12.4 C
Bruxelles
Tuesday, May 30, 2023
ReligionPr. Mitrofanov: Je ne vois pas de perspective optimiste pour nous

Pr. Mitrofanov: Je ne vois pas de perspective optimiste pour nous

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Plus de l'auteur

Pourquoi la voix des prêtres de l'Église orthodoxe russe en Russie n'est-elle pas entendue une semaine après le début des frappes constantes des forces armées russes en Ukraine, et pourquoi «l'opération spéciale» ne peut-elle pas être qualifiée de guerre sainte? Une brève conversation avec le professeur archiprêtre Georgy Mitrofanov, professeur d'histoire de l'Église à l'Académie théologique de Saint-Pétersbourg.

– Père Georgi, ma première question est simple : sommes-nous en enfer ou pas encore ? Comment percevez-vous ce qui se passe ? Avez-vous personnellement peur ?

– Le style de l'interview suggère à peine une question aussi émotionnelle. Mais puisque vous lui avez posé cette question, je ferai précéder ma réponse d'un poème de l'un des poètes russes les plus tragiques du XXe siècle, Nikolai Stefanovich :

Une cloche métallique inquiétante, une trompette nous appelant,

signes pour notre dernier jugement

ils ne nous prouvent rien, sans changement,

près de la gare qui passe le train

selon l'horaire qu'ils vont.

L'horloge tourne, les étals autour de moi sont,

Je marche dans notre ville pluvieuse,

ne sachant pas dans notre automne brumeux,

que notre jugement dernier a été prononcé

et tout autour de moi est déjà l'enfer.

Ce qui se passe, je le perçois vraiment comme la descente de l'enfer sur terre et, bien sûr, j'ai peur. Mais malgré tout, essayant de rester chrétien dans cette situation, j'essaie de reconnaître l'absurdité qui m'entoure, car l'enfer est non seulement terrible, mais aussi absurde, son sens le plus profond. Et quand je ne trouve pas de réponses à mes questions ni dans mon cœur ni dans la bouche de mes voisins, j'ose les poser à Dieu dans l'espoir qu'il les condescendra.

– Quelle est la question sans réponse la plus importante pour vous en ce moment ?

- Celui qui a prophétiquement chanté Yuri Shevchuk: "Qu'adviendra-t-il de la patrie et de nous?". Et j'ajouterais : « L'Église orthodoxe en Russie restera-t-elle l'Église du Christ, s'opposant aux forces de l'enfer ?

– Le patriarche a déclaré : « Dieu interdit que la situation politique actuelle dans notre proche frère ukrainien soit utilisée pour prendre le contrôle des forces du mal qui ont toujours lutté contre l'unité de la Russie et de l'Église russe. Quelles sont les forces du mal dans ce cas ?

"Je ne sais pas de qui mais du diable le patriarche pourrait parler, alors vous devriez lui poser des questions sur ces forces."

"Est-ce que je pense que oui, ou les évêques de l'Église orthodoxe russe ne condamnent-ils pas les frappes militaires sur le territoire où la Russie a réellement commencé son existence?"

– La grande majorité est publiquement silencieuse. Mais je suis réconforté par l'espoir que dans leur communion archipastorale personnelle avec leurs pasteurs les plus proches, beaucoup d'entre eux pleurent.

"Mais pourquoi cela se passe-t-il dans un murmure?" Y a-t-il vraiment une peur plus forte que la peur de devenir un « complice » dont le « consentement tacite » se produit parce que les autorités laïques en Russie ne cachent pas leur ecclésiologie, ce qui signifie qu'il y a autour d'elles un clergé de confiance ?

– En raison de la tradition séculaire de la servilité ecclésiastique et, probablement, en raison d'une profonde compréhension de la superficialité de l'ecclésiologie, voire plutôt de l'ecclésiologie du pouvoir.

– S'il y a ceux qui condamnent et d'autres qui justifient la guerre auprès des paroissiens, peut-on dire que ce qui se passe ces jours-ci divise l'Église orthodoxe russe en Russie ? Quelles sont les voix les plus entendues maintenant ?

– Une telle division cachée entre prêtres et propagandistes en race ou « officiers politiques nommés » selon les mots du héros du film « Muslim » du réalisateur Vladimir Khotinenko, existe depuis longtemps. Mais c'est le silence de la majorité du clergé qui se fait le plus entendre.

– Comment voyez-vous l'avenir de l'orthodoxie dans les territoires de la terre slave fraternelle – l'Ukraine ?

– Je pense que les événements actuels porteront un coup très tangible à l'autorité de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou, qui est dirigée par Sa Béatitude le métropolite Onufriy.

– Que doit faire un homme orthodoxe qui veut arrêter la guerre ?

– Une telle personne doit faire ce que ses capacités lui permettent : morales, intellectuelles, professionnelles, officielles, physiques.

– Que diriez-vous à un orthodoxe qui salue l'opération militaire ? Je connais personnellement des gens d'église qui applaudissent ce que les autorités laïques et militaires russes font maintenant dans le pays voisin.

– Je dirais à un tel homme orthodoxe qu'à ce moment-là il cesse d'être chrétien et sa foi à ce moment-là est remplacée par une idéologie qui hait l'homme.

– Le chrétien orthodoxe devrait regarder cela avec humilité, ou est-il préférable d'essayer d'expliquer aux frères et sœurs en Christ que la haine ne fait qu'engendrer la haine ?

– Il ne faut pas céder à l'élément de haine, en percevant ses propres ennemis comme les ennemis de Dieu.

– Quelle est la véracité de l'idée que les guerres engendrent des saints, que les guerres elles-mêmes peuvent être sacrées ? Voit-on une telle guerre aujourd'hui ?

– Les guerres accouchent de morts, d'handicapés physiques et moraux. Et les gens consciencieux et réfléchis après la guerre, en règle générale, deviennent anti-militaristes et n'essaient que dans les cas les plus extrêmes de s'opposer au mal par la force. Il y a des guerres saintes entre musulmans. Pour le christianisme, la guerre a toujours été un péché grave.

– Si les sanctuaires de Kiev sont perdus, l'orthodoxie survivra-t-elle ?

– La chose la plus importante est qu'après la petite apocalypse qui s'est produite jusqu'à présent en Russie et en Ukraine, plus de gens resteront en vie, et puis il y aura des chrétiens parmi eux, et donc l'Église du Christ sera préservée.

« Une petite apocalypse ? Donc vous n'excluez pas une grande apocalypse ?

– La Grande Apocalypse, bien sûr, est inévitable.

– Selon vous, qui peut arrêter le fratricide ?

"Bien sûr, Seigneur Dieu, si les gens n'essayent pas de l'arrêter." Parce que, comme l'a dit l'un des théologiens russes les plus éminents du XXe siècle, Vladimir Loski, « Dieu devient impuissant devant la liberté humaine ». Et si nous revenons au début de notre conversation sur ma perception de la situation actuelle, je dois vous dire que non seulement je ne vois pas de perspectives optimistes pour nous, mais je ne les anticipe pas.

Source : Interview de Nikolay Nelyubin pour Noviy Prospekt, 4 mars 2022.

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles