6.6 C
Bruxelles
Thursday, Septembre 29, 2022

Ukraine. Un accord urgent est nécessaire pour mettre fin aux combats autour de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Les référendums en Ukraine occupée par la Russie "ne peuvent être considérés comme légaux"

Les référendums en Ukraine occupée par la Russie "ne peuvent être considérés comme légaux"

0
Les soi-disant référendums récents organisés dans quatre régions ukrainiennes occupées par la Russie ne peuvent être considérés comme légaux au regard du droit international, a déclaré mardi la chef des affaires politiques de l'ONU, Rosemary DiCarlo, au Conseil de sécurité. 
Fusillade dans une école en Russie : António Guterres "profondément attristé" par l'attaque qui a fait 15 morts

Fusillade dans une école en Russie : António Guterres "profondément attristé" par l'attaque qui a fait 15 morts

0
Le chef de l'ONU a publié lundi un communiqué exprimant sa profonde tristesse face à la mort de 15 personnes, dont 11 enfants, lors d'une fusillade dans une école russe dans la ville d'Izhevsk.
Le schéma « terrible » et détérioré des violations des droits se poursuit en Ukraine

Le schéma « terrible » et détérioré des violations des droits se poursuit en Ukraine

0
Les attaques armées en cours de la Russie contre l'Ukraine ont entraîné des violations dévastatrices des droits de l'homme dans ce pays, selon un nouveau rapport publié mardi par la Mission de surveillance des droits de l'homme des Nations Unies pour le pays déchiré par la guerre (HRMMU).
ONU : Lavrov dit que la Russie n'avait "pas d'autre choix" que de lancer une "opération militaire spéciale" en Ukraine

ONU : Lavrov dit que la Russie n'avait "pas d'autre choix" que de lancer une "opération militaire spéciale" en...

0
Face à "l'incapacité" des pays occidentaux à négocier et à la "guerre contre son propre peuple" du gouvernement ukrainien à l'est, la Russie n'a eu "d'autre choix" que de lancer ce que le gouvernement appelle son opération militaire spéciale, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. a déclaré samedi à l'Assemblée générale des Nations unies.

Ces dernières semaines ont vu une escalade des bombardements dans et autour de la plus grande installation nucléaire d'Europe. 

La réunion du Conseil a été demandée par la Russie, dont les forces occupent l'usine depuis mars, soit peu après le début de la guerre, tandis que le personnel ukrainien poursuit ses opérations sur place. 

Menace "suicidaire" 

Mme DiCarlo a réitéré la grave préoccupation constante de l'ONU face à la situation dangereuse, rappelant les appels du Secrétaire général au bon sens, à la raison et à la retenue, ainsi qu'au dialogue. 

« En ce moment, il est impératif que nous recevions le l'engagement exprimé des parties d'arrêter toute activité militaire autour de la centrale et pour permettre la poursuite de ses opérations sûres et sécurisées. Pour paraphraser l'avertissement brutal du Secrétaire général, tout dommage potentiel à Zaporizhzhia est suicidaire », a-t-elle déclaré. a affirmé Valérie Plante.

Tout le personnel et l'équipement militaires doivent être retirés de l'usine et il ne devrait plus y avoir de déploiement de forces ou d'équipements sur le site.

"L'installation ne doit pas être utilisée dans le cadre d'une opération militaire, et un accord sur un périmètre de sécurité de démilitarisation pour assurer la sécurité de la zone doit être conclu", a-t-elle déclaré.

L'ONU a de nouveau appelé les parties à fournir à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avec un accès immédiat, sécurisé et sans entrave à la centrale nucléaire. 

Préparatifs de la mission de l'AIEA 

Le chef de l'AIEA, Rafael Mariano Grossi, a renouvelé mardi sa demande d'envoi d'une mission pour mener des activités essentielles de sûreté, de sécurité et de sauvegarde sur le site. 

Mme DiCarlo a indiqué que les préparatifs se poursuivent et que l'agence est en consultation active avec toutes les parties afin que la mission puisse être envoyée dès que possible. 

"Nous saluons les récentes déclarations de l'Ukraine et de la Russie indiquant soutien à l'objectif de l'AIEA d'envoyer une mission sur la centrale, ce qui serait la première visite de l'AIEA sur ce site depuis le début de la guerre », a-t-elle déclaré. 

L'ONU a également évalué qu'elle dispose de la capacité logistique et sécuritaire en Ukraine pour soutenir toute mission de l'AIEA depuis Kyiv, à condition que l'Ukraine et la Russie soient d'accord. 

"Nous devons être clairs sur le fait que tout dommage potentiel à la plante, ou toute autre installation nucléaire en Ukraine, entraînant un éventuel accident nucléaire aurait des conséquences catastrophiques, non seulement pour le voisinage immédiat, mais pour la région et au-delà », a déclaré Mme DiCarlo. 

« De même, tout dommage entraînant la coupure de la centrale électrique du réseau électrique ukrainien aurait des implications humanitaires catastrophiques, en particulier à l'approche de l'hiver. Comme le Secrétaire général l'a clairement indiqué, l'électricité produite à la centrale de Zaporizhzhia appartient à l'Ukraine. 

Russie : Atmosphère « saine » à l'usine

Dans sa délibération, l'ambassadeur russe Vasily Nebenzya a énuméré les incidents de bombardements ukrainiens présumés à l'usine ce mois-ci, accusant le pays de "chantage nucléaire".

"Le fait que le régime de Kyiv continue ses attaques contre cette station est une conséquence directe de l'acquiescement criminel de la part de ses patrons occidentaux", a-t-il déclaré, s'exprimant par l'intermédiaire d'un interprète.

De plus, toute catastrophe potentielle à la centrale nucléaire a jusqu'à présent été évitée "uniquement parce qu'il y a un travail conjoint sans heurt entre les travailleurs de la centrale, les pompiers, les secouristes et l'armée russe qui les aide de toutes les manières possibles", a-t-il ajouté. "Et cela montre qu'il y a une atmosphère de travail saine à la gare, et personne n'opprime qui que ce soit là-bas."

Appui à la mission de l'AIEA

Concernant l'AIEA, M. Nebenzya a déclaré que la Russie avait soutenu les efforts en vue d'une mission à la centrale "dès le premier jour" et avait déjà accepté qu'une mission ait lieu en juin.

"Nous espérons que la mission de voyage de l'AIEA aura lieu dans un avenir très proche et les experts de l'agence confirmeront la situation réelle à la station", a-t-il déclaré.

L'ambassadeur a conclu son propos en évoquant l'attentat à la voiture piégée à Moscou samedi qui a tué Darya Dugina, commentatrice politique et fille d'un proche allié du président Vladimir Poutine.

Les autorités russes enquêtent sur l'incident, a-t-il dit, "et les conclusions préliminaires sont que ce crime monstrueux a été organisé par les services spéciaux ukrainiens".

Il a exhorté le Conseil et les dirigeants de l'ONU, selon ses propres termes, "à condamner un nouveau crime du régime de Kyiv".

L'Ukraine réfute les allégations de bombardements

L'ambassadeur ukrainien Sergiy Kyslytsy a rejeté les affirmations de la Russie selon lesquelles son pays bombardait sa propre installation nucléaire.

"Personne qui est au moins conscient ne peut imaginer que l'Ukraine ciblerait une centrale nucléaire à risque énorme de catastrophe nucléaire et sur son propre territoire", a-t-il déclaré.

M. Kyslytsy a informé le Conseil que le Ministre ukrainien des affaires étrangères avait répondu à l'AIEA concernant la mission.  

La proposition d'itinéraire est conforme à la législation nationale "et en général pourrait être acceptée", a-t-il déclaré. Cependant, d'autres dispositions doivent être prises en fonction des conditions de sécurité, de la communication de plans d'itinéraire détaillés et d'autres aspects logistiques.

Présence permanente de l'AIEA

"Nous continuons de croire que l'efficacité de la mission peut être renforcée en incorporant des composantes militaires et politiques soutenues par l'expertise de l'ONU", a-t-il déclaré.

"Compte tenu de l'ampleur des défis et des menaces actuels, nous avons également exhorté l'AIEA à envisager une présence permanente de ses experts au ZNPP jusqu'à ce que les autorités ukrainiennes compétentes reprennent le contrôle total de cette installation nucléaire."

L'ambassadeur a souligné l'importance de la mission qui se déroule à la demande de l'Ukraine.

« Les occupants ont appris à certains des otages ce qu'ils devaient dire et ce qu'ils ne devaient pas montrer à l'AIEA. C'est pourquoi il est vraiment important de mener la mission d'une manière qui permette à la communauté internationale de voir la situation réelle et non un spectacle théâtral russe.
 

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles