12.3 C
Bruxelles
Monday, May 20, 2024
InstitutionsUnited NationsL'actualité mondiale en bref : La consternation du chef des droits de l'homme face à la loi anti-LGBT en Ouganda et en Haïti...

L'actualité mondiale en bref : Consternation du chef des droits de l'homme face à la loi anti-LGBT en Ouganda, le point sur Haïti, l'aide au Soudan et l'alerte aux exécutions en Égypte

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

Dans un communiqué, Volker Türk a exhorté les autorités de Kampala à l'abroger dans son intégralité, ainsi que d'autres lois discriminatoires adoptées à la majorité parlementaire.

« Près de 600 personnes auraient été victimes de violations et d'abus des droits humains en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, réelle ou présumée », depuis sa promulgation en mai dernier, a déclaré M. Türk.

« Il faut l’abroger dans son intégralité, sinon ce nombre ne fera malheureusement qu’augmenter. »

Il a appelé les hommes politiques à défendre les droits et la dignité de tous, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

« La criminalisation et l'application de la peine de mort aux relations homosexuelles consensuelles sont contraires aux obligations de l'Ouganda en vertu des traités internationaux relatifs aux droits humains. »

Droits constitutionnels

Il a souligné que même la constitution ougandaise exige l'égalité de traitement et la non-discrimination.

« Il est crucial que les autorités abrogent également l'article 145 de la loi sur le Code pénal, qui prévoit également des sanctions pénales pour les relations sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe », a-t-il ajouté, tout en consacrant l'orientation sexuelle et l'identité de genre « comme motifs interdits de discrimination ».

M. Türk a déclaré qu'il fallait « un environnement propice pour que tous les défenseurs des droits humains – y compris les défenseurs des droits LGBTQ – puissent mener à bien leur travail légitime en faveur des droits humains », notamment en leur permettant de travailler ouvertement, sans discrimination, et d'exercer leurs droits à la liberté d'expression. association et réunion pacifique.

Les soins de santé en Haïti attaqués par des gangs armés

Hôpitaux de la capitale haïtienne sont de plus en plus attaquées par des gangs armés, certains étant pillés au milieu des troubles actuels, le bureau de coordination humanitaire des Nations Unies, OCHA, a rapporté mercredi.

Une équipe de santé mobile soutenue par l'UNFPA visite un site pour personnes déplacées près de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti.

Deux établissements de santé à Port-au-Prince ont été contraints de fermer leurs portes, tandis que deux autres restent fermés malgré les projets de réouverture, après avoir été fermés en raison de la montée des violences.

Seul l'hôpital universitaire La Paix reste opérationnel dans la région de la capitale, et il est soumis à de fortes tensions en raison de la demande croissante pour ses services.

L'hôpital Delmas 18 et le centre de santé de Saint-Martin ont été pillés les 26 et 27 mars.

L'OPS, l'Organisation panaméricaine de la santé administrée par l'ONU, lui fournit des fournitures essentielles telles que des médicaments, du carburant et une assistance logistique pour l'aider à maintenir ses services.

Des pharmacies perquisitionnées

Selon OCHA, des groupes armés ont également ciblé et attaqué une dizaine de pharmacies dans la capitale haïtienne, entravant gravement l'accès du public aux médicaments.

La montée de la violence a également affecté le travail des sites de services de lutte contre le VIH et la tuberculose. Locale L'ONUSIDA les services collaborent avec le ministère de la Santé d'Haïti, le dépistage du VIH étant une priorité.

Dans un vide politique, les puissants gangs d'Haïti ont lancé depuis février des attaques coordonnées contre diverses cibles, notamment les commissariats de police, les prisons, les aéroports et les ports maritimes, entraînant la démission du Premier ministre Ariel Henry il y a trois semaines.

Même si l’état d’urgence est en vigueur, aucun gouvernement de transition n’a encore été mis en place.

Mardi, le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué des repas chauds à plus de 28,000 XNUMX personnes dans la capitale et la semaine dernière, l'agence de santé des Nations Unies (OMS), l'agence pour l'enfance (UNICEF) et les partenaires locaux ont réalisé près de 600 consultations dans les sites de déplacement.

L'ONU au Soudan et le Soudan du Sud s'associent pour fournir une aide cruciale

Répondant aux besoins critiques des civils touchés par la guerre en cours au Soudan, l'Organisation mondiale de la santé (WHO) équipes pays là-bas et au Soudan du Sud voisin ont fait équipe pour livrer des fournitures au Nil Bleu et aux Monts Nouba.

La crise actuelle a considérablement entravé la capacité du bureau de l'OMS au Soudan à accéder et à livrer des fournitures médicales d'urgence essentielles aux deux régions, a déclaré l'OMS dans un communiqué mercredi.

En tirant parti de l'expertise logistique du bureau du Soudan du Sud et des ressources disponibles, des kits sanitaires d'urgence ont été prépositionnés à partir des stocks existants dans les zones situées le long de la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud, garantissant ainsi une assistance rapide et efficace à ceux qui en ont le plus besoin.

Engagement envers la collaboration

Cet effort conjoint témoigne de l'engagement des deux bureaux en faveur de la collaboration transfrontalière, et les fournitures sanitaires d'urgence interinstitutionnelles devraient servir environ 830,000 XNUMX personnes dans les régions du Nil Bleu et des Monts Nouba touchées par le conflit au cours des trois prochains mois.

Il s'agit du deuxième envoi que l'OMS au Soudan du Sud est en mesure d'acheminer de l'autre côté de la frontière depuis le déclenchement du conflit brutal entre armées rivales il y a près d'un an.

L'envoi de ces fournitures fait partie des efforts de secours continus de l'OMS en faveur du peuple soudanais, a indiqué l'agence.  

L'Égypte doit mettre un terme aux exécutions, exhortent les experts des droits de l'homme de l'ONU

Un groupe d'experts indépendants des droits de l'homme de l'ONU a exprimé mercredi sa profonde préoccupation après que sept personnes ont été condamnées à mort par le plus haut tribunal égyptien en janvier, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dite de la « Brigade Helwan » maisons.

Leurs exécutions constitueraient des assassinats arbitraires en violation du droit à la vie en raison de procès inéquitables et d'autres violations des droits de l'homme, ont-ils déclaré dans un communiqué.

Des membres présumés de la Brigade Helwan ont été accusés d'avoir pris pour cible les forces de sécurité à la suite du coup d'État militaire contre l'ancien président démocratiquement élu Mohamed Morsi il y a plus de 10 ans.

Suivez le droit international

« La peine capitale ne peut être appliquée qu'à l'issue d'une procédure judiciaire garantissant toutes les garanties conditions par le droit international des droits de l’homme », le Droits de l'Homme du Conseil-experts nommés dit.

Ces affaires impliqueraient de graves violations du droit international, notamment des disparitions forcées et des détentions au secret, des actes de torture et des aveux forcés, le refus de l'accès à des avocats et des visites familiales, une détention provisoire prolongée, l'isolement cellulaire et des procès collectifs devant des tribunaux spéciaux pour terrorisme, qui n'ont pas répondre aux normes d’un procès équitable.

« L’Égypte n’a pas non plus réussi à enquêter de manière indépendante et efficace et à remédier à ces violations présumées, comme l’exigent le droit international et égyptien », ont-ils déclaré.

Les condamnations à mort continuent violer droit international car ils reposent sur des condamnations pour des infractions terroristes vagues et trop larges, ont ajouté les experts.

Il existe également un risque réel que les exécutions, dans la pratique, constituent une torture interdite ou un traitement cruel, inhumain et dégradant.

« Nous exhortons l'Égypte à mettre un terme à ces exécutions, à enquêter de manière indépendante sur les violations présumées des droits humains et à revoir les procédures judiciaires à la lumière des obligations internationales de l'Égypte », ont-ils déclaré.

Les rapporteurs et autres experts des droits de l’ONU sont indépendants de tout gouvernement, ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent aucun salaire pour leur travail.

Lien Source

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -