11.2 C
Bruxelles
Thursday, Novembre 24, 2022

Des réfugiés rohingyas font part de leurs inquiétudes au commissaire aux droits de l'homme lors d'une visite à Cox's Bazar

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

À Cox's Bazar, elle a visité des camps abritant des réfugiés rohingyas qui, après une terrible répression et des violations des droits de l'homme, ont fui le Myanmar il y a cinq ans « pour trouver un peu de sécurité », a-t-elle déclaré.

"Environ 1.1 million de Rohingyas se trouvent actuellement au Bangladesh, ce qui signifie Cox's Bazar, certains d'entre eux en Bhashan char », a déclaré Mme Bachelet après avoir visité plusieurs sites à l'intérieur d'un camp.

Ils ont décrit leurs griefs, leurs douleurs, comment ils sont partis et ont perdu tout ce qu'ils avaient

Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme 

Les femmes partagent les peines

La plus haute responsable des droits de l'homme de l'ONU a rencontré des chefs religieux ainsi que des groupes de femmes et de jeunes qui lui ont fait part de leurs préoccupations et de leurs espoirs.

Dans un endroit sûr pour femmes à l'intérieur du camp de Cox's Bazar, elle leur a parlé de leurs expériences.

"Ils ont décrit leurs griefs, leurs douleurs, comment ils sont partis et ont perdu tout ce qu'ils avaient... leurs moyens de subsistance" et leurs proches, a déclaré Mme Bachelet.

Ils ont parlé de l'abri qui leur a été fourni dans le camp de Cox's Bazar au Bangladesh, ainsi que de la manière dont l'ONU, avec ses partenaires et les ONG, les a soutenus avec des services.

Jeunes souhaitant revenir

De jeunes volontaires, âgés de 15 à 18 ans, ont fait part de leurs souhaits d'éducation et de retour au Myanmar, avec des identités de citoyens.image1170x530cropped - Des réfugiés rohingyas font part de leurs inquiétudes au commissaire aux droits de l'ONU lors de sa visite à Cox's Bazar

© HCR/Amos Halder

Une rue animée du camp de réfugiés rohingyas de Kutupalong à Cox's Bazar, au Bangladesh.

« Lorsque nos droits sont respectés, nous pouvons à nouveau avoir nos moyens de subsistance, et nous pouvons avoir une terre, et nous pouvons sentir que nous faisons partie du pays », a-t-elle raconté leurs conversations.

Rapatriement digne

Le Haut-Commissaire a réitéré l'importance de continuer à veiller à ce que des conditions sûres et durables existent pour tout retour et qu'il soit effectué de manière volontaire et digne.

« L'ONU fait de son mieux pour les soutenir. Nous continuerons à le faire », a-t-elle déclaré.

"Mais nous devons également nous attaquer aux racines profondes du problème. Nous devons nous en occuper et veiller à ce qu'ils puissent retourner au Myanmar – lorsque les conditions de sécurité et de retour volontaire sont réunies ».

Impact de la guerre en Ukraine

Pendant ce temps, la crise économique actuelle et la guerre en Ukraine ont fait grimper les prix des denrées alimentaires.

"L'un des problèmes qu'ils ont constatés ici, comme dans de nombreux autres endroits du monde, est que les prix de la nourriture augmentent", a expliqué le responsable de l'ONU, ajoutant que "la même somme d'argent qu'avant pouvait acheter plus peut maintenant acheter moins ».

Cela crée des problèmes pour les habitants de Cox's Bazar, a-t-elle souligné, insistant pour que la communauté internationale n'abandonne pas les Rohingyas.

Mme Bachelet a demandé que le monde continue "de soutenir et même de voir s'il peut augmenter son soutien en raison des conséquences".

Tirant à sa fin

Au cours de son séjour à Dhaka, la haut responsable des droits de l'ONU a rencontré le ministre des Affaires étrangères AK Abdul Momen à la maison d'hôtes du gouvernement, plusieurs ministres et des représentants d'organisations de la société civile ainsi que d'autres.

Hier, elle a souligné que l'espace civique et les conditions propices étaient essentiels pour que la société joue son rôle crucial dans l'identification et l'aide à la résolution #Droits de l'homme défis dans le pays.

Elle terminera sa visite demain après une rencontre avec le Premier ministre Sheikh Hasina Wazed et une conférence de presse.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles