-1.1 C
Bruxelles
Mercredi, Janvier 25, 2023

Les Églises du monde se joignent à l'ONU pour condamner le meurtre brutal de 8 écoliers au Cameroun

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

(Photo : REUTERS/Bate Felix Tabi Tabe)Les restes incendiés d'une église baptiste sont vus à Mabass, dans le nord du Cameroun, près de la frontière nigériane, le 16 février 2015. Selon l'armée camerounaise, des militants de Boko Haram ont enlevé quelque 80 personnes du village.

Le président par intérim du Conseil œcuménique des Églises, le révérend Ioan Sauca, s'est joint aux chrétiens du monde entier et aux Nations Unies pour exprimer son horreur face à l'attaque brutale contre des écoliers à Cameron au cours de laquelle des assaillants ont massacré au moins huit élèves avec des armes à feu et des machettes.

Les enfants ont été tués à l'Académie internationale Mother Francisca à Kumba, au Cameroun, le 24 octobre.

Des hommes armés non identifiés ont tué au moins huit enfants dans leur classe avec des fusils et des machettes, tandis que 12 autres ont été blessés.

"Le COE se joint aux Églises et à toutes les personnes de bonne volonté au Cameroun et dans le monde pour condamner cet acte odieux, compatir avec les familles et les communautés touchées et prier pour la guérison des enfants blessés", a déclaré Sauca.

Les chefs d'église camerounais ont réagi au récent bain de sang avec indignation et demandes d'action.

L'évêque Agapitus Nfon du diocèse catholique romain de Kumba a déploré la perte des jeunes vies dans la même déclaration.

"LE SANG DE NOS ENFANTS"

« Quelle quantité de sang de nos enfants doit être versée avant que quelque chose de concret et d'immédiat soit fait ? Combien de temps les pouvoirs qui sont et sont capables de rétablir la paix et la tranquillité dans les régions en détresse du Nord-Ouest et du Sud-Ouest vont-ils rester assis et attendre ? »

L'attaque a été vivement dénoncée à l'ONU à Genève par un porte-parole du Haut Commissaire des Nations Unies pour Droits de l'homme, Ravina Shamdasani.

Elle a déclaré que la population continue de payer un lourd tribut à la crise en cours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun et a qualifié l'attaque de "vile".

« De graves violations et abus des droits humains continuent d'être signalés, impliquant à la fois les forces de sécurité et de défense et les groupes séparatistes armés au milieu de la pandémie de COVID-19 », a déclaré Shandasani.

"Le meurtre et la mutilation d'enfants ainsi que les attaques contre des établissements d'enseignement constituent de graves violations du droit international et les auteurs doivent en être tenus responsables dans le respect des normes internationales relatives aux droits de l'homme."

Elle a également déclaré que les autorités camerounaises ont l'obligation de protéger l'accès à l'éducation.

Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité bien que les autorités locales aient accusé les combattants séparatistes d'avoir pris pour cible l'école, CNN a rapporté.

Les gens ont sensibilisé à l'incident sur les réseaux sociaux sous le hashtag #EndAnglophoneCrisis.

CRISE LINGUISTIQUE

C'était une référence aux mouvements en cours qui prônent une séparation entre le Cameroun anglophone et la partie francophone du pays. Les séparatistes des régions anglophones se battent avec les forces gouvernementales et les milices soutenues par le gouvernement depuis plusieurs années.

Les deux parties ont été accusées de violence contre des civils, qui ont commencé en 2016 après que des habitants des provinces anglophones du pays, où vivent 20 % de la population camerounaise, ont protesté contre le gouvernement dirigé par des francophones.

Le conflit anglophone a déplacé à l'intérieur du pays plus de 670,000 60,000 personnes dans les zones touchées, tandis que XNUMX XNUMX Camerounais ont fui l'escalade de la violence vers le Nigeria voisin, selon les estimations des Nations Unies en février.

Le modérateur de l'Église presbytérienne du Cameroun, le révérend Fonki Samuel Forba, a prié le 25 octobre pour que justice soit rendue aux victimes et que les responsables soient tenus responsables.

"Puissent ceux qui sont derrière ces meurtres horribles d'enfants de Dieu être emprisonnés par le juge de la conscience humaine avant même qu'ils ne soient découverts, poursuivis et condamnés", a-t-il déclaré.

Le COE a appelé à redoubler d'efforts pour un dialogue global et plus inclusif afin de relever les défis actuels en matière de sécurité, d'aide humanitaire et de droits de l'homme dans les régions touchées.

"Le COE est solidaire et offre son soutien et son accompagnement aux Églises du Cameroun alors qu'elles cherchent à accomplir leur ministère essentiel pour la justice, la paix et la dignité et les droits humains", a déclaré le conseil.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles