12.3 C
Bruxelles
Samedi, mai 25, 2024
EnvironnementLa nouvelle « taxe climatique » touristique de la Grèce remplace une taxe existante

La nouvelle « taxe climatique » touristique de la Grèce remplace une taxe existante

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

C'est ce qu'a déclaré la ministre grecque du Tourisme, Olga Kefaloyani.

La taxe destinée à surmonter les conséquences de la crise climatique sur le tourisme, en vigueur depuis le début de l'année en Grèce, remplace l'ancienne taxe de séjour.

C'est ce qu'a expliqué dans une interview accordée à BTA la ministre grecque du Tourisme, Olga Kefaloyani, interrogée sur des publications en Bulgarie, que la nouvelle taxe augmenterait les prix des vacances en Grèce.

Kefaloyani a informé qu'il s'agit d'un tarif qui s'élèvera à 1.50 euros par jour pour une chambre dans les hôtels des catégories les plus populaires, pour les chambres à louer et pour les propriétés avec location à court terme.

Sa taille peut atteindre jusqu'à 10 euros, mais cela s'applique aux hébergements de luxe, à savoir les hôtels cinq étoiles et les maisons privées. Les frais sont plus du double pendant les mois d’hiver.

Le ministre grec a déclaré que le but de cette mesure est de permettre aux touristes de participer à la protection des destinations touristiques contre la crise climatique et à leur développement général.

Elle a souligné les mesures prises par le gouvernement grec pour soutenir la population et l'économie, et en particulier le secteur du tourisme, après les incendies et les inondations dévastateurs qui ont frappé certaines régions de Grèce l'année dernière. Kefaloyani a déclaré que le tourisme grec a fait preuve de résilience et, malgré les difficultés, a enregistré des résultats records en 2023, tant en termes de nombre de touristes que de revenus. Le ministre grec du Tourisme a assuré que la majeure partie des conséquences des catastrophes sur le tourisme avait été surmontée et que les destinations à travers le pays étaient prêtes à accueillir leurs visiteurs cette année encore.

Kefaloyani a également mis l'accent sur les perspectives de développement de la coopération entre les secteurs touristiques en Grèce et en Bulgarie, notamment dans le cadre du Programme d'actions conjointes dans le domaine du tourisme pour 2024-2026, signé en novembre entre elle et le ministre du Tourisme. de Bulgarie, Zaritsa Dinkova.

Le ministre grec a souligné les perspectives d'interaction pour attirer des touristes de destinations lointaines. Parmi les actions prévues au sein du programme, elle a souligné l'échange de savoir-faire et de bonnes pratiques dans les domaines de la numérisation, de l'innovation et du développement durable. Le programme prévoit également la participation à des expositions touristiques dans les deux pays, une interaction dans la création de forfaits touristiques communs destinés principalement aux pays tiers, une coopération en matière d'investissements et de qualification du personnel, des actions communes dans le cadre d'organisations internationales.

Le ministre Kefaloyani a également souligné les avantages pour le secteur touristique qu'aurait la future adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l'espace Schengen, non seulement au niveau des frontières aériennes et maritimes, comme décidé actuellement, mais aussi au niveau des frontières terrestres. Elle a déclaré que cela augmenterait non seulement le flux touristique de ces deux pays vers la Grèce, mais stimulerait également l'intérêt pour l'ensemble de la région de la part des visiteurs non européens. Ils bénéficieraient d'une politique de visa unifiée, grâce à laquelle, avec un seul visa Schengen, ils pourraient visiter de nombreux pays de l'espace unique, ainsi que de procédures simplifiées lors du franchissement des frontières. Cela favorisera les campagnes de marketing communes du tourisme grec, bulgare et roumain, augmentera l'intérêt pour les voyages incluant les trois pays et encouragera les séjours touristiques plus longs et les visites répétées, a déclaré la ministre grecque du Tourisme, Olga Kefaloyani.

Photo illustrative de Pixabay : https://www.pexels.com/photo/low-angle-photography-of-the-parthenon-during-daytime-164336/

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -