10.1 C
Bruxelles
Samedi, novembre 26, 2022

Tunisie : les droits humains doivent être respectés après la suspension du Parlement

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Plus de l'auteur

Rétablir la sécurité et la dignité des femmes au Malawi, déplacées par la tempête tropicale Ana

Rétablir la sécurité et la dignité des femmes au Malawi, déplacées par la tempête tropicale Ana

0
La tempête tropicale Ana a laissé une traînée de destruction dans son sillage au Malawi, en particulier dans les districts du sud les plus durement touchés, après avoir frappé le pays fin janvier. Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a été à l'avant-garde des efforts visant à aider les femmes enceintes et les mères en leur fournissant des fournitures médicales et des services de procréation.
Plus d'un milliard de personnes obèses dans le monde, la crise sanitaire doit être inversée - OMS

Plus d'un milliard de personnes obèses dans le monde, la crise sanitaire doit être inversée - OMS

0
À l'occasion de la Journée mondiale de l'obésité, célébrée vendredi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a exhorté les pays à faire davantage pour inverser ce qui est une crise sanitaire évitable.
L'agence de santé des Nations Unies met à jour les lignes directrices sur les thérapies COVID-19

L'agence de santé des Nations Unies met à jour les lignes directrices sur les thérapies COVID-19

0
L'Organisation mondiale de la santé (OMS), pour la première fois, a inclus un médicament antiviral oral dans ses directives de traitement COVID-19.
Plus d'un milliard de personnes à risque de perte auditive selon l'OMS

Plus d'un milliard de personnes à risque de perte auditive selon l'OMS

0
Alertant que plus d'un milliard de personnes âgées de 12 à 35 ans risquent de perdre leur audition en raison d'une exposition prolongée et excessive à de la musique forte et à d'autres bruits récréatifs à volume élevé, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié mercredi de nouveaux conseils de sécurité internationaux pour faire face à la menace croissante de perte auditive. 

Télécharger le logo
Le président tunisien Kais Saied devrait s'engager publiquement à respecter et à protéger les droits humains, y compris les droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique, après avoir suspendu le Parlement et assumé certains pouvoirs judiciaires, a déclaré Amnesty International.

Les inquiétudes quant à la menace des droits humains se sont intensifiées à la suite d'un raid alarmant des forces de sécurité sur le bureau d'Al Jazeera à Tunis aujourd'hui et des menaces du président lors de son discours de recourir à la force brutale contre « ceux qui menacent la sécurité de l'État ». 

« Les libertés durement acquises et les acquis en matière de droits humains du soulèvement tunisien de 2011 sont menacés, en particulier en l'absence d'une Cour constitutionnelle pour protéger les droits de chacun dans le pays. Le président Kais Saied doit veiller à ce que tous les actes qu'il ordonne soient strictement conformes aux obligations de la Tunisie en vertu de la législation internationale. droits de l'homme loi et, surtout, doivent s'abstenir de toute purge politique », a déclaré Heba Morayef, directrice régionale d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. 

« Le raid contre les bureaux d'Al Jazeera est une attaque scandaleuse contre le droit à la liberté d'expression et un précédent profondément inquiétant signalant que les droits humains sont en danger pendant cette période. 

Dans un discours télévisé tard le 25 juillet après une journée de manifestations, le président Kais Saied, qui préside les forces armées, a annoncé son intention de suspendre temporairement le parlement pendant 30 jours, de lever l'immunité de ses membres, et a déclaré qu'il présiderait personnellement sur le ministère public des parlementaires. Après son annonce, l'armée a décidé de bloquer l'accès au Parlement.

Lors de son discours, le président tunisien a également prévenu que quiconque « utiliserait une balle » contre les forces de sécurité s'exposerait à « une pluie de balles ». En vertu du droit et des normes internationaux, la force meurtrière ne peut être utilisée légalement par les forces de sécurité que lorsque cela est strictement nécessaire pour protéger la vie et doit être utilisée de manière proportionnée. Les forces de sécurité tunisiennes ont un bilan désastreux de recours à une force inutile ou excessive pour laquelle elles ne sont presque jamais tenues de rendre des comptes. 

Le président Kais Saïd a également limogé le Premier ministre Hichem Mechichi, dont le gouvernement était responsable d'une grave détérioration des droits de l'homme en Tunisie. Lors des manifestations de janvier 2021, des milliers de jeunes ont été arrêtés et des manifestations ont été violemment dispersées par les forces de sécurité, qui ont également torturé des manifestants en garde à vue. Son gouvernement a également ciblé des défenseurs des droits humains et des militants qui ont exprimé des opinions critiques ou participé à des manifestations pacifiques. Le mécontentement à l'égard de la réponse du gouvernement au Covid-19 et du déploiement du vaccin, avec le deuxième taux de décès quotidien par million de personnes le plus élevé au monde, a conduit à une forte participation aux manifestations du 25 juillet.

Le 26 juillet, Al Jazeera a signalé que 20 policiers en civil lourdement armés avaient fait une descente dans son bureau de Tunis, expulsant tout le personnel, confisquant leurs téléphones et autres équipements. Fermer des chaînes de télévision ou imposer des restrictions arbitraires similaires aux médias sur la seule base de leurs affiliations politiques ou autres perçues est une violation flagrante du droit à la liberté d'expression.

Kais Saied a invoqué l'article 80 de la Constitution de 2014, qui selon certaines interprétations, lui donne le droit de prendre des mesures exceptionnelles en cas de « menace imminente contre la sécurité et l'indépendance du pays ». L'article demande au président de veiller à ce que les mesures « garantissent, dans les plus brefs délais, un retour au fonctionnement normal des institutions et services de l'État », et suppose l'existence d'une Cour constitutionnelle pour protéger les droits humains. Cependant, les parlements successifs n'ont pas réussi à élire les membres requis pour former la Cour constitutionnelle, qui a maintenant sept ans de retard. 

Amnesty International est particulièrement préoccupée par l'annonce du président qu'il présidera le parquet dans les affaires judiciaires liées aux parlementaires, après la levée de leur immunité. 

« L'indépendance judiciaire est l'une des pierres angulaires d'une société respectueuse des droits et ne doit pas être piétinée. La concentration des pouvoirs entre les mains de l'exécutif est alarmante. Le président tunisien doit respecter toutes les garanties d'un procès équitable pour tous et ne doit pas utiliser ses pouvoirs judiciaires pour régler des comptes politiques ou pour procéder à des purges de voix critiques », a déclaré Heba Morayef.

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel la Tunisie est partie, interdit aux États de suspendre certains droits de l'homme, même pendant un état d'urgence, y compris les exigences fondamentales d'un procès équitable. 

La Tunisie connaît une transition démocratique fragile depuis qu'elle a renversé son dirigeant de longue date Zine el Abidine Ben Ali. Le pays a tenu ses deuxièmes élections législatives et présidentielles depuis la Révolution de 2011 en octobre et novembre 2019, qui ont porté le président Kais Saied au pouvoir et ont produit un parlement fragmenté, aucun parti ne remportant plus de 25 % des sièges. Le parti islamiste Ennahda arrive en tête avec 52 sièges sur 217, suivi de près par le parti Qalb Tounes. Depuis les élections, trois chefs de gouvernement ont été nommés. Depuis plusieurs mois, le pays est plongé dans une crise politique et des désaccords sur le partage du pouvoir entre le président et le chef du gouvernement, qui exercent tous deux des pouvoirs exécutifs en vertu de la Constitution de 2014.
Distribué par APO Group au nom d'Amnesty International.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles