9.2 C
Bruxelles
Tuesday, Avril 23, 2024
EuropeUE-MOLDAVIE : La Moldavie réprime-t-elle indûment la liberté des médias ? (JE)

UE-MOLDAVIE : La Moldavie réprime-t-elle indûment la liberté des médias ? (JE)

Le fondateur et directeur d'un média soumis aux sanctions de l'UE et de la Moldavie pour propagande et désinformation pro-russes crée « Stop à l'interdiction des médias » et fait campagne contre la Moldavie au Parlement européen à Strasbourg et à Bruxelles…

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Willy Fautre
Willy Fautrehttps://www.hrwf.eu
Willy Fautré, ancien chargé de mission au Cabinet du ministère belge de l'Éducation et au Parlement belge. Il est le directeur de Human Rights Without Frontiers (HRWF), une ONG basée à Bruxelles qu'il a fondée en décembre 1988. Son organisation défend les droits humains en général avec un accent particulier sur les minorités ethniques et religieuses, la liberté d'expression, les droits des femmes et les personnes LGBT. HRWF est indépendante de tout mouvement politique et de toute religion. Fautré a mené des missions d'enquête sur les droits de l'homme dans plus de 25 pays, y compris dans des régions périlleuses comme l'Irak, le Nicaragua sandiniste ou les territoires maoïstes du Népal. Il est maître de conférences dans les universités dans le domaine des droits de l'homme. Il a publié de nombreux articles dans des revues universitaires sur les relations entre l'État et les religions. Il est membre du Club de la Presse à Bruxelles. Il est défenseur des droits de l'homme auprès de l'ONU, du Parlement européen et de l'OSCE.

Le fondateur et directeur d'un média soumis aux sanctions de l'UE et de la Moldavie pour propagande et désinformation pro-russes crée « Stop à l'interdiction des médias » et fait campagne contre la Moldavie au Parlement européen à Strasbourg et à Bruxelles…

UE-MOLDAVIE – Le fondateur et directeur d'un média soumis aux sanctions de l'UE et de la Moldavie pour propagande et désinformation pro-russes crée « Stop à l'interdiction des médias » et fait campagne contre la Moldavie au Parlement européen à Strasbourg et à Bruxelles..

Par le Dr Evgeniia Gidulianova avec Willy Fautré

Le 10 janvier, le groupe politique ECR (Eenne Cles conservateurs et Rréformistes) au Parlement européen a organisé une conférence à Bruxelles sur la liberté de la presse au niveau international européen, dans laquelle « Stop à l'interdiction des médias » en Moldavie était représenté par sa présidente, Ludmila Belcencova. Son message était que la Moldavie, candidate à l'Union européenne, réprime indûment la liberté des médias.

Qui est Ludmila Belcencova ?

Selon les informations de la publication «BLOKNOT Moldavie" Ludmila Belcencova est née le 5 juillet 1972 dans la ville de Vinnytsia, dans la région de Tchernivtsi en Ukraine. Elle a étudié pour devenir professeur d'histoire. Pendant de nombreuses années, elle a travaillé comme Présentateur de télévision sur la chaîne NIT, surnommé le porte-parole du Parti des communistes de la République de Moldavie (PCRM). Elle était membre du parti et, à ce titre, une membre élu du Parlement moldave.

Le "Revue Aquarelles", dans sa colonne"Club des femmes de carrière", indique que Belcencova a commencé son travail à la télévision en 1997. Au début, elle a travaillé comme journaliste dans un programme d'information sur le canal NIT. Par la suite, elle devient rédactrice en chef de l'émission journalistique MAXIMA sur NIT avant d'en devenir plus tard la créatrice et la présentatrice. En 2004, elle a travaillé quelque temps au Ambassade de la République de Moldavie en Russie(*).

Selon le média KP en Moldavie, (Komsomolskaïa Pravda), Belcencova a fait carrière dans le journalisme politique, promouvant principalement le point de vue de l'extrême gauche du Parti communiste. En 2009, elle figurait sur la liste du Parti communiste pour les élections et est ensuite devenue membre du Parlement moldave en tant que communiste. Cependant, peu après avoir reçu son mandat, elle a quitté la faction d'extrême gauche du Parti communiste (PCRM), avec un groupe de députés, et a rejoint le parti. Parti moldave Unită. Elle devient porte-parole de ce parti, mais se retire ensuite de la vie politique et retourne au journalisme.

Le 16 décembre 2022, la Moldavie a imposé des sanctions et suspendu la licence du «Primul en Moldavie" chaîne, qui était en fait la version roumaine-moldave du russe Canal Pervyi. Belcencova en était alors la productrice générale. Canal Pervyi (Primul en Moldavie) relevait également de la Sanctions de l'UE(**).

Le 31 mai 2023, Belcencova a créé et dirigé le «Arrêtez l’interdiction des médias», ciblant spécifiquement la Moldavie.

Ludmila Belcencova PrimulTV Stop à l'interdiction des médias lors de la conférence de Bruxelles UE-MOLDOVA : La Moldavie réprime-t-elle indûment la liberté des médias ? (JE)
Ludmila Belcencova était productrice générale de «Primul à la télévision moldave» Chaîne (alias Pervyi Kanal) – Pervyi Kanal/ Primul en Moldavie sous les sanctions de l'UE et de la Moldavie. Actuellement président de STOP MEDIA BAN. Photo lors de la « Conférence sur la liberté de presse » à Bruxelles.

En bref, l'agenda idéologique et politique de Ludmila Belcencova s'aligne sur l'aile gauche extrémiste du Parti communiste de Moldavie (PCRM), devenu ces dernières années un parti et un instrument insignifiant en Moldavie, et passe de l'arène politique à l'arène médiatique pour faire avancer « son » programme. Lors de la séance de questions-réponses de la conférence organisée par le groupe politique ECR du Parlement européen, elle n'a pas répondu à deux reprises aux questions posées par le directeur de Human Rights Without Frontiers: « Quel est le nom de vos médias interdits et la raison de l'interdiction est-elle votre prétendu soutien aux opinions de Poutine » ? Dans sa réponse, elle a volontairement omis à deux reprises de donner le nom de ses médias (!) et de confirmer ou de nier avoir exprimé de prétendues opinions pro-russes (!)

Elle dirige désormais la plateforme « Stop Media Ban », une autre arène à première vue sympathique, à travers laquelle elle peut faire avancer un agenda politique hostile à la Moldavie.

Quand on recherche sur Google son nom écrit avec l'alphabet latin, il n'y a aucune information sur elle mais ce n'est pas du tout le cas de son nom en russe : Людмила Бельченкова.

Sur elle Page Facebook en russe, elle a posté sa photo avec son badge d'accréditation au Parlement européen au nom de l'ONG « Stop Media Ban » (SMB) qu'elle avait obtenue le 8 janvier, deux jours avant la conférence.

Qu’est-ce que « Stop à l’interdiction des médias en Moldavie » ?

Le 31 mai 2023, Liudmila Belcencova, productrice générale de «Primul à la télévision moldave" (alias Pervyi Kanal), sous sanctions moldaves et européennes, détenue une conférence de presse à l'agence de presse IPN et a annoncé pour la première fois la création de la plateforme « Arrêtez l’interdiction des médias ». Le but de cette initiative était de protéger les droits de tous les journalistes en Moldavie. « Stop Media Ban » se positionne comme une organisation non gouvernementale à but non lucratif dédiée à la lutte pour la liberté de la presse et appelant à la fin de l'interdiction d'un certain nombre de médias en Moldavie, dans toute l'Europe et au-delà.

Le 5 octobre 2023, les journalistes de « Stop Media Ban » appelé le Parlement européen à Strasbourg, pour voter en faveur de l'adhésion de la Moldavie à l'Union européenne.  Ils ont toutefois souligné qu'il est essentiel de veiller à ce que le gouvernement de la République de Moldavie mette en œuvre les réformes nécessaires à l'adhésion à l'Union européenne. Liudmila Belcencova, présidente et porte-parole de « Stop Media Ban », a déclaré :

"Atteindre l’objectif nécessite un effort déterminé. L'Union européenne a été fondée sur des idéaux démocratiques. La Moldavie deviendra membre de l’UE lorsque son gouvernement partagera les valeurs européennes et respectera tous les droits de l’homme et libertés fondamentales, y compris ceux qui sont aujourd’hui fortement menacés. Par exemple, en matière de liberté de la presse, il ne peut y avoir aucune ingérence dans le travail des journalistes ni aucune censure, comme l'interdiction des médias indépendants ou la propagation de la désinformation.. »

"Le Parlement européen devrait prendre des mesures pour se conformer aux règles européennes sur la liberté des médias en Moldavie en tant que pays candidat. Cette action garantira le pluralisme médiatique manquant dans le pays et protégera l'indépendance des médias vis-à-vis de l'influence étatique, politique ou économique.", a conclu Belcencova. Avoir l'interdiction de Canal Pervyi (Primul en Moldavie) levée est évidemment son objectif prioritaire.

Le site « Stop Media Ban » publie un appel universel à signature sur sa page d'accueil pétition contre l'interdiction par le gouvernement moldave de certains médias émise une semaine avant les élections locales dans le pays. La base de la pétition était l'ordonnance du 30 octobre 2023, par laquelle la Commission pour les situations exceptionnelles de Moldavie a fermé six chaînes privées et 31 plateformes de médias en ligne. Auparavant, en décembre 2022, six autres chaînes de télévision avaient été fermées pour diffusion de désinformation et atteinte à la sécurité du pays.

Dans son classement mondial de la presse incluant 180 pays, Reporters sans frontières a classé la Moldavie dans les positions suivantes au cours des trois dernières années : 89 en 2021, En 40 2022 et dans 28 2023. Une trajectoire plutôt positive.

Sanctions de l'UE

Il convient de rappeler qu'un certain nombre de chaînes sanctionnées en Moldavie ont également été incluses par l'Union européenne dans le 10ème et 11ème paquets de sanctions en tant que propriété de l'État et médias de désinformation pro-Kremlin, jouant un rôle important et décisif dans le soutien à l’agression russe contre l’Ukraine. L'UE a souligné qu'ils constituent une menace sérieuse pour l'ordre public et la sécurité de l'UE et qu'ils sont utilisés à des fins de désinformation et de manipulation de l'information. L'UE a donc décidé de suspendre leur diffusion et leur distribution, ainsi que leurs licences.

UE : la vigilance est de mise 

A la veille des élections européennes, le Parlement européen soupçonne un certain nombre de députés et de collaborateurs dans ses rangs d'être « influenceurs » pro-russes. Les députés européens et les groupes politiques devraient être vigilants et avoir tout intérêt à s’intéresser également aux promoteurs à Bruxelles d’un agenda anti-UE concernant la Moldavie. 

Curieusement, le 20 décembre dernier, une autre personnalité de Moldavie/Gagaouzie, Eugène Gutsul, est venue à Bruxelles pour tenir une conférence de presse au Club de la Presse à Bruxelles. A cette occasion, elle a donné un image très négative de l’État de droit en Moldavie. Dans EU Today, elle aurait déclaré :

«Lors du référendum de 2014, 96 pour cent des votants ont déclaré que si la Moldavie choisissait la voie de l'adhésion à l'UE et perdait ensuite son indépendance, alors La Gagaouzie réserve son droit à son indépendance. » 


À Propos Ievgenia Gidulianova

Ievgenia Gidulianova

Ievgenia Gidulianova est titulaire d'un doctorat. en droit et a été professeur agrégé au Département de procédure pénale de l'Académie de droit d'Odessa entre 2006 et 2021.

Elle est aujourd'hui avocate en pratique privée et consultante pour l'ONG bruxelloise Human Rights Without Frontiers.

Notes

(*) A cette époque, le pays était dirigé par le Parti communiste qui avait remporté 50.07 % des voix et remporté 71 des 101 députés lors des élections législatives de 2001. Ils ont élu Vladimir Voronine comme président qui est resté au pouvoir jusqu'en 2009. La Moldavie était alors le premier État post-soviétique où un Parti communiste est revenu au pouvoir. À partir de 2010, le parti entame sa descente aux enfers et n'est plus représenté au parlement en 2019. En 2021, il revient par la petite porte en alliance avec le Parti socialiste qui remporte 10 % des sièges au Parlement. parlement.

(**) Les sanctions de l'UE contre la Russie expliquées: Contrer propagande russe, l’UE a suspendu les activités de diffusion et les licences de plusieurs médias de désinformation soutenus par le Kremlin :

  • Spoutnik et ses filiales dont Spoutnik Arabic
  • Russia Today et ses filiales, notamment Russia Today English, Russia Today UK, Russia Today Allemagne, Russia Today France, Russia Today espagnol, Russia Today arabe
  • Rossiya RTR / RTR Planète
  • Rossiya 24 / Russie 24
  • Russie 1
  • Centre TV International
  • NTV/NTV Mir
  • TV REN
  • Canal Pervyi
  • Revue orientale
  • Chaîne de télévision de Tsargrad
  • Nouvelles perspectives orientales
  • Katehon
  • Chaîne de télévision des spas

La Russie utilise tous ces médias pour diffuser intentionnellement de la propagande et mener des campagnes de désinformation, notamment sur son agression militaire contre l’Ukraine.

Ils couvrent tous les moyens de transmission et de distribution dans ou à destination des États membres de l'UE, y compris le câble, le satellite, la télévision sur protocole Internet, les plateformes, les sites Web et les applications.

Conformément à la Charte des droits fondamentaux, ces mesures n'empêcheront pas ces médias et leur personnel de mener des activités dans l'UE qui n'impliquent pas de radiodiffusion, par exemple des recherches et des interviews.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -