-0.6 C
Bruxelles
Friday, Décembre 9, 2022

Inondations au Pakistan : les pauvres paient le prix d'une destruction sans précédent

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Le pape exhorte les catholiques et les chrétiens assyriens à poursuivre leur chemin commun - Vatican News

Le pape exhorte les catholiques et les chrétiens assyriens à poursuivre leur chemin commun

0
Le pape François a rencontré samedi matin Mar Awa III, chef de l'Église assyrienne d'Orient, exhortant les membres des deux Églises "à prier et à travailler avec diligence en préparation du jour tant attendu" où la pleine unité sera atteinte.
Mgr Martinelli : « Les religions peuvent rendre le monde plus humain » - Vatican News

Fraternité humaine : "Les religions peuvent rendre le monde plus humain"

0
Pendant son séjour à Bahreïn, le pape a rencontré Ahmed Al-Tayyeb, le grand imam d'Al-Azhar, avec qui il a signé le document sur la fraternité humaine à Abou Dhabi en 2019.
Pape à Bahreïn : Apportez les eaux de la fraternité au désert de la coexistence humaine

Pape à Bahreïn : Apportez les eaux de la fraternité au désert de la coexistence humaine

0
Après une visite de courtoisie au roi de Bahreïn au palais royal de Sakhir, le pape François s'adresse aux autorités, aux membres de la société civile et au corps diplomatique

Par Salvatore Cernuzio

« Il y a de l'eau partout… barrages, routes, maisons, infrastructures ; tout détruit.

Le cardinal Joseph Coutts parle de son Pakistan, mis à genoux après deux mois d'inondations déchaînées qui ont fait jusqu'à présent environ 1,130 380 morts. Plus de XNUMX des victimes, selon les derniers chiffres, sont des enfants.

Une catastrophe naturelle

S'adressant à Vatican News alors qu'il était à Rome pour la rencontre du pape avec les cardinaux du monde sur la réforme de la curie, le cardinal Coutts a évoqué la catastrophe naturelle qui s'est abattue sur son pays, où les pluies de mousson et les inondations ont touché 33 millions de Pakistanais et endommagé plus d'un millions de foyers. « Ce sont eux dans les villages », dit Coutts avec un sourire amer : « Comme toujours, ce sont les pauvres qui paient le prix.

De la montagne à la mer

Le cardinal ne pointe personne du doigt en notant que « toujours pendant la saison des pluies, il commence à pleuvoir sur le pays. Mais maintenant, il pleut régulièrement presque tous les jours depuis deux mois sans interruption.

«Nous n'avons pas eu autant de pluie que cela au cours des 30 dernières années», dit Coutts, ajoutant que «le Pakistan est un grand pays, d'environ 1500-1600 km de long» et que «dans le nord, il y a très hautes montagnes, le K2 est la deuxième plus haute montagne du monde.

La pluie a atteint ces montagnes, explique-t-il, et l'eau a inondé jusqu'à la mer, coulant sur quelque 1,700 XNUMX kilomètres avec une force incroyable et causant "une destruction sans précédent".

Gouvernement, armée et Caritas en première ligne

Le cardinal Coutts rappelle les inondations d'août 2010, qui ont inondé près d'un cinquième de la nation entière. "La France, l'Italie, l'Allemagne, tout le monde a aidé", dit-il, "Mais la situation est maintenant bien pire."

Les pauvres, ajoute-t-il, portent toujours le poids de la catastrophe : "Ils ont des maisons aux structures fragiles, et la boue et l'eau détruisent tout et sont très dangereuses".

Le gouvernement, l'armée et Caritas Pakistan sont immédiatement intervenus, dit le cardinal, mais l'urgence est énorme et "une aide matérielle telle que des vêtements et de la nourriture qui ne se gâte pas est nécessaire de toute urgence, par exemple des céréales et du pétrole".

Le soutien du Pape

Le cardinal Coutts décrit les paroles du pape François lors de l'angélus de dimanche dernier comme une consolation :

« Je tiens à assurer le peuple pakistanais touché par des inondations aux proportions désastreuses de ma proximité. Je prie pour les nombreuses victimes, blessés et déplacés, et pour que la solidarité internationale soit prête et généreuse.

« Le Saint-Père est informé de tout », dit le cardinal, « lors de la réunion dans la salle du nouveau synode, nous nous sommes salués et j'ai dit : 'Pakistan !' Et il a dit : 'Ah, le Pakistan. Comment vas-tu maintenant?' Quand je reviendrai, je dirai à tout le monde que le pape est proche de nous.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles