19.2 C
Bruxelles
Monday, May 20, 2024
ReligionLe christianismeL'Église orthodoxe peut-elle contribuer à l'échange de prisonniers de guerre...

L’Église orthodoxe peut-elle contribuer à l’échange de prisonniers de guerre entre l’Ukraine et la Russie

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Charlie W. Grease
Charlie W. Grease
CharlieWGrease - Reporter sur "Living" pour The European Times Actualité

A la veille de la plus grande fête orthodoxe de la Résurrection du Christ, les épouses et mères de prisonniers de guerre de Russie et d'Ukraine demandent aux supérieurs, au clergé et à tous les croyants des pays orthodoxes de coopérer avec les autorités pour la libération de leurs fils et frères. et les maris sur le principe du « tous pour tous ».

L’initiative est l’organisation « Notre sortie » – un mouvement public pour le retour au pays des militaires de l’armée de la Fédération de Russie, créé par trois femmes : Irina Krinina, Olga Rakova et Victoria Ivleva. Les deux premières ont quitté leur pays et se sont installées en Ukraine pour se rapprocher de leurs maris, qui sont en captivité ukrainienne, et la troisième est journaliste et militante des droits humains. Ils ne veulent pas retourner en Russie parce qu'ils ne sont pas d'accord avec la politique du gouvernement dans ce pays. Aujourd’hui, ils aident les mères et les femmes russes à retrouver leurs maris, œuvrant ainsi à accélérer l’échange de prisonniers. "En temps de guerre, les gens sont mesurés par bataillons et derrière les chiffres, la personne n'est pas visible, et nous appelons à élever une voix pour dire qu'aux yeux de Dieu, l'âme de chaque personne est importante et que chacun a droit au salut et au pardon." » dit-il dans l’appel « Notre sortie ».

Leur appel est rejoint par des femmes ukrainiennes dont les fils, les maris et les proches se trouvent dans les conditions terribles des camps de prisonniers de guerre russes. « Cette guerre fait souffrir les mères et les femmes ici en Ukraine, dont les fils et les hommes meurent pour défendre leur pays, elle fait aussi souffrir les femmes et les mères en Russie qui, pour une raison inconnue, envoient leurs fils dans cette terrible guerre. », déclare Olga Rakova lors de la présentation de leur projet fin décembre 2023 (ici). « Nous pouvons accomplir beaucoup de choses si nous, les femmes ordinaires, nous unissons », ajoute-t-elle.

Le dernier échange de prisonniers entre la Russie et l’Ukraine a eu lieu le 8 février et, pour l’instant, de tels échanges ont cessé. Les initiateurs soulignent que, d’une manière générale, la libération des prisonniers de guerre est un processus compliqué et très lent. Pour les différents groupes de prisonniers, non seulement l’Ukraine et la Russie, mais aussi des pays tiers et des organisations internationales y participent. En règle générale, les motivations politiques, économiques et militaires sont au premier plan dans ces négociations. La partie russe libère en priorité les prisonniers ukrainiens, des spécialistes militaires, des officiers hautement qualifiés et des pilotes. La Russie déploie également des efforts supplémentaires pour libérer les soldats recrutés dans les prisons (appelés « prisonniers »). Il s’agit de criminels recrutés par l’armée russe directement depuis la prison, avec la promesse qu’une fois leur contrat terminé, ils seront libérés sans avoir purgé leur peine. Ils intéressent les négociateurs russes, car après leur libération de captivité, ils sont renvoyés au front. Ainsi, les militaires et les contractuels russes mobilisés n’ont aucune perspective de retourner prochainement dans leur pays.

Tout cela crée la possibilité d'un grand nombre de stratagèmes frauduleux avec lesquels les proches des captifs, déjà stressés, sont manipulés. L'échange « tous pour tous » mettra fin à de telles pratiques, selon « Our Exit ».

Au cours de la guerre, le nombre de prisonniers de guerre a augmenté. Les chiffres exacts ne sont communiqués par aucune des deux parties, mais ils se chiffrent en dizaines de milliers. Et si l’Ukraine, selon « Our Way Out » et d’autres organisations humanitaires, respecte la Convention de Genève et fournit les conditions nécessaires à la vie dans les camps, alors les prisonniers de guerre ukrainiens sont détenus dans des conditions épouvantables.

Plusieurs échanges de prisonniers de guerre ont eu lieu à l'initiative de l'Église catholique romaine Église, mais l’Église orthodoxe n’a pas encore lancé un tel processus.

En juillet 2023, la Hongrie a lancé une initiative visant à libérer les prisonniers de guerre ukrainiens d'origine hongroise de Transcarpatie, à laquelle l'Ordre de Malte de l'Église catholique romaine et l'Église orthodoxe russe ont participé en tant que médiateurs. Les prisonniers de guerre ont été libérés des camps russes et remis à la Hongrie, et le patriarcat a décrit son implication comme « motivée par la philanthropie chrétienne ».

Selon les femmes de l'organisation « Our Way Out », « seule l'Église peut faire passer la question de l'échange de prisonniers du plan statistique à un discours moral et humanitaire, où l'âme de chacun est importante. Cela peut également montrer une volonté de négocier et de surmonter l’acrimonie.

Le pape François a entendu l’appel du mouvement « Our Way Out » et a inclus dans son message de Pâques un appel à un échange de prisonniers « tous pour tous » entre la Russie et l’Ukraine.

"Notre voie de sortie" estime que l'Église orthodoxe peut et doit être un facteur important dans la mise en œuvre d'un tel acte. Les prêtres, les bergers, dédiés au soin de l'âme humaine, savent que la charité chrétienne est au-dessus de la justice et peuvent voir dans le captif l'homme souffrant. A la veille de la Résurrection du Christ, ils appellent les Églises orthodoxes locales à lancer un appel pour organiser un échange général de prisonniers à Pâques – tous d'un côté contre tous de l'autre.

Il ne reste que deux semaines avant la Pâque orthodoxe, au cours de laquelle les mères, les épouses et les proches des captifs des deux côtés espèrent la compassion des croyants qui pourront soutenir l'appel à leur libération commune sur le principe du « tous pour tous ». .

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -