vous voyez qu'elle-même tend la main pour le savoir, et non vous le poussez, c'est complètement matière différente.

Il est nécessaire de parler de la foi, mais faites-le avec beaucoup de soin, de tact, de gentillesse, d'amour. Et seulement si, je le répète, j'ai des raisons de croire que je serai entendu, qu'une personne acceptera mes paroles non pas comme une tentative de lui imposer quelque chose.

Quant aux questions « stupides »… Ne vous précipitez pas pour les considérer comme stupides. Dans une question sur la foi qui nous est adressée, aussi stupide que puisse paraître cette question, il y a toujours quelque chose de juste et de sain.

Après tout, si une personne se présente et demande, par exemple, de conseiller une icône "pour la bonne chance au travail", vous pouvez regarder la situation des deux côtés. D'une part, il y a une sorte d'approche magique. Une personne pense qu'il est nécessaire de faire ceci, ceci et cela, et le résultat devrait être positif. Nous voulons condamner.

Mais, d'un autre côté, on peut regarder différemment: une personne comprend qu'elle n'a pas assez de sa propre force, elle a besoin de l'aide d'en haut. Ici, il demande cette aide. Mais, comme il n'a aucune expérience d'église, il peut le faire maladroitement et, à première vue, même stupide.

Traitez cela avec respect, dites : « Il est très juste et bon que vous soyez venu et que vous ayez compris que vous devez vous tourner vers Dieu et l'Église pour obtenir de l'aide, que vous cherchez le bien, Dieu, cherchez un saint qui vous aidera. vous dans cette conversion. Bon, alors il est important d'essayer de lui expliquer avec bienveillance que le point n'est pas devant quelle icône pour quoi prier...

Il est important non seulement ce que nous disons, mais aussi comment nous le disons. Lorsque nous le faisons avec patience, avec bienveillance, peut-être en exprimant notre approbation à une personne, alors il y a une chance que nous soyons entendus et compris correctement.

La bonne volonté, la convivialité sont des conditions indispensables pour un travail missionnaire réussi.

Il me semble que nous devrions toujours nous en souvenir dans notre communication avec des personnes qui ne font que faire le premier pas dans l'Église, afin que la communication avec nous éveille en elles le désir de faire à la fois le deuxième et le troisième...

Sans démagogie analphabète

Archiprêtre Maxim Brusov, recteur de la cathédrale de la Trinité dans la ville de Yakhroma, district de Dmitrovsky, région de Moscou :

—Depuis l'époque de l'évangile biblique, le travail missionnaire quotidien a souvent acquis un caractère instructif. Le témoignage missionnaire, hors du contexte de l'expérience personnelle, dévie facilement vers la démagogie, le plus souvent analphabète. Cette situation ne peut être nivelée que par la prédication "quotidienne" de personnes qui ont des connaissances théologiques et qui ont une expérience personnelle dans l'application de ces vérités dans leur vie personnelle, par rapport à l'expérience de l'Église du Christ.

La communauté est un contrepoids à la personnification et une garantie que le témoignage personnel n'est que la clé de la porte qui ouvre l'expérience de la vie chrétienne. La vie de la communauté eucharistique comme une seule famille dont le chef est le Christ.

Si une personne n'est pas encore prête à entrer dans la communauté, il existe un autre moyen - l'auto-éducation. Les conditions idéales ont été créées pour cela - beaucoup de littérature, divers médias, c'est à la petite chose près - le désir d'une personne d'entendre la parole du sermon, mais cette expérience doit aussi être comparée à l'expérience des personnes qui composent l'Église.

Quant à la question de la prédication personnelle, je pense que ce n'est possible que dans une situation où ils veulent vous entendre. Les réponses doivent être extrêmement honnêtes, non hypocrites et non contraires à vos principes de vie. Ce n'est que dans ce cas qu'il est possible d'atteindre l'objectif principal du chrétien, même s'il s'agit d'une mission "domestique" - éveiller la confiance personnelle dans le Christ, dans l'Église, éveiller chez une personne le désir de salut.

À propos des sanctuaires et des sanctuaires et de la manière de gérer les superstitions «orthodoxes», de l'influence des superstitions sur la vie paroissiale et des moyens de lutter contre ce phénomène dans une conversation entre Ksenia Smirnova et l'archiprêtre Sergiy Rybchak, recteur de la paroisse Pierre et Paul de la ville de Diocèse de Polevskoï Iekaterinbourg :

L'évangile est le principal remède contre la superstition

Si une personne veut comprendre ce que devrait être l'esprit et le mode de vie d'un chrétien, alors laissez-le ouvrir l'Évangile, les épîtres des apôtres, il y a beaucoup de littérature de vie. Et voir des exemples concrets. Et que d'exemples de ces braves gens que l'Église glorifie aujourd'hui comme de nouveaux martyrs !

Quand je suis venu en tant que jeune prêtre à la paroisse de l'église des Saints Apôtres Pierre et Paul, j'ai rencontré beaucoup de superstitions. Malheureusement, le prêtre qui était devant moi s'est avéré être leur vivier. Il n'avait aucune éducation spirituelle - alors il y avait un énorme besoin de clergé, les églises ont été rendues, il n'y avait personne à servir et les premiers croyants qui sont venus ont été nommés. Il n'y avait personne pour s'expliquer.

Pendant une année entière ou plus, j'ai réuni des paroissiens dans le temple deux ou trois fois par semaine et j'ai simplement parlé avec eux. Nous avons lu l'Evangile, je leur ai expliqué ce qu'enseigne le Christ, ce que les apôtres enseignent, ce que l'Eglise enseigne, et de tout ce qui n'est pas lié à cela ou contredit cela, vous vous éloignez. Je n'ai cassé personne, je n'ai pas essayé de stigmatiser immédiatement, disent-ils, vous ignorez la loi, j'ai essayé d'approcher délicatement. Mais il leur a appris à vérifier toutes les traditions basées sur les Saintes Écritures et la Sainte Tradition. Voici les deux piliers !

Et jusqu'à présent – ​​et je suis dans cette paroisse depuis 21 ans – tous les dimanches, nous nous réunissons dans la salle de réunion, et je parle avec les paroissiens. Nous rencontrons ceux qui se préparent au baptême pendant deux ou trois mois, nous essayons de répondre à toutes les questions et de susciter au moins un certain intérêt pour la véritable source de la connaissance - l'Évangile et les enseignements des saints pères.

Il y aura toujours des superstitions. C'est ainsi que fonctionne une personne : même sans les vertus d'amour et d'humilité, elle sera animée par des peurs : pour sa vie, pour ses proches, et comme la peur vit dans le cœur, elle engendre toutes sortes de monstres.

Que faire si vous étiez "fait à mort"

– Que répondez-vous aux personnes qui viennent se plaindre de dégâts ou de mauvais œil ?

- Je tombe souvent sur ceci: "J'ai été ensorcelé" ou "On m'a fait mourir" - ce sont, en règle générale, des croyants, mais absolument non religieux, et donc il leur semble qu'il y a un pouvoir qui est plus grand que Dieu.

Ne connaissant pas Dieu, ils n'ont pas de vraie foi et d'expérience de vie avec Dieu, ils ont une vision dualiste du monde : il y a le bien, il y a le mal, mais le mal est plus insidieux, il faut donc le combattre avec manières spécifiques. D'une part, cela peut être vrai, mais c'est terrible pour eux lorsqu'ils dotent le mal de telles capacités surnaturelles, plus fortes que celles qui sont données dans les dons de Dieu.

L'homme moderne vit dans un stress constant. La radio va s'allumer : tout le monde crie que le rouble est tombé, le dollar a augmenté, la guerre est en marche, la famine approche, et puis il y a le patron ou les subordonnés, stupide, stress éternel dans la famille. Et il s'avère que la chose la plus difficile pour une personne est de se repentir.

Se repentir est un vrai renversement, un vrai changement dans sa vie. Pas étonnant que beaucoup de gens en aient peur. Ils pensent que vous viendrez et ils vous retourneront, comme si vous étiez interrogé, afin que vous éclairiez définitivement tous les coins sombres de votre âme à la fois.

Non, la repentance vient du moment où une personne se familiarise avec les enseignements du Christ. Quand il commence à comparer : qu'est-ce que le Christ a enseigné ? Comment je vis? Et quand une personne comprend cela, elle commence lentement à prier et à changer son mode de vie.

La principale chose pour les personnes qui croient qu'elles ont été ensorcelées ou gâtées est de se calmer et de venir ensuite au temple. Au moins, tenez-vous debout, priez et, si possible, parlez avec un prêtre ou une personne raisonnable et spirituellement expérimentée.

– L'archiprêtre Alexander Avdyugin, un écrivain, a raconté l'histoire suivante sur sa page sur Internet : un grand patron, qu'il connaît, l'a appelé presque la nuit, lui a envoyé une voiture. La famille est très éduquée, les gens vont à l'église, se confessent, communient. Ils se plaignent au prêtre : une enveloppe est arrivée sans adresse, ils l'ont ouverte – soit de la poussière soit de la terre en est tombée, se réveillant sur le tapis. Et quelques malédictions sur un morceau de papier. Le père Alexandre, sur le chemin de la maison, voit qu'ils brûlent déjà un tapis dans la cour. La panique est totale ! Il les gardait à peine, pour ne pas brûler les sols. Malgré leur éducation, ces personnes ont insisté pour qu'un rite soit accompli pour neutraliser le mal. Batiushka a riposté tant bien que mal, mais le lendemain il est allé à leur rencontre et a consacré l'appartement…

"Oui, ça arrive tout le temps. Il y a quelques jours, j'ai eu une situation similaire : une personne a rencontré une autre personne, et il lui a dit : « Quelque chose que je te regarde – je sens que tu as été gâté par la mort. Vous cherchez par vous-même : quelque part cet artefact spécial se trouve, il doit être trouvé. Je lui ai même décrit à quoi devrait ressembler cet artefact : une sorte d'aiguilles et de fils.

Et qu'en pensez-vous: trouve! (Je me demande déjà si c'est le même ravageur qui a mis cet artefact ?) Et il est hystérique : « J'ai senti qu'il m'arrivait quelque chose ! J'ai compris que j'étais en train de mourir, mais je n'ai pas compris pourquoi et comment ! Mais il est croyant, venant en vacances. Comme on dit à propos de tel: Noël, Pâques.

Il est inutile de convaincre une personne dans un tel état que « selon votre foi, qu'il vous soit fait ». Quand une personne se noie, il est inutile de lui expliquer comment respirer et bouger ses bras, il faut le sortir. C'est donc ici : on rassure la personne, on lui promet de venir demain consacrer la demeure. Nous consacrons, puis nous nous asseyons pour boire du thé et parler calmement autour d'un thé. La conversation porte sur la confession, je dis: lisez d'abord les commandements.

Si une personne se prépare vraiment à la repentance, alors d'une manière étonnante, le Seigneur commence à l'exhorter : il commence à voir quelque chose de plus qu'il ne voudrait dire en confession. Et l'action invariable de la grâce de Dieu lors de la confession se produit à chaque fois, une personne commence à comprendre que quelque chose ne va pas dans sa vie, alors toutes sortes d'ordures et de bâtons, toutes sortes de «voyants» et de médiums l'amènent à l'hystérie.

C'est là que réside notre économie.

Et si quelqu'un ne comprend pas la lumière de Tabor...

– Il existe de nombreuses superstitions associées aux noms des fêtes religieuses. De nombreux prêtres critiquent des noms tels que "Nut", "Apple Spas", disant que c'est à la limite du blasphème. Mais un prêtre écrivait récemment sur le net : « Ne comprenez-vous pas qu'aujourd'hui pour la grande majorité des gens ordinaires et non ordinaires, notre Orthodoxie ne joue qu'un rôle festif et décoratif, élégamment rituel, afin d'égayer en quelque sorte notre fragile, existence nationale grise et pauvre ? Et d'autre part, vous pourriez penser : qui a besoin de cette lumière invisible et incréée des schémas conceptuels et spéculatifs du théologien Palamas !

– Il n'y a pas lieu de paniquer à propos de l'ignorance de notre peuple – elle l'a toujours été, à tout moment. Quand le Seigneur vient vers le peuple élu de Dieu, quand la plénitude des temps est venue, combien de personnes croient en lui ? Après tout, le Seigneur lui-même a prêché ! Après tout, Il n'a pas laissé une seule note – Il a montré le chemin par Son exemple, et Il a dit de Lui-même : « Je suis le chemin et la vérité, et la vie, et quiconque veut – suivez-moi.

Étonnamment : Il appelle pour lui-même, Il ne conduit personne. Par conséquent, nous ne devrions pas conduire les gens n'importe où par n'importe quel type de théologie. Si vous êtes théologien, c'est bien – cela signifie que vous avez reçu plus qu'une autre personne. Mais pour cela, le Seigneur a nommé des bergers, que les bergers devaient enseigner. S'il n'y a pas de berger, alors les moutons seront dispersés, ils seront kidnappés par des loups et des voleurs. C'était donc tout le temps.

Ici, nous pouvons rappeler les paroles de l'apôtre Paul à son troupeau : quand vous étiez bébés, je vous nourrissais de lait, mais quand vous avez mûri, il est temps de prendre des aliments solides. Les gens sont comme des enfants : ils sont incapables de digérer la nourriture solide de la théologie sur la lumière incréée. Même au séminaire, seuls un ou deux étudiants sont capables de comprendre la théologie de Siméon le Nouveau Théologien ou de Grégoire Palamas. Les autres ne peuvent mémoriser que certains textes pour réussir l'examen. Et c'est ainsi avec les prêtres.

Par conséquent, il n'y a pas lieu de se décourager. Nous devons faire un travail missionnaire et enseigner au peuple, chacun à sa place : un prêtre, un diacre, un laïc pratiquant et sensé - tous doivent, avec leur lumière, leur bonne vie, comme le Seigneur l'a commandé, enseigner aux autres à glorifier le Père Céleste.

Je pense que vous ne devriez pas désespérer parce que vous avez appris de hautes vérités, et vos proches ne peuvent pas percevoir ces vérités. Nous avons appris la vérité non pas pour l'enfoncer dans quelqu'un, mais pour devenir encore plus miséricordieux, attentionné, sacrificiel. Dieu merci, si notre connaissance se manifeste en cela et si nous nous fâchons contre nos voisins à cause de hautes vérités, alors il vaut mieux ne pas connaître ces vérités.

La gentillesse des grands-mères et la fanfaronnade des théologiens

– Et qu'est-ce qui est pire : une personne gentille, miséricordieuse qui montre un amour actif pour son prochain, mais avec une sorte de superstition, ou une personne théologiquement éclairée, mais loin du modèle de vie chrétien ?

– « Selon ta foi, qu'il te soit fait » – les actes témoignent de notre vie, qu'elle soit chrétienne. D'après les patericons, on sait que les vénérables ascètes, par ignorance, avaient des erreurs doctrinales, car il n'y avait personne pour les instruire. Il est arrivé que le saint ait enseigné les autres par erreur, mais quand il a appris la vérité, il s'est repenti et a demandé pardon à tout le monde.

J'ai également trouvé ces grands-mères vertueuses qui vivaient dans des villages reculés à l'époque soviétique, elles travaillaient, priaient, élevaient leurs petits-enfants et les petits-enfants s'envolaient vers leurs grands-mères à la première occasion. Et à jamais conservé le souvenir de la gentillesse et de la prière de ces vieilles femmes.

J'ai moi-même eu une telle grand-mère, elle n'a jamais rien forcé, mais elle a toujours été très gentille, j'ai vu comment elle prie. C'est un exemple étonnant, qui reste ensuite pour la vie. Bien qu'elle n'ait pas reçu de formation théologique et qu'elle n'aurait guère été en mesure de répondre adéquatement à mes questions, elle a couvert toutes mes questions futures avec son amour et sa prière.

J'ai aussi vu des gens très instruits, avec des diplômes de candidats en théologie et même plus, et ce n'était pas toujours agréable de s'asseoir à la même table avec eux… Je n'ai pas rencontré un tel fanfaronnade et cynisme même chez les laïcs.

"Asseyons-nous sur le chemin"

 – En effet, un homme se souvient de sa grand-mère, qui était à la fois gentille et priante, mais disait : ne cousez rien devant la route. Et une personne a le sentiment qu'il n'y a rien de terrible dans de telles superstitions …

– Il y a de tels signes dans lesquels il y a un arrière-plan réel, mais plus tard, ils l'ont oublié. Par exemple, enfant, j'aimais beaucoup lire « Les rois damnés » de Maurice Druon, c'est une épopée sur les rois de France. Il y avait là un complot intéressant - l'ordre des Templiers a été détruit le 13 octobre 1307, et c'était un vendredi. Quand j'ai grandi, j'ai entendu toutes sortes d'histoires d'horreur sur le vendredi 13. Récemment, j'ai aussi entendu des étudiants – et je leur ai parlé des livres de Druon, dont ils n'avaient même pas entendu parler. Ils étaient très intéressés.

Et « s'asseoir sur la piste » ? Je m'en souviens encore et je le fais toujours : avant de sortir, je « m'assieds sur le chemin » avec un seul but – me souvenir si j'ai oublié mes papiers, mon argent, mes clés. Évidemment, c'est bon signe.

Les superstitions et les signes de l'Église sont souvent associés à l'ignorance des Saintes Écritures. Fêter des anniversaires ou ne pas fêter ? Puis une secte des Témoins de Jéhovah est apparue, ils interdisent de fêter un anniversaire. Et de très nombreux paroissiens ont demandé : ils sont venus nous voir, nous ont parlé de la foi et ont dit qu'il ne fallait en aucun cas fêter un anniversaire, n'est-ce pas ? Parce que seul le meurtre de Jean-Baptiste s'est produit le jour de l'anniversaire du roi Hérode.

Eh bien, une secte est compréhensible, ils peuvent prêcher tout ce qu'ils veulent. Mais les chrétiens orthodoxes doivent clairement comprendre d'où vient tout et expliquer aux autres.

Pourquoi avons-nous besoin d'un sanctuaire suspendu au bras?

– Et que pensez-vous du fait que l'Église n'en est pas exempte ? Nous annonçons toutes sortes d'anneaux de sécurité avec des prières, des icônes de mesure - ils disent que cette icône sauvera votre enfant, l'icône Burning Bush protégera votre maison, etc.

– Bien sûr, c'est de la publicité et de l'exploitation bon marché des peurs humaines. Au mariage, les anneaux sont toujours consacrés par le fait qu'avant les fiançailles, le prêtre les apporte à l'autel et les place sur le trône. À l'époque soviétique, il s'agissait d'anneaux ordinaires, mais il existe maintenant des anneaux décorés de symboles de prière et d'église. Mais ce ne sont pas des anneaux de sécurité. Ce sont des alliances. Combien de personnes se marient ? Et la production de bagues est établie, où faut-il aller ? Et tout le monde commence à être encouragé à porter ces bagues.

En tant que doyen, je me tourne régulièrement vers des confrères prêtres qui apportent des bracelets avec des images de la Vierge et des saints. J'interdis moi-même catégoriquement de vendre de telles choses dans mon temple.

J'ai mon propre argument : vous découpez des photos de votre père, de votre mère, de vos proches - et sur leur bracelet, et vous le portez ainsi. Personne ne le fait ! Comment se fait-il que mes enfants se pendent à mon bras ? Mais si vous ne le faites pas avec l'image de vos parents et amis, pourquoi ne pensez-vous pas que c'est un blasphème par rapport à l'image de la Mère de Dieu et du Sauveur ? Où est votre révérence ?

On pense que si une prière est imprimée sur la ceinture, cette ceinture vous protégera. Je suis d'accord: portez de telles ceintures, d'autres artefacts. Mais à une condition: si vous vous souvenez que vous avez une telle sangle, alors priez le Seigneur Dieu. De telles choses ne visent qu'à se souvenir de la prière à Dieu, car parfois une personne est tellement occupée par des histoires qu'elle oublie à la fois Dieu et son prochain.

Je conseille toujours à nos diplômés du centre de réhabilitation (centre de réhabilitation pour toxicomanes « Spider », qui s'occupe du Père Sergiy – ndlr), je leur conseille toujours d'acheter un chapelet. Mais pas pour faire un travail intelligent. C'est simple : tu y vas, tu y vas, tu mets la main dans ta poche – oh, j'ai un chapelet ici, ce qui veut dire que tu dois prier.

Et si quelqu'un dit que cela en soi protège une personne, ce sont les mêmes superstitions. Même si vous buvez une tonne d'eau bénite, mangez une tonne de prosphore et que vous vous asseyez ensuite dans une voiture trois fois consacrée, vous pouvez toujours avoir un accident avec la même probabilité que si vous ne faisiez rien. Il faut prier et ne pas s'entourer d'amulettes !

Croire aux amulettes est une tragédie de la foi

"Mais la prière en elle-même ne protège pas non plus une personne d'un accident, et les prêtres meurent dans des accidents, et les livres de prières...

Oui, si nous comprenons que nous devons nous entourer de prospérité dans cette vie, alors c'est une tragédie. Et si nous comprenons que nous nous préparons à la vie du siècle prochain, pour l'éternité, alors de tels événements ne sont pas une tragédie pour nous, c'est une transition vers un monde où vous n'êtes pas seulement un invité attendu, mais un résident permanent . Et si tout le sens se concentre uniquement sur cette vie, alors une personne est prête à tout donner, si seulement tout allait bien.

La superstition est ce qui vous empêche d'ajuster correctement votre vie spirituelle. Et cela devrait être accordé au salut et aux relations avec Dieu et les voisins.

Les saints pères disent que l'essentiel pour un chrétien n'est pas l'acquisition de certaines propriétés surnaturelles du corps ou de l'âme, mais l'acquisition de la sobriété. De nombreux pères ont prié pour que le Seigneur leur accorde le don de raisonnement.

Le Seigneur a appelé son enseignement la source d'eau vive : si vous buvez à cette source, vous n'aurez jamais soif. Mais les superstitions ne font qu'engendrer constamment la soif : peu importe combien vous buvez de ce vase nauséabond, vous aurez toujours soif pour toujours.

Photo: azbyka.ru

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles