11 C
Bruxelles
Thursday, Septembre 29, 2022

Lutter contre le discours de haine au carrefour de la technologie, du gouvernement et de la société civile

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

BWNS
BWNS
BWNS rend compte des principaux développements et efforts de la communauté baha'ie mondiale

Plus de l'auteur

Nouveau stratagème de propagande pour incriminer les baha'is en Iran

Nouveau stratagème de propagande pour incriminer les baha'is en Iran

0
La communauté internationale bahá'íe a reçu des nouvelles d'un nouveau stratagème de propagande choquant et scandaleux pour incriminer les bahá'ís en Iran
Royaume-Uni. Comment le journalisme à sensation obscurcit la vision de la réalité | BWNS

Royaume-Uni. Comment le journalisme à sensation obscurcit la vision de la réalité

0
Des journalistes expérimentés se sont entretenus avec le Bureau bahá'í des affaires publiques du Royaume-Uni pour explorer comment les reportages peuvent promouvoir la compréhension et le dialogue.
BIC New York : L'ONU appelle l'Iran à mettre fin à la discrimination religieuse | BWNS

BIC New York : l'ONU appelle l'Iran à mettre fin à la discrimination religieuse

0
L'Assemblée générale des Nations Unies appelle l'Iran à respecter les droits de l'homme pour tous ses citoyens, y compris les membres de la foi baha'ie.
Turquie : le maire d'Edirne célèbre le centenaire du décès d'Abdu'l-Baha | BWNS

Turquie : le maire d'Edirne célèbre le centenaire du décès d'Abdu'l-Baha

0
Le centenaire a été récemment célébré à Edirne, où Baha'u'llah, 'Abdu'l-Baha et un petit groupe de croyants ont vécu en exil pendant plus de quatre ans.

BIC GENÈVE — Pour relever le défi de l'augmentation des discours de haine en ligne, il doit y avoir une collaboration beaucoup plus étroite entre le secteur technologique, le gouvernement et les organisations de la société civile, déclare la Communauté internationale bahá'íe (BIC). C'était le thème d'une récente table ronde organisée par le Bureau de Genève du BIC dans le cadre du sommet RightsCon, un forum international annuel sur les droits de l'homme à l'ère numérique.

Le forum BIC a réuni le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion ou de conviction, Ahmed Shaheed, une administratrice du conseil de surveillance de Meta, Kristina Arriaga, et une chercheuse de Human Rights Watch, Tara Sepehri Far, pour explorer les défis de la lutte contre la haine en ligne. discours dans le cadre de la campagne de désinformation contre les bahá'ís d'Iran.

"Le discours de haine crée finalement une culture de la haine, où les groupes ne sont pas considérés comme des membres à part entière de la société, où la cohésion sociale est érodée et où la division est autorisée à s'enraciner, impactant tous les aspects des relations entre les individus, les communautés et les institutions gouvernementales, », a déclaré Simin Fahadej, un représentant du Bureau de Genève.

diaporama
Images 3
Un forum BIC au sommet RightsCon a exploré la collaboration nécessaire entre le secteur technologique, le gouvernement et la société civile pour lutter contre le discours de haine en ligne

Mme Arriaga, membre du conseil de surveillance de la société technologique Meta, qui exploite Facebook, Instagram et WhatsApp, a expliqué que si les médias sociaux sont un instrument important pour les défenseurs des droits de l'homme, ils peuvent également être utilisés pour diffuser de la propagande haineuse, comme dans le cas des baha'is d'Iran.

La réponse de Meta, a déclaré Mme Arriaga, a été de créer un comité de surveillance qui surveille le contenu et établit des politiques sur la manière dont le matériel est modéré. Ce conseil a également commencé à travailler avec des groupes et des communautés ciblés afin que les discours de haine puissent être signalés et surveillés.

Malgré ces efforts, les participants ont noté que la modération de contenu, qu'elle soit manuelle ou algorithmique, est extrêmement difficile. « Il n'est pas facile de savoir où tracer la ligne en matière de discours de haine », a déclaré Mme Sepehri Far.

Elle a ajouté : "Les plates-formes en ligne doivent investir davantage dans les ressources pour comprendre non seulement le contenu en langue [non anglaise], mais également le contexte sociétal."

Mme Arriaga était d'accord, disant que "l'ampleur du problème… rend nécessaire pour la communauté des droits de l'homme d'investir [du temps] dans la communauté technologique pour apprendre à… travailler avec des algorithmes et comment injecter des connaissances sur les droits de l'homme dans le secteur technologique.

Les panélistes ont noté que bien que le discours de haine cherche à créer une division entre les populations, la création de forums tels que celui créé par le BIC élève les discussions au niveau des principes et peut conduire à une collaboration plus étroite entre différents secteurs pour résoudre les problèmes.

Les discussions ont également mis en évidence l'idée que malgré le rôle important que les plateformes en ligne et les entités médiatiques doivent jouer dans la lutte contre le discours de haine, le problème ne peut être résolu uniquement par des solutions techniques.

"[Il existe] toute une gamme de normes, de façons de se comporter, de moyens de s'engager et de communication, y compris le respect mutuel, qui crée le type d'environnement dans lequel les gens peuvent s'épanouir", a déclaré le Dr Shaheed.

diaporama
Images 3
"Nous pouvons avoir tous les bons algorithmes et les bonnes lois… mais en fin de compte, la façon dont nous finissons par nous comporter en tant qu'êtres humains a à voir avec la réalité vécue de notre culture." -Kristina Arriaga, membre du conseil de surveillance de Meta

Mme Arriaga a ajouté : « Nous pouvons avoir tous les bons algorithmes et les bonnes lois… mais en fin de compte, la façon dont nous finissons par nous comporter en tant qu'êtres humains a à voir avec la réalité vécue de notre culture.

Elle a ajouté : « C'est pourquoi ce que les bahá'ís font pour élever [les conversations] et engager les autres est si important. En fin de compte, ce qui se passe en ligne est le reflet de ce qui se passe dans la vraie vie. Et nous ne pouvons y remédier que si nous… changeons notre culture.

Réfléchissant à l'événement, Mme Fahandej déclare : « Le forum a représenté un moment important pour favoriser une vision partagée entre les acteurs sociaux concernés par la technologie et l'amélioration de la société. Le BIC prévoit d'organiser à l'avenir des événements sur ce thème afin de renforcer encore les relations multisectorielles.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles