15.9 C
Bruxelles
Sunday, Septembre 25, 2022

Le pape François a rencontré le métropolite russe Antoine

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Plus de l'auteur

Mythes solaires

0
Les discussions thématiques 2022 de la Commission des stupéfiants se concentrent sur les questions transversales de la politique en matière de drogue et des droits de l'homme

La Commission des stupéfiants se concentre sur les questions de politique en matière de drogue et de droits de l'homme

0
Les discussions thématiques 2022 de la Commission des stupéfiants se concentrent sur les questions transversales de la politique en matière de drogue et des droits de l'homme

Le 5 août, au Vatican, le pape François a rencontré le métropolite de Volokolamsk Antoine, président du département des affaires étrangères du patriarcat de Moscou. Il s'agit de la première rencontre personnelle avec un représentant de Patriarche Kirill puisque les problèmes politiques entre la Russie et l'Ukraine se sont compliqués.

Suite à la rencontre en ligne du 16 mars entre le pape François (du Vatican) et le patriarche Cyrille (de Moscou), au cours de laquelle le pape a appelé à la paix et à la recherche de tous les moyens diplomatiques possibles pour mettre fin au conflit entre la Russie et l'Ukraine, et après la changement du responsable des relations internationales de l'Église orthodoxe russe, c'est une nouvelle étape à un tel niveau tant pour le dialogue orthodoxe-catholique que pour la politique de l'Église mondiale.

Le métropolite russe Antoine a remplacé le métropolite Hilarion Alfeev dans ses affaires de l'Église orthodoxe russe. Il s'agissait de la première visite du métropolite Antoine au Vatican depuis qu'il a été nommé à la tête du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou le 7 juin dernier, suite à la nomination surprise de son prédécesseur, le métropolite Hilarion, comme métropolite de Budapest pour l'Église orthodoxe russe. .

Antony Volokolamsky est un représentant de longue date de l'Église orthodoxe russe et ancien président de l'Église russe « St. Catherine » à Rome, et responsable de la Mission orthodoxe russe en Italie, il a d'abord rencontré le 4 août le responsable des relations internationales du Saint-Siège, Mgr Richard Gallagher, puis le Pape. Le sujet de conversation est les relations entre la Fédération de Russie et le Saint-Siège depuis le début de la guerre contre l'Ukraine et le dialogue bilatéral orthodoxe-catholique.

L'annonce du Département des affaires étrangères du Patriarcat de Moscou concernant la rencontre avec Mgr Gallagher est trop laconique et indique que le métropolite russe est à Rome "en visite archipastorale au nom de l'administration des paroisses de l'Église orthodoxe russe en Italie" . «Au cours d'une longue conversation, des questions d'actualité affectant les relations entre l'Église orthodoxe russe et l'Église catholique romaine ont été discutées. Au cours de la réunion, le pape François et le métropolite de Volokolamsk Antoine ont discuté de "de nombreux sujets à l'ordre du jour des relations orthodoxes-catholiques, également dans le contexte des processus politiques qui se déroulent dans le monde", comme l'a noté le patriarcat de Moscou, et qu'après la réunion ils ont échangé des cadeaux. En raison d'engagements pressants, le cardinal Kurt Koch, préfet du Dicastère pour la promotion de l'unité des chrétiens, n'a pas assisté à la rencontre avec le pape François.

Désireux de se rendre à Moscou et de rencontrer pour la deuxième fois en personne le patriarche Cyrille de Moscou, ainsi qu'en Ukraine pour soutenir ceux qui souffrent de la guerre, le pape François a d'abord rencontré le métropolite Antoine de Volokolamsk au Vatican. La réunion a plus de poids diplomatique que religieux, disent les experts.

Toutes les autorités ukrainiennes, et en particulier le très actif ambassadeur de Kyiv auprès du Saint-Siège, Andrii Yuras, ont exprimé depuis longtemps le souhait d'une visite du pape en Ukraine. Le journal catholique Achi Stampa note qu'au milieu de la guerre en Ukraine, les rencontres de François et Gallagher avec Antoine porteront probablement davantage sur la politique de l'Église que sur l'œcuménisme, et qu'une nouvelle rencontre entre le pape François et le patriarche de Moscou Kirill pourrait avoir lieu. à Nur-Sultan, au Kazakhstan, après l'échec du plan initial pour la réunion de juin à Jérusalem.

Nous vous rappelons que la première véritable rencontre historique a eu lieu en 2016 à l'aéroport de La Havane, tandis qu'une autre était prévue à Jérusalem en juin de cette année, mais a été reportée en raison des différentes positions sur la guerre en Ukraine. Si en effet le voyage n'a pas lieu en août, le pape pourra partir en septembre, mais pas avant son voyage au Kazakhstan, déjà prévu du 13 au 15 septembre, où il participera à la rencontre mondiale des chefs religieux. Le patriarche russe Cyrille a déjà également confirmé sa présence à cette rencontre. L'ambassadeur d'Ukraine près le Saint-Siège Andrii Yuras était en audience avec le pape François le matin du 6 août. La rencontre a été demandée par l'ambassadeur lui-même, immédiatement après que l'archevêque Gallagher a déclaré qu'il n'excluait pas un voyage du pape à Kyiv. L'audience a duré environ une heure. Le pape François, selon des sources médiatiques de l'ambassade et de l'église, a confirmé la volonté de l'ambassadeur d'Ukraine auprès du Saint-Siège et a exprimé à plusieurs reprises sa sympathie pour le peuple ukrainien qui souffre.

Mais de manière réaliste, en ce qui concerne un éventuel voyage en Ukraine, le pape François a assuré qu'il pourra avoir lieu, en suivant les conseils des médecins concernant ses déplacements. Nous vous rappelons que, bien que dans un état de santé difficile, le pape a effectué du 24 au 30 juillet un long pèlerinage au Canada, appelé « pèlerinage pénitentiel », au cours duquel le pontife a rencontré à la fois les communautés catholiques du Canada et les population qui, selon lui, a été « soumise au génocide ». François a montré son indignation et sa honte face à la participation de nombreux chrétiens au système des pensionnats, un outil d'assimilation culturelle qui a eu des conséquences dévastatrices pour les peuples autochtones, et il a décrit son pèlerinage au Canada comme un signe de réconciliation et de guérison. Lors du vol de retour du Canada, le bureau de presse du Vatican a officiellement annoncé que le pape François se rendra au Kazakhstan du 13 au 15 septembre. Un voyage apostolique qui prend encore plus de sens non seulement pour le sommet, auquel Bergoglio participera à une cérémonie œcuménique sommet avec les principaux chefs religieux du monde, mais aussi parce qu'il s'agit du premier voyage à la frontière avec la Russie (et la Chine) depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine en février dernier. En mai de cette année, dans une interview au journal argentin La Nacion, le pape François a déclaré : « Je regrette que le Vatican ait dû annuler la deuxième rencontre avec le patriarche Cyrille que nous avions prévue pour juin à Jérusalem. Mais notre diplomatie a compris que notre rencontre à ce moment pouvait créer beaucoup de confusion.

Le même jour, le 5 août de cette année, le Pape a reçu en audience le cardinal Marcello Semeraro, donnant son approbation pour la reconnaissance du martyre, qui ouvre la porte à la béatification d'un prêtre de l'Église gréco-catholique ukrainienne, tué en 1953 par le régime de l'Union soviétique. Le pape a en effet autorisé la Congrégation pour les causes des saints à émettre un décret sur le martyre du Serviteur de Dieu Pietro Paolo Oros, prêtre du diocèse de Moukatchevo, en Ukraine, qui a été tué pour défendre sa foi le 28 août , 1953 à Siltse, URSS.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles