17 C
Bruxelles
Tuesday, Juin 18, 2024
ReligionLe christianismeLa mention des non-orthodoxes aux funérailles

La mention des non-orthodoxes aux funérailles

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://europeantimes.news
The European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Par Saint Athanase (Sakharov)

[Extrait des lettres de saint Athanase (Sakharov), évêque de Kovrovsky (1887-1962) à Nun Varvara (Adamson)]

Concernant la mention de vos parents décédés. Je pense surtout que les enfants sont toujours obligés de prier pour leurs parents, quels qu'ils aient été durant leur vie, monstres, blasphémateurs et persécuteurs de la foi. Je suis convaincu que Sainte Martyre Barbara a prié pour son père qui l'a tuée. Vos parents étaient chrétiens. Si, selon la Parole de Dieu, « en toute nation celui qui le craint et marche dans la justice lui est agréable » (Actes 10 :35), combien plus cela s’applique-t-il à ceux qui croient au Dieu unique ? , glorifiés dans la Trinité, et qui professent le Christ, sont venus dans la chair.

L'orthodoxie m'est chère. Je ne peux la comparer à aucune autre confession, à aucune autre foi. Mais je n'ose pas affirmer que tous les non-orthodoxes ont péri sans espoir. La miséricorde du Seigneur est grande, et sa délivrance est grande (Ps. 129:7). Qui peut lui résister s'il a décidé de sauver quelqu'un ? Et le Seigneur veut que tous soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité (1 Tim. 2:4). Il ne peut sauver que ceux qui eux-mêmes ne désirent pas le salut et résistent obstinément à sa main droite tendue. Et vos parents, en tant que chrétiens, voulaient et cherchaient le salut, mais ils ne connaissaient pas la voie de l'orthodoxie.

Si la prière de saint Macaire le Grand pour les païens leur a apporté un certain réconfort, combien plus la prière des enfants orthodoxes apportera-t-elle du réconfort aux parents non orthodoxes ?!

À la demande de la pieuse reine Théodora, les Pères de l'Église ont prié intensément pour son mari, le féroce iconoclaste et persécuteur de l'orthodoxie Théophile, et ont reçu la révélation que grâce à leurs prières et à cause de la foi de Théodora, il a obtenu l'absolution.

Nous pouvons et devons donc prier pour les non-orthodoxes. Mais, bien sûr, la prière pour les non-orthodoxes devrait être un peu différente. Ainsi, par exemple, au tout début du canon funéraire, une prière est offerte pour que le Seigneur accorde ses bienfaits éternels aux fidèles décédés. Quelque chose que nous ne pouvons dire que sur les orthodoxes. Par conséquent, le Saint-Synode a approuvé un rite spécial de requiem pour les non-orthodoxes. Son impression a commencé en 1917, mais n'a pas été achevée. Par conséquent, en 1934 ou 1935, Mitr. Sergius (de Stragorod, successivement métropolitain de Vladimir, Gorki, Moscou, vicaire du trône patriarcal et enfin patriarche, bb) envoya aux diocèses une ordonnance rédigée par lui pour le service commémoratif des défunts non-orthodoxes.

Je pense que le clergé de la Laure a cette hiérarchie. Si, pour une raison quelconque, cet acte ne doit pas être accompli, donnez au service commémoratif ordinaire votre mémorial avec tous les noms de vos parents et amis décédés, y compris les non-orthodoxes, et au tout début de la liste, laissez les noms de vos parents et autres parents non-orthodoxes se lèvent.

Concernant leur mention de proscomidie, il faut raisonner ainsi. La mention des proscomidies s'accompagne de la soustraction de particules de prosphores. Ces particules représentent symboliquement celles mentionnées. Ils s'offrent au Trône divin et s'immergent dans le Sang divin, comme s'ils en prenaient part. Selon les règles de l'Église, non seulement les non-orthodoxes, mais même les déclarés, qui se préparent au baptême, ne doivent pas rester dans le temple après l'exclamation «Annoncé, sortez» et lorsque la Sainte Eucharistie est célébrée. Certes, ces derniers temps, l'ancienne discipline chrétienne stricte s'est affaiblie et les non-orthodoxes sont autorisés à rester dans le temple jusqu'à la fin de la liturgie.

Cependant, si vos parents, par exemple, étaient vivants et avaient accepté de venir avec vous prier dans une église orthodoxe, alors vous-même, en approchant de la Sainte Communion, vous n'autoriseriez même pas mentalement la possibilité d'emmener vos parents au calice.

C'est pourquoi je vous conseille d'avoir un monument spécial avec les noms des seuls défunts orthodoxes pour les proscomidies. Ce n'est pas un péché que vous ayez mentionné vos parents à la proscomidie auparavant. Vous l'avez fait par ignorance. Plus tôt, j'ai également mentionné les non-orthodoxes aux proscomidies, puis je suis devenu convaincu qu'il valait mieux ne pas le faire.

Pendant les autres moments de la liturgie, cependant, sans enlever spécifiquement les particules de la prosphore, dans une prière secrète ou dans une litanie funèbre, nous pouvons également mentionner les non-orthodoxes, en particulier nos parents.

D'ailleurs, feu le P. Alexii Zosimovski a conseillé au P. Michael Shiku d'évoquer ses parents, juifs fervents, lors des litanies pour les annoncés.

Source : Recueil de lettres de saint Athanase (Sakharov), M. : « Règle de foi », 2001, c. 272-274 (en russe).

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -