13.4 C
Bruxelles
Monday, May 20, 2024
Droits de l'hommeLes dirigeants de l'ONU galvanisent l'action en faveur des réparations pour les personnes d'ascendance africaine

Les dirigeants de l'ONU galvanisent l'action en faveur des réparations pour les personnes d'ascendance africaine

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Les experts et les dirigeants de l'ONU ont échangé leurs points de vue sur les meilleures voies à suivre, centrés sur le thème de cette année, Une décennie de reconnaissance, de justice et de développement : mise en œuvre de la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine

Alors que la décennie se termine en 2024, il reste beaucoup de travail à faire, a déclaré le président de l'Assemblée générale, Dennis Francis, à l'organisation mondiale.

Pour galvaniser les efforts fondés sur l'action, il a annoncé une réunion axée sur la question de justice réparatrice, qui se tiendra lundi le Journée internationale du souvenir des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, marqué le 25 mars.

Les personnes d'ascendance africaine sont confrontées à de nombreux préjugés et injustices dus à l'héritage de l'esclavage et du colonialisme, de la brutalité policière aux inégalités, a-t-il déclaré, soulignant que le monde doit agir pour protéger pleinement leurs droits humains.

« Le racisme et la discrimination raciale sont violation flagrante des droits de l'homme," il a dit. "C'est moralement répréhensible, cela n'a pas sa place dans notre monde et doit donc être catégoriquement répudié."

Le chef de l'ONU dénonce un héritage "dévastateur"

Les conséquences de l’esclavage et du colonialisme sont « dévastatrices », selon l’ONU Secrétaire général António Guterres dans un déclaration prononcé par le Chef de cabinet de l'ONU, Courtenay Rattray.

Soulignant les opportunités volées, la dignité refusée, les droits violés, les vies enlevées et détruites, il a déclaré que « le racisme est un fléau qui infecte les pays et les sociétés du monde entier ».

Même si le racisme est « répandu », il a des conséquences différentes sur les communautés.

L’action doit démanteler les inégalités

« Les personnes d’ascendance africaine sont confrontées à un histoire unique de racisme systémique et institutionnalisé, et de profonds défis aujourd'hui », a déclaré le chef de l'ONU. « Nous devons répondre à cette réalité, en tirant les leçons et en nous appuyant sur le plaidoyer inlassable des personnes d’ascendance africaine. »

L'action doit changer cela, a-t-il dit, de les gouvernements font progresser les politiques et d'autres mesures visant à éliminer le racisme à l'égard des personnes d'ascendance africaine les entreprises technologiques luttent de toute urgence contre les préjugés raciaux en intelligence artificielle.

Histoire violente

Le Chef de Cabinet, M. Rattray, s'exprimant en son propre nom, a rappelé à l'organisme mondial que la Journée internationale est observé chaque année le jour où la police de Sharpeville, en Afrique du Sud, a ouvert le feu et tué 69 personnes lors d'une manifestation pacifique contre les « lois votées » de l’apartheid en 1960.

Depuis lors, le système d’apartheid en Afrique du Sud a été démantelé et les lois et pratiques racistes ont été abolies dans de nombreux pays.

Aujourd’hui, le cadre mondial de lutte contre le racisme est guidé par Convention internationale sur l'élimination de la discrimination raciale, qui est désormais sur le point d’être universellement ratifié.

Des manifestants se rassemblent à Times Square à New York pour réclamer justice et protester contre le racisme aux États-Unis après la mort de George Floyd en mai 2020, alors qu'il était en garde à vue. (déposer).

« La commémoration ne suffit pas »

Cependant, M. Rattray a déclaré : le racisme est ancré dans les structures sociales, les politiques et les réalités de millions de personnes aujourd'hui, violant la dignité et les droits des personnes tout en alimentant une discrimination silencieuse dans les domaines de la santé, du logement, de l'éducation et de la vie quotidienne.

« Il est grand temps de nous libérer », a-t-il déclaré, appelant à l’action.

« La commémoration ne suffit pas. L’élimination de la discrimination nécessite des actions. »

Cela inclut les pays et les entreprises qui dispensent une justice réparatrice, a-t-il déclaré.

Ilze Brand Kehris, Sous-Secrétaire générale aux droits de l'homme et June Soomer, Présidente désignée de l'Instance permanente sur les personnes d'ascendance africaine, ont également pris la parole devant l'Assemblée générale.

Pour une couverture complète de cette réunion et d'autres réunions officielles de l'ONU, visitez la page UN Meetings Coverage, en Anglais et de Français.

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -