14.7 C
Bruxelles
Mercredi, Juin 12, 2024
ActualitéLe premier médicament qui ralentit la maladie d'Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d'Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://europeantimes.news
The European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai et Biogen, Leqembi, est rencontrer une résistance significative à son adoption généralisée, en grande partie due au scepticisme de certains médecins quant à l’efficacité du traitement de cette maladie dégénérative du cerveau.

Bien qu'il s'agisse du premier médicament dont il a été prouvé qu'il ralentissait la progression de la maladie d'Alzheimer, les doutes bien ancrés parmi les prestataires de soins de santé quant à l'utilité du traitement de la maladie s'avèrent être un obstacle majeur.

Les spécialistes de la maladie d'Alzheimer s'attendaient initialement à des difficultés liées au protocole exigeant de Leqembi, qui comprend des tests de diagnostic supplémentaires, des perfusions bimensuelles et des scintigraphies cérébrales régulières pour surveiller les effets secondaires potentiellement graves. En effet, ces exigences ont contribué à la lenteur de l'adoption du médicament depuis son approbation par la Food and Drug Administration des États-Unis, comme en témoignent les discussions avec 20 neurologues et gériatres dans diverses régions des États-Unis.

Selon Reuters, sept médecins ont fait part de leur hésitation à prescrire Leqembi, invoquant des doutes sur l'efficacité du médicament, son coût et les risques associés. De plus, un groupe de six experts éminents dans le domaine a indiqué que le « nihilisme thérapeutique » – la perception selon laquelle la maladie d'Alzheimer est une maladie insurmontable – a un impact plus important que prévu en limitant l'enthousiasme des médecins de premier recours, des gériatres et des neurologues. Ce scepticisme affecte leur volonté d'orienter les patients vers des spécialistes de la mémoire pour un éventuel traitement par Leqembi.

Certains experts affirment que la réticence de certains médecins pourrait provenir de la longue période de doute qui a obscurci l'efficacité du ciblage de la protéine bêta-amyloïde de la maladie d'Alzheimer pour ralentir la progression de la maladie. Avant les résultats encourageants de l’essai Leqembi, de nombreux acteurs du domaine médical considéraient cette direction de recherche comme infructueuse.

Des inquiétudes ont été soulevées par d'autres professionnels de la santé concernant les effets secondaires de Leqembi, tels que le gonflement et les saignements du cerveau, en plus des coûts liés au prix annuel de 26,500 XNUMX $, aux IRM fréquentes et aux perfusions bimensuelles.

Leqembi a été le premier médicament ciblant l'amyloïde à recevoir l'approbation complète de la FDA après avoir démontré un ralentissement de 27 % du déclin cognitif chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer à un stade précoce au cours des essais cliniques. Malgré l'objectif initial de traiter 10,000 XNUMX Américains d'ici fin mars, seuls quelques milliers avaient commencé le traitement fin janvier, comme l'a rapporté Eisai, dont la porte-parole a refusé de fournir des chiffres actualisés.

L’adoption de nouveaux médicaments, même ceux qui ne nécessitent pas de changements significatifs dans la pratique médicale, est tristement lente. La recherche a montré qu’il faut en moyenne 17 ans pour que la recherche clinique devienne une pratique courante. La maladie d'Alzheimer touche plus de 6 millions d'Américains, mais moins de la moitié des neurologues américains recommandent Leqembi à leurs patients, selon une enquête réalisée en janvier par Life. les sciences de la vie chercheur de marché Spherix Global Insights.

Écrit par Alius Noreïka

IdentifierTechnologie.org
- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -