8.8 C
Bruxelles
jeudi, le 29 février 2024
InstitutionsUnited NationsAlors que la trêve à Gaza se profile à l'horizon, les équipes de secours de l'ONU sont prêtes à intervenir...

Alors que la trêve à Gaza se profile, les équipes humanitaires de l'ONU sont prêtes à intensifier leur aide

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Selon les médias, les négociations en cours sur l'accord entre Israël et le Hamas prévoyant une pause humanitaire de quatre jours et la libération des otages détenus par le groupe armé palestinien depuis ses attentats terroristes du 7 octobre ont indiqué que l'entrée en vigueur de l'accord était considérée comme peu probable avant Vendredi.

Face à la faim croissante, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAMLa chef de l’agence, Cindy McCain, a déclaré que l’agence « se mobilisait rapidement pour intensifier son aide à l’intérieur de Gaza » une fois qu’un accès sûr serait accordé. Ses commentaires faisaient suite à ceux du chef des secours d'urgence de l'ONU, Martin Griffiths. déclaration sur la volonté de l'Organisation d'augmenter le volume de l'aide apportée dans l'enclave et distribuée à travers la bande de Gaza.

Mme McCain a dit que PAM des camions « attendent au terminal de Rafah, chargés de nourriture destinée aux familles dans les abris et les maisons à travers Gaza, et de farine de blé pour que les boulangeries reprennent leurs activités ».

Les derniers rapports humanitaires de l'ONU indiquent que la farine de blé n'est plus disponible sur les marchés du nord de Gaza et qu'aucune boulangerie ne fonctionne en raison du manque de carburant, d'eau, de farine et des dégâts structurels.

L'espoir d'une bouée de sauvetage

Depuis que les livraisons limitées d'aide via le passage de Rafah avec l'Égypte ont repris le 21 octobre, un peu plus de 73 camions d'aide alimentaire du PAM sont arrivés à Gaza, ce qui est bien loin de répondre aux besoins.

Mme McCain a exprimé l'espoir que davantage de carburant entrera dans l'enclave « afin que nos camions puissent transporter les fournitures indispensables et qu'une fois de plus, le pain soit à nouveau disponible comme bouée de sauvetage pour des centaines de milliers de personnes chaque jour ».

Quelque 75,000 XNUMX litres de carburant sont entrés à Gaza en provenance d'Egypte mercredi suite à une décision israélienne la semaine dernière d'autoriser « l'entrée quotidienne de petites quantités de carburant pour les opérations humanitaires essentielles », selon le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU. OCHA.

Le carburant est distribué par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, pour soutenir la distribution de nourriture et le fonctionnement des générateurs dans les hôpitaux, les installations d'approvisionnement en eau et d'assainissement, les abris et autres services essentiels dans le sud de la bande de Gaza, l'accès au nord ayant été coupé par les opérations militaires israéliennes. 

Martin Griffiths, chef de l'OCHA et chef des secours d'urgence de l'ONU dit la semaine dernière qu'il faudrait environ 200,000 XNUMX litres de carburant par jour.

Mise à jour sur l'évacuation de l'hôpital

Une nouvelle évacuation de 190 blessés et malades, de leurs accompagnants et du personnel médical de l'hôpital Al-Shifa dans la ville de Gaza s'est achevée mercredi.

Le développement était annoncé par l'agence de santé des Nations Unies WHO dans le cadre d’un effort conjoint entre les agences des Nations Unies et les partenaires humanitaires dirigés par la Société du Croissant-Rouge palestinien (PRCS).

Les évacués ont été transportés dans un convoi d'ambulances vers le sud.

OCHA a cité des rapports du PRCS déclarant que l’évacuation « a duré près de 20 heures alors que le convoi a été obstrué et soumis à une inspection lors du passage par le point de contrôle qui sépare le nord et le sud de Gaza » et déplorant le fait que la vie des patients ait été mise en danger.

Les patients dialysés évacués ont été transférés à l'hôpital Abu Youssef An Najjar à Rafah, Gaza, tandis que d'autres patients ont été transportés vers l'hôpital européen de la bande de Gaza à Khan Younis. On estime qu'environ 250 patients et membres du personnel se trouveraient à Al-Shifa, qui n'est plus opérationnel, a indiqué OCHA.

Pendant ce temps, mercredi, le nombre de personnes déplacées quittant le nord de Gaza pour traverser vers le sud en empruntant le « couloir » ouvert par les forces de défense israéliennes le long de la principale artère de circulation de la bande, la route Salah Ad Deen, a été le plus faible à ce jour.

Selon les données d'OCHA, seules quelque 250 personnes se sont déplacées vers le sud. Le Bureau des Nations Unies a déclaré que cette baisse est « largement attribuée aux attentes générées par la pause humanitaire » qui n'a pas encore été mise en œuvre.

À ce jour, plus de 1.7 million de personnes à Gaza sont déplacées à l’intérieur du pays.

La vie à Gaza

Pendant ce temps, un membre du personnel de l'UNRWA qui a fui Gaza cette semaine s'est entretenu avec Nouvelles de l'ONU sur la vie et le travail pendant le conflit.

Maha Hijazi, responsable de l'entreposage et de la distribution à l'UNRWA, était chargée de garantir la nourriture pour des centaines de milliers de personnes déplacées (PDI) qui s'abritent désormais dans ses installations.

« Notre plan… était d'accueillir 150,000 XNUMX Palestiniens déplacés dans les abris de l'UNRWA, qui atteignent aujourd'hui environ un million », a-t-elle déclaré.

L'ONU et ses partenaires continuent de demander que davantage d'aide soit autorisée dans la bande de Gaza, qui continue de faire face à de graves pénuries de nourriture, d'eau, de carburant, de médicaments et d'autres articles désespérément nécessaires.

Abris pleins, marchés vides

La plupart des employés de l'UNRWA sont eux-mêmes des réfugiés palestiniens et certains ont également trouvé refuge dans ses abris tout en poursuivant leur travail de sauvetage. Plus de 100 de leurs collègues ont été tués à ce jour.

Même si la famille de Mme Hijazi ne résidait pas dans l'un des refuges, elle a déclaré que ses parents trouvaient à peine de la nourriture sur les marchés.

« Nous sommes allés au marché, mais c'est vide. Nous n'avons rien trouvé à acheter. Nous avons de l’argent, mais nous n’avons rien à acheter », a-t-elle déclaré. 

La décision d'une mère

Lundi, Mme Hijazi et sa famille ont fui Gaza pour l'Égypte. Elle était en colère et hésitait à quitter son pays, son appartement et son travail.

« Ni mes enfants, ni aucun de nos enfants palestiniens ne se sentent en sécurité, ni protégés. Toute la nuit et le jour, ils entendent des bombardements partout », a-t-elle déclaré.

Mme Hijazi a rappelé qu'avant de se coucher, ses enfants lui demandaient s'ils allaient mourir comme leurs voisins et leurs proches.

« J'ai dû les serrer dans mes bras et leur promettre que si nous mourons, nous mourrons complètement, pour ne rien ressentir. Et si vous entendez le bombardement, vous êtes en sécurité. La fusée qui va vous tuer, vous n’entendrez pas son bruit », a-t-elle déclaré.

Malgré la douleur de quitter Gaza pour l'Égypte, Mme Hijazi a estimé que c'était la meilleure décision pour ses enfants, qui ont la double nationalité.

«Je dois leur donner cette chance de dormir et de se sentir semblables aux autres enfants», a-t-elle déclaré.

« Je peux vous dire que pendant tout le voyage, j'ai pleuré avec mes enfants parce que nous ne voulons pas quitter notre terre, nous ne voulons pas quitter Gaza. Mais nous sommes obligés de le faire en quête de sécurité et de protection.

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -