4.6 C
Bruxelles
Friday, Janvier 27, 2023

TADJIKISTAN : Appels répétés pour la libération d'un Témoin de Jéhovah âgé et malade

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du Ministère belge de l'Education et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits de l'homme en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les LGBT. gens. HRWF est indépendant de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a effectué des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est chargé de cours dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Press Club à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme à l'ONU, au Parlement européen et à l'OSCE.

TADJIKISTAN – Shamil Khakimov, un témoin de Jéhovah âgé et gravement malade emprisonné illégalement pour sa foi au Tadjikistan depuis février 2019, a déposé une plainte pétition pour sa remise au président de la nation le 8 novembre. La même requête a été déposée auprès du Bureau du Procureur général, du Ministère de la justice, du Ministère des affaires étrangères et du Médiateur.

Le 10 novembre, la Supervision a interjeté appel auprès du Cour suprême, demandant la réouverture et l'annulation de son dossier, sur la base de l'arrêt de 2022 du Comité des droits de l'homme des Nations Unies (CCPR) qui a déclaré illégale et sans fondement l'interdiction imposée aux Témoins de Jéhovah par le Tadjikistan.

Le 11 novembre, un plainte/appel privé a été déposée contre la décision du tribunal de première instance qui a refusé de libérer Shamil en raison de son mauvais état de santé.

Le sénateur américain Rubio et la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (EXCIRF) a également demandé sa libération.

État de santé

Au cours des années 1990, Khakimov a développé un pincement du nerf sciatique et une sciatique chronique. Depuis 2007, il souffre de graves problèmes circulatoires aux membres inférieurs, qui ont nécessité une intervention chirurgicale en 2007. Son état s'est aggravé en 2017, nécessitant une intervention chirurgicale complémentaire, qui a été réalisée cette année-là. En raison d'une mauvaise circulation vasculaire, ses plaies chirurgicales n'ont pas cicatrisé et il avait un ulcère de jambe ouvert lorsqu'il a été arrêté le 26 février 2019, puis placé en détention provisoire.

Khakimov souffre également d'une maladie cardiaque (hypertrophie ventriculaire gauche) et d'athérosclérose des jambes et de varices des membres inférieurs. Il est à un niveau quatre de risque d'hypertension (tension artérielle). Il a subi deux opérations de venectomies (caillots sanguins) à la jambe gauche. Les complications ont inclus le syndrome post-thrombotique dans les deux jambes, avec un ulcère trophique au pied gauche et les premiers stades de la gangrène. Khakimov n'a plus aucune vision de son œil droit et il peut à peine voir de son œil gauche en raison d'un glaucome progressif. Le 31 octobre 2022, il a reçu un certificat attestant qu'il est désormais identifié comme ayant une invalidité du groupe deux.

Jarrod Lopes, un porte-parole des Témoins de Jéhovah, déclare : “ Si Shamil n'est pas libéré rapidement et ne reçoit pas un traitement médical spécialisé, il y a un danger très réel que son emprisonnement devienne, de fait, une condamnation à mort. Nous espérons que les autorités tadjikes prendront des mesures immédiates pour faire libérer Shamil avant qu'il ne soit trop tard. Selon le droit tadjik et international, il n'y a aucune raison légale pour qu'un vieil homme paisible comme lui soit en prison. Il n'aurait jamais dû être emprisonné. De plus, en décembre 2020, plus d'un an après sa condamnation, le Tadjikistan a décriminalisé le soi-disant délit de Shamil. Les autorités auraient alors dû le relâcher immédiatement. Au lieu de cela, les autorités pénitentiaires continuent de faire pression sur lui pour qu'il « se repente » et renonce à ses convictions. Les Témoins de Jéhovah du monde entier espèrent que les autorités tadjikes se conformeront bientôt à l'ONU Droits de l'homme jugement récent du Comité, en levant l'interdiction illégale et en libérant Shamil de prison.

La persécution et la condamnation de Shamil Khakimov à la prison

M. Shamil Khakimov est un veuf et retraité de 71 ans. Il est né dans le petit village de Koktush, dans le district de Rudaki, au Tadjikistan. En 1976, il s'est marié et a déménagé dans la capitale Douchanbé, où pendant 38 ans il a travaillé pour OJSC Tajiktelecom en tant qu'ingénieur de lignes de câbles. M. Khakimov avait deux enfants, un fils et une fille. En 1989, alors que son fils avait 12 ans et sa fille 7 ans, sa femme Olya est décédée d'un cancer et il ne s'est jamais remarié. Khakimov est devenu l'un des témoins de Jéhovah en 1994. En septembre 2021, alors que Khakimov était en prison, son fils est décédé d'une crise cardiaque. Il n'a pas été autorisé à assister à ses funérailles.

En raison de l'interdiction de mouvement des Témoins de Jéhovah, leurs membres ont fait l'objet de nombreuses arrestations, détentions, perquisitions, passages à tabac, ainsi que d'une expulsion.

Le 4 juin 2009, seize Témoins de Jéhovah se sont réunis pacifiquement dans un appartement privé à Khujand pour lire et discuter de la Bible. Onze fonctionnaires, dont des agents du Comité d'État sur la sécurité nationale, ont fait irruption dans l'appartement, l'ont fouillé ainsi que les participants au rassemblement et ont saisi leurs Bibles, ainsi que d'autres publications religieuses. Plusieurs participants ont ensuite été amenés au siège du Comité d'État sur la sécurité nationale, où ils ont été interrogés pendant six heures. A une date non précisée, une procédure pénale a été ouverte contre les participants à ce rassemblement. Il a été licencié en octobre 2009 après la Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme de l'OSCE, Réunion sur la mise en œuvre de la dimension humaine. Cependant, le procureur a rouvert l'affaire pénale pour d'autres chefs d'accusation.

En septembre 2019, un tribunal de la ville septentrionale de Khujand a emprisonné Shamil Khakimov pendant sept ans et six mois pour avoir prétendument « incité à la haine religieuse », bien que la peine ait ensuite été raccourcie à deux reprises. Aucune preuve n'a été produite que le Témoin de Jéhovah Khakimov ou sa communauté aient fait du mal à qui que ce soit, et son véritable "crime" semble être que le régime pense qu'il dirigeait la communauté des Témoins de Jéhovah de Khujand.

Enregistrement et interdiction des Témoins de Jéhovah

Les Témoins de Jéhovah sont actifs au Tadjikistan depuis plus de 50 ans. En 1994, leur organisation (RAJW) a été enregistrée par le Comité d'État des affaires religieuses de l'époque, conformément à la loi « Sur Religion et organisations religieuses » du 8 décembre 1990 (la « loi de 1990 sur la religion »). Le 15 janvier 1997, le RAJW a été réenregistré avec un statut national en vertu des amendements à la loi de 1990 sur la religion. Le 11 septembre 2002, le Comité d'État aux affaires religieuses a suspendu les activités du RAJW pendant trois mois pour propagande de porte à porte et propagande dans les lieux publics.

Le 11 octobre 2007, le ministère de la Culture a interdit le RAJW, annulé sa charte et déterminé que l'enregistrement du RAJW du 15 janvier 1997 était illégal. Il a conclu que le RAJW avait violé à plusieurs reprises la législation nationale, y compris la Constitution du Tadjikistan et la loi de 1990 sur la religion, en distribuant des publications religieuses dans les lieux publics et au porte-à-porte, ce qui avait provoqué le mécontentement de la population.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles