5.1 C
Bruxelles
Thursday, Décembre 1, 2022

Deuxième déclaration sur la guerre de la Russie contre l'Ukraine et le sport international

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Les avantages physiques et mentaux de jouer au basket

Les avantages physiques et mentaux de jouer au basket

0
Jouer au basketball peut aider à améliorer la santé cardiovasculaire, l'endurance musculaire et la coordination. Comme le football, la simplicité du sport le rend attrayant pour ceux du monde entier.
Une nouvelle recherche démontre le pouvoir du sport pour les personnes handicapées

Une nouvelle recherche démontre le pouvoir du sport pour les personnes handicapées

0
… avantages pour le bien-être de l'adaptation sportif ROCKVILLE, MARYLAND, ÉTATS-UNIS … Département des loisirs, Des sports et le tourisme pour mener … les avantages pour le bien-être de l'adaptation sportif pour les personnes handicapées … implications majeures pour l'adaptation sportif programmation et sensibilisation », …

Le texte de la déclaration suivante a été approuvé par les ministres des sports ou leur équivalent des pays et des personnes énumérés au bas de la déclaration.

Texte de début :

La guerre de choix non provoquée et injustifiable de la Russie contre l'Ukraine, facilitée par le gouvernement biélorusse, est odieuse et constitue une violation flagrante de ses obligations internationales. Le respect des droits de l'homme et les relations pacifiques entre les nations constituent le fondement du sport international.

Nous, en tant que collectif de nations aux vues similaires, réaffirmons notre déclaration du 8 mars et, tout en reconnaissant l'autonomie des organisations sportives, affirmer en outre la position de nos gouvernements selon laquelle :

  • Les instances dirigeantes sportives nationales russes et biélorusses devraient être suspendues des fédérations sportives internationales.
  • Les personnes étroitement liées aux États russe et biélorusse, y compris, mais sans s'y limiter, les représentants du gouvernement, devraient être retirées des postes d'influence dans les fédérations sportives internationales, telles que les conseils d'administration et les comités d'organisation.
  • Les organisations sportives nationales et internationales devraient envisager de suspendre la diffusion des compétitions sportives en Russie et en Biélorussie.

Dans les cas où des organisations sportives nationales et internationales et d'autres organisateurs d'événements choisissent d'autoriser les sportifs (y compris les athlètes, les officiels et les administrateurs) de Russie et de Biélorussie à participer à des événements sportifs :

  • Il devrait être clair qu'ils ne représentent pas les États russes ou biélorusses.
  • L'utilisation des drapeaux, emblèmes et hymnes officiels russes et biélorusses devrait être interdite.
  • Des mesures appropriées doivent être prises pour s'assurer que toutes les déclarations publiques faites ou tous les symboles affichés lors d'événements sportifs - par tous les athlètes, officiels et administrateurs impliqués - sont conformes à cette approche.

Nous appelons toutes les fédérations sportives internationales à tenir compte de ces principes, applaudissons tous ceux qui ont déjà pris des mesures et encourageons nos propres instances sportives nationales à s'engager auprès de leurs fédérations internationales à le faire. Ces restrictions devraient être en place jusqu'à ce que la coopération dans le cadre de l'ordre international fondé sur des règles soit redevenue possible.

En outre, nous réitérons nos encouragements à la communauté sportive internationale pour qu'elle continue à manifester sa solidarité avec le peuple ukrainien, notamment en soutenant la poursuite et la reconstruction du sport ukrainien lorsque cela est possible.

Signé par les ministres suivants ou leurs équivalents :

  • Australie : L'honorable Anika Wells MP, Ministre des soins aux personnes âgées et Ministre des sports
  • Autriche : vice-chancelier Werner Kogler, ministre des Arts et de la Culture, de la Fonction publique et des Sports
  • Belgique : Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Formation des adultes, de la Recherche scientifique, des Hôpitaux universitaires, de la Jeunesse, des Maisons de justice, de la Jeunesse, des Sports et de la Promotion bruxelloise de la Communauté française. Cette signature engage la Communauté française, la Communauté flamande et la Communauté germanophone de Belgique.
  • Canada : L'honorable Pascale St-Onge, ministre des Sports
  • Croatie : Dr Nikolina Brnjac, ministre du Tourisme et des Sports
  • Chypre : Prodromos Prodromou, ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports et de la Jeunesse
  • République tchèque : Filip Neusser, président de l'Agence nationale des sports
  • Danemark : Ane Halsboe-Jørgensen, ministre de la Culture
  • Estonie : Liina Kersna, ministre de l'Éducation et de la Recherche dans les responsabilités de ministre de la Culture
  • Finlande : Petri Honkonen, ministre des Sciences et de la Culture
  • France : Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques
  • Allemagne : Mahmut Özdemir MP, secrétaire d'État parlementaire au ministère fédéral de l'Intérieur et de la Communauté
  • Grèce : Lefteris Avgenakis, vice-ministre des Sports
  • Islande : Ásmundur Einar Daðason, ministre de l'Éducation et de l'Enfance
  • Irlande : Jack Chambers TD, ministre d'État aux Sports et au Gaeltacht
  • Italie : Valentina Vezzali, secrétaire d'État aux Sports
  • Japon : SE SUEMATSU Shinsuke, Ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie
  • République de Corée : PARK Bo Gyoon, ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme
  • Lettonie : Anita Muižniece, ministre de l'Éducation et des Sciences
  • Liechtenstein : SE Dominique Hasler, ministre des Affaires étrangères, de l'Éducation et des Sports
  • Lituanie : Dr Jurgita Šiugždinienė, ministre de l'Éducation, des Sciences et des Sports
  • Luxembourg : Georges Engel, ministre des Sports
  • Malte : Dr Clifton Grima, ministre de l'Éducation, de la Jeunesse, des Sports, de la Recherche et de l'Innovation
  • Pays-Bas : Conny Helder, ministre des Soins de longue durée et des Sports
  • Nouvelle-Zélande : Hon Grant Robertson, ministre des Sports et des Loisirs
  • Norvège : Anette Trettebergstuen, ministre de la Culture et de l'Égalité
  • Pologne : Kamil Bortniczuk, ministre des Sports et du Tourisme
  • Portugal : Ana Catarina Mendes, ministre au Cabinet du Premier ministre et aux Affaires parlementaires (chargée de la Jeunesse et des Sports)
  • Roumanie : Carol-Eduard Novak, ministre des Sports
  • Slovaquie : Ivan Husar, secrétaire d'État aux Sports
  • Slovénie : Dr Igor Papič, ministre de l'Éducation, des Sciences et des Sports
  • Espagne : Miquel Octavi Iceta i Llorens, ministre de la Culture et des Sports
  • Suède : Anders Ygeman, ministre de l'Intégration et de la Migration
  • Royaume-Uni : The Rt Hon Nadine Dorries MP, Secretary of State for Digital, Culture, Media and Sport
  • États-Unis d'Amérique : Elizabeth Allen, haut fonctionnaire pour la diplomatie publique et les affaires publiques
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles