7.2 C
Bruxelles
Vendredi, Avril 19, 2024
Droits de l'hommeLe Royaume-Uni est invité à mettre fin à la « menace nationale » de violence contre les femmes et les filles

Le Royaume-Uni est invité à mettre fin à la « menace nationale » de violence contre les femmes et les filles

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Conclure un visite de 10 jours Dans ce pays, la Rapporteuse spéciale Reem Alsalem a noté qu'une femme est tuée par un homme tous les trois jours au Royaume-Uni et qu'une femme sur quatre y subira une forme de violence domestique au cours de sa vie.

"Un patriarcat bien ancré à presque tous les niveaux de la société, combiné à une montée de la misogynie qui imprègne le monde physique et en ligne, prive des milliers de femmes et de filles à travers le Royaume-Uni du droit de vivre en sécurité, à l'abri de la peur et de la violence », a-t-elle déclaré dans une déclaration résumant ses conclusions et observations préliminaires.

Leadership et inspiration 

Mme Alsalem a reconnu le cadre juridique solide pour promouvoir l’égalité des sexes, y compris l'Equality Act 2010 et d'autres lois applicables dans tout le Royaume-Uni, notant que ce cadre est complété par d'importantes législations et politiques dans les régions décentralisées, faisant référence à l'Écosse, au Pays de Galles et à l'Irlande du Nord.

Elle a déclaré que le Royaume-Uni était un leader dans le renforcement de son cadre juridique pour lutter contre les formes actuelles et émergentes de violence à l'égard des femmes et des filles, notamment le contrôle coercitif, la violence et le harcèlement assistés par voie numérique, ainsi qu'en améliorant l'accès à la justice.

« De nombreux pays se tourneront vers le Royaume-Uni pour s'inspirer, ainsi que pour trouver des exemples d'innovation et de bonnes pratiques sur la manière de rendre la vie plus sûre pour les femmes et les filles, et de rendre la responsabilité des crimes commis à leur encontre », a-t-elle ajouté.

Traduire la politique en action 

Cependant, la Rapporteuse spéciale a noté qu'un certain nombre de réalités compromettent la capacité du Royaume-Uni à réaliser tout le potentiel de sa législation et de ses politiques en matière de violence à l'égard des femmes.

Ils comprennent la dilution du lien entre ces politiques et les obligations internationales du Royaume-Uni en matière de droits de l'homme; un discours critique général et un positionnement sur les droits de l'homme, notamment en ce qui concerne les migrants, les demandeurs d'asile et les réfugiés ; et le fragmentation des politiques sur la violence masculine contre les femmes et les filles dans les domaines décentralisés et non décentralisés.

"Le Royaume-Uni peut faire davantage pour traduire en actions concrètes sa reconnaissance politique de l’ampleur de la violence à l’égard des femmes et des filles.", a-t-elle déclaré, avant de proposer plusieurs recommandations, telles que le regroupement de tous les volets législatifs et programmatiques d'intervention sur la question, l'amélioration et la formalisation de la responsabilité en matière de discrimination et de violence à l'égard des femmes et des filles au sein du gouvernement, et l'ancrage de ces responsabilités dans les engagements en matière de droits humains. 

Les groupes de base en difficulté 

Mme Alsalem s'est dite préoccupée par la manière dont les organisations de base et les prestataires de services spécialisés de première ligne travaillant avec les femmes et les filles peinent à répondre aux besoins des plus vulnérables, tant étrangers que nationaux, qui passent entre les mailles du filet et ne sont pas couverts par les prestataires de services statutaires. 

Ces groupes « luttent pour survivre dans un contexte de plus en plus difficile de hausse du coût de la vie, crise du logement qui s'aggrave et manque critique de financement," dit-elle.

« La situation des ONG travaillant sur l’égalité des sexes et la violence à l’égard des femmes et des filles a atteint un point critique et est tout simplement intenable », a-t-elle ajouté, exhortant les autorités britanniques à rétablir un financement prévisible et adéquat pour les organisations de première ligne. 

Mme Alsalem, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la violence contre les femmes et les filles, a été nommée par l'ONU Droits de l'Homme du Conseil à Genève. 

Les experts indépendants qui reçoivent des mandats du Conseil ne font pas partie du personnel de l'ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail. 

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -