12.4 C
Bruxelles
Sunday, Septembre 25, 2022

Le procès d'un prisonnier de guerre ukrainien à Marioupol pourrait être un crime de guerre, selon le HCDH

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Plus de l'auteur

Des crimes de guerre ont été commis dans le conflit en Ukraine, révèle une enquête de l'ONU sur les droits de l'homme

Des crimes de guerre ont été commis dans le conflit ukrainien

0
Des enquêteurs indépendants sur les droits de l'homme nommés par l'ONU ont déclaré que des crimes de guerre avaient effectivement été commis pendant le conflit.
De jeunes acteurs influents du changement reconnus par l'ONU

De jeunes acteurs influents du changement reconnus par l'ONU

0
Mercredi, l'ONU a annoncé la cohorte 2022 des jeunes leaders pour les objectifs de développement durable, reconnaissant leurs efforts pour assurer un avenir plus juste pour les personnes et la planète.
la nécessité de désamorcer la situation autour de la Zaporizhzhia

Ukraine : désamorcer la situation autour de Zaporizhzhia assiégée

0
S'adressant mardi au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a de nouveau souligné la nécessité de désamorcer la situation autour de la centrale nucléaire assiégée de Zaporizhzhia en Ukraine. 
Ukraine : "L'intégrité physique" de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya "a été violée à plusieurs reprises"

Ukraine : "L'intégrité physique" de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya "a été violée à plusieurs reprises"

0
D'autres dommages à la centrale nucléaire assiégée de Zaporizhzhya en Ukraine "ne peuvent pas" se produire, a déclaré le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). 

© UNOCHA/Kateryna Klochko – Plus de 170 civils ont été évacués avec succès de l'aciérie Azovstal à Marioupol, en Ukraine. Des centaines de combattants se sont rendus aux autorités russes en tant que prisonniers de guerre (mai 2022).

Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies (HCDH) préoccupation exprimée mardi après que des photos et des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux aient semblé montrer des cages métalliques en cours de construction dans la salle philharmonique de la ville ukrainienne dévastée de Marioupol, apparemment pour héberger des prisonniers de guerre lors d'un prochain "procès-spectacle".  

HCDH La porte-parole Ravina Shamdasani a déclaré que les procès par les autorités soutenues par la Russie pourraient commencer dans la ville occupée, peut-être dans quelques jours – et a averti qu'un tel processus pourrait constituer un crime de guerre.

« Nous sommes très préoccupés par la manière dont cela se fait. Il y a des images dans les médias de cages en construction dans la salle philharmonique de Marioupol, des cages vraiment massives et apparemment, l'idée est de retenir les prisonniers », a déclaré Mme Shamdasani lors d'un briefing à Genève. "Ce n'est pas acceptable, c'est humiliant", a-t-elle déclaré.

"L'immunité des combattants"

Mme Shamdasani a souligné comment «en vertu du droit international, les personnes ayant droit au statut de prisonnier de guerre jouissent de l'immunité de combattant et ne peuvent être poursuivies pour avoir participé aux hostilités, ou pour des actes de guerre licites commis au cours du conflit armé, même si ces actes constitueraient par ailleurs une infraction au regard du droit interne ». 

Le porte-parole a ajouté que le HCDH était préoccupé par le fait que les prisonniers de guerre étaient généralement détenus sans accès à des observateurs indépendants, les exposant au risque d'être torturés pour leur extorquer des aveux.

« Il y a également eu des déclarations publiques inquiétantes de la part de responsables russes et de membres de groupes armés affiliés qualifiant les prisonniers de guerre ukrainiens de "criminels de guerre", de "nazis" et de "terroristes", sapant ainsi la présomption d'innocence. »

Attaques "sans précédent" contre les soins de santé

L'Organisation mondiale de la santé (QUI) a averti qu'il avait vu "un nombre sans précédent d'attaques contre les soins de santé" depuis l'invasion russe de l'Ukraine, qui a commencé il y a près de six mois.

« Depuis le 23 août, plus de 460 attaques contre les soins de santé ont été vérifiées par l'OMS, entraînant près de 100 décès et plus de 100 blessés », a déclaré le Dr Jarno Habicht, représentant de l'OMS et chef du bureau de pays de l'OMS. 

Le Dr Habicht a souligné que si les attaques violent non seulement le droit international, "elles constituent également un obstacle pour de nombreuses personnes qui ont besoin de s'en soucier".

"C'est non seulement les fournitures et autres que nous devons soutenir - nous devons également nous assurer que les services sont disponibles," il ajouta.  

Plus de 350 enfants tués

Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, (UNICEF), le bilan officiel des enfants morts pendant le conflit est de 356 enfants, mais c'est "une estimation basse", selon le porte-parole de l'UNICEF à Genève, James Elder.

Il a dit que l'on s'attendait à ce qu'il y en ait "beaucoup plus en fonction de la rigueur avec laquelle la vérification est effectuée".

Lundi, l'UNICEF rapporté que près de 1,000 XNUMX enfants avaient été tués ou blessés en Ukraine – une moyenne de cinq par jour – mais a souligné que le nombre réel est probablement plus élevé.

Réitérant le besoin urgent de paix, la Directrice générale de l'UNICEF, Catherine Russell, a souligné qu'« une fois de plus, comme dans toutes les guerres, les décisions imprudentes des adultes font courir des risques extrêmes aux enfants. Il n'y a pas d'opérations armées de ce type qui ne fassent pas de mal aux enfants. 

Du grain salvateur à destination de la Corne de l'Afrique

Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), le premier navire transportant du blé ukrainien à destination de la Corne de l'Afrique doit maintenant accoster à Djibouti le 30 août. 

Le MV Brave Commander a quitté le port de la mer Noire de Yuzhny le 16 août, dans le cadre de la Initiative céréalière de la mer Noire signé par l'Ukraine, la Russie, la Turquie et l'ONU en juillet. Mais Michael Dunford, directeur régional du PAM pour l'Afrique de l'Est, a averti que s'il s'agissait "d'un développement très positif", ce n'était "pas la réponse". 

« Ce seul navire, 23,000 1.5 tonnes métriques de blé, équivaut à nourrir 22 million de personnes pendant un mois seulement. Et pourtant, nous estimons actuellement qu'il pourrait y avoir plus de XNUMX millions de personnes nécessitant une assistance », a-t-il déclaré.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles