14.1 C
Bruxelles
Sunday, Septembre 25, 2022

Le Conseil adopte un règlement sur une réduction volontaire de la demande de gaz de 15 % cet hiver

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Sommet mondial sur la sécurité alimentaire : la sécurité alimentaire est le défi mondial majeur

Sommet mondial sur la sécurité alimentaire : la sécurité alimentaire est le défi mondial majeur

Remarques du président Charles Michel au Sommet mondial sur la sécurité alimentaire à New York
Réunion du Conseil d'association entre l'UE et l'Ukraine

Communiqué de presse conjoint à l'issue de la 8e réunion du Conseil d'association entre l'UE et l'Ukraine

Le 5 septembre 2022, l'Union européenne et l'Ukraine ont tenu la 8e session du Conseil d'association UE-Ukraine à Bruxelles.
Budget de l'UE pour 2023: le Conseil arrête sa position

Budget de l'UE pour 2023: le Conseil arrête sa position

Les ambassadeurs des États membres auprès de l'UE ont approuvé la position du Conseil sur le projet de budget 2023 de l'UE.

Afin d'accroître la sécurité d'approvisionnement énergétique de l'UE, le Conseil a adopté aujourd'hui un règlement relatif à une réduction volontaire de la demande de gaz de 15 % cet hiver. Le règlement prévoit la possibilité pour le Conseil de déclencher une « alerte de l'Union » sur la sécurité d'approvisionnement, auquel cas la réduction de la demande de gaz deviendrait obligatoire.

L'objectif de la réduction de la demande de gaz est de faire des économies pour cet hiver, afin de se préparer à d'éventuelles ruptures d'approvisionnement en gaz depuis la Russie, qui utilise en permanence les sources d'énergie comme une arme.

Les États membres se sont engagés à réduire leur demande de gaz de 15 % par rapport à leur consommation moyenne des cinq dernières années, entre le 1er août 2022 et le 31 mars 2023, avec des mesures de leur choix.

Alors que tous les États membres déploieront leurs meilleurs efforts pour respecter les réductions, le Conseil spécifié certaines exemptions et possibilités d'appliquer une dérogation partielle ou, dans certains cas, une dérogation complète de l'objectif de réduction obligatoire, afin de refléter les situations particulières des États membres et de garantir que les réductions de gaz sont efficaces pour accroître la sécurité d'approvisionnement dans l'UE.

Le Conseil a convenu que les États membres qui ne sont pas interconnectés aux réseaux gaziers d'autres États membres sont exemptés des réductions de gaz obligatoires car ils ne seraient pas en mesure de libérer des volumes importants de gaz au profit d'autres États membres. Les États membres dont les réseaux électriques ne sont pas synchronisés avec le système électrique européen et dépendent davantage du gaz pour la production d'électricité seront également exemptés en cas de désynchronisation du réseau d'un pays tiers, afin d'éviter le risque d'une crise d'approvisionnement en électricité.

Les États membres peuvent limiter leur objectif de réduction pour adapter leurs obligations de réduction de la demande s'ils ont des interconnexions limitées avec d'autres États membres et s'ils peuvent démontrer que leurs capacités d'exportation et leurs infrastructures nationales de GNL sont utilisées pour rediriger le gaz vers d'autres États membres au maximum.

Les États membres peuvent également limiter leur objectif de réduction s'ils ont dépassé leurs objectifs de remplissage de stockage de gaz, s'ils dépendent fortement du gaz comme matière première pour les industries critiques ou ils peuvent utiliser une méthode de calcul différente si leur consommation de gaz a augmenté d'au moins 8 % en l'année écoulée par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Les États membres ont convenu de renforcer le rôle du Conseil dans le déclenchement de "l'alerte de l'Union". L'alerte serait déclenchée par une décision d'exécution du Conseil, statuant sur proposition de la Commission. La Commission présente une proposition visant à déclencher une «alerte de l'Union» en cas de risque substantiel de grave pénurie de gaz ou de demande de gaz exceptionnellement élevée, ou si cinq États membres ou plus qui ont déclaré une alerte au niveau national demandent à la Commission de faites-le.

Lors du choix des mesures de réduction de la demande, les États membres ont convenu d'envisager de donner la priorité aux mesures qui n'affectent pas les clients protégés tels que les ménages et les services essentiels au fonctionnement de la société comme les entités critiques, les soins de santé et la défense. Les mesures possibles comprennent la réduction de la consommation de gaz dans le secteur de l'électricité, des mesures visant à encourager le changement de combustible dans l'industrie, des campagnes nationales de sensibilisation, des obligations ciblées de réduction du chauffage et du refroidissement et des mesures fondées sur le marché telles que la mise aux enchères entre entreprises.

Les États membres mettront à jour leurs plans d'urgence nationaux qui définissent les mesures de réduction de la demande qu'ils envisagent et feront régulièrement rapport à la Commission sur l'avancement de leurs plans.

Le règlement a été formellement adopté par le biais d'une procédure écrite. L'adoption fait suite à un accord politique conclu par les ministres lors du Conseil extraordinaire de l'énergie du 26 juillet. Le règlement sera désormais publié au Journal officiel et entrera en vigueur le lendemain.

Le règlement est une mesure exceptionnelle et extraordinaire, prévue pour un temps limité. Il s'appliquera pendant un an et la Commission procédera à un réexamen pour envisager sa prolongation à la lumière de la situation générale de l'approvisionnement en gaz de l'UE, d'ici mai 2023.

Contexte

L'UE est confrontée à une crise potentielle de sécurité d'approvisionnement avec une réduction significative des livraisons de gaz en provenance de Russie et un risque sérieux d'arrêt complet, auquel les États membres doivent se préparer immédiatement de manière coordonnée et dans un esprit de solidarité. Bien que tous les États membres ne soient pas actuellement confrontés à un risque important en matière de sécurité d'approvisionnement, de graves perturbations dans certains États membres ne manqueront pas d'affecter l'économie de l'UE dans son ensemble.

Il complète les initiatives et la législation existantes de l'UE, qui garantissent que les citoyens peuvent bénéficier d'un approvisionnement en gaz sûr et que les clients sont protégés contre les ruptures d'approvisionnement majeures, notamment le règlement (UE) 2017/1938 sur la sécurité de l'approvisionnement en gaz.

Ce règlement fait suite à d'autres initiatives déjà en cours pour améliorer la résilience et la sécurité de l'approvisionnement en gaz de l'UE, notamment un règlement sur le stockage du gaz, la création d'une plate-forme énergétique de l'UE pour les achats conjoints et des initiatives répertoriées dans le plan REPowerEU.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles