5.2 C
Bruxelles
Mercredi, Novembre 30, 2022

Comment la MIVILUDES française s'est compromise avec les extrémistes russes

MIVILUDES est l'acronyme de "Mission interministérielle de surveillance et de lutte contre les déviances sectaires", une agence gouvernementale française controversée appartenant au ministère français de l'Intérieur.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Jan Léonid Bornstein
Jan Léonid Bornstein
Jan Leonid Bornstein est journaliste d'investigation pour The European Times

Plus de l'auteur

Emmanuel Macron interpellé sur le financement de la FECRIS

La FECRIS sous le feu : 82 éminents universitaires ukrainiens demandent à MACRON de cesser de la financer

0
Le 11 novembre, 82 des érudits religieux les plus éminents d'Ukraine ont écrit une lettre au président français Emmanuel Macron au sujet du financement de la FECRIS.

Comment la FECRIS antisecte tente d'échapper au blâme

0
Rogatin est un personnage intéressant. Il se présente presque uniformément comme le représentant ukrainien de la FECRIS, et est en fait très « pro-russe ». Depuis 2010, il écrit sur l'impact des « sectes » et des religions non orthodoxes sur l'Ukraine contemporaine.

La religion en feu : la Russie détruit principalement ses propres églises en Ukraine

0
Il y a quelques jours, le projet universitaire ukrainien "Religion on Fire" a lancé son rapport intérimaire sur les dommages causés aux édifices et installations religieux à la suite de l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par la Russie.

La MIVILUDES (Mission interministérielle de surveillance et de lutte contre les déviances sectaires) est une agence gouvernementale du ministère français de l'Intérieur, chargée de signaler et de lutter contre ce qu'ils appellent les « dérives sectaires », un terme qui n'a pas de définition légale mais signifie en fait qu'ils luttent contre des mouvements qu'ils considèrent comme des « sectes ». Ils ont une autonomie arbitraire complète pour déterminer quelle religion, quel mouvement ou quelle spiritualité doivent être inclus dans ce concept.

Au fil des ans, la MIVILUDES française a travaillé main dans la main avec la FECRIS (Fédération européenne des centres de recherche et d'information sur les sectes), une organisation faîtière financée par le gouvernement français, qui rassemble et coordonne les organisations "anti-sectes" à travers l'Europe et au-delà. Malheureusement pour les responsables français, au fil des ans, ils ont soutenu et partagé des panels avec des membres russes de la FECRIS, la plupart d'entre eux étant des extrémistes orthodoxes russes avec un esprit très anti-occidental et un agenda anti-ukrainien..

Les colloques

Chaque année, la FECRIS organise un colloque avec la participation des représentants de la MIVILUDES.

En 2021 à Bordeaux, la nouvelle cheffe de la Miviludes Hanène Romdhane a participé au symposium de la FECRIS, aux côtés d'Alexander Dvorkin, vice-président de la FECRIS. Dvorkin a été décrit par la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF), une entité gouvernementale bipartite, comme une menace à la liberté religieuse à censurer publiquement pour ses campagnes de désinformation contre les minorités religieuses. Il a été l'un des principaux propagandistes contre l'Ukraine depuis des années, répandant que l'appétit des Ukrainiens pour la démocratie libérale était le produit de diverses « sectes » travaillant pour l'Occident. Dvorkin dirige également des organisations qui recueillent des informations sur les dissidents russes et les opposants à la guerre pour les partager avec la police et le FSB. Il est également connu pour ses positions homophobes[1], anti-musulmans[2] et ses diatribes anti-hindoues[3], ainsi que pour considérer que la seule religion acceptable est celle professée par l'Église orthodoxe russe - Patriarcat de Moscou et que presque tout autre mouvement chrétien fait partie d'une secte.

En 2019, à Paris, la représentante de la MIVILUDES, Anne-Marie Courage, a également partagé la scène avec Alexander Dvorkin.

En 2018, à Riga en Lettonie, la représentante de la MIVILUDES, Laurence Peyron, partage également la scène avec Alexander Dvorkin.

En 2017, la secrétaire générale de la MIVILUDES, Anne Josso, a partagé la scène à Bruxelles avec Dvorkin et Alexander Korelov, l'avocat personnel de Dvorkin. Korelov est connu pour ses développements théoriques sur la « guerre de l'information ». Par exemple, il explique que la chute de l'Espagne au 8eth siècle était à cause des « Juifs, qui soutenaient généralement et ouvertement » les conquérants arabes. [4] Pour lui, seul un Etat chrétien (à entendre uniquement orthodoxe) peut créer une civilisation. Concernant l'Ukraine, il a déclaré que si les Ukrainiens n'étaient certainement pas "prêts au combat", ils "hurlent beaucoup mieux que les homosexuels européens".[5] Il prône également de dénoncer immédiatement toute « activité sectaire » au FSB,[6] ce qui inclut (comme pour certains de ses collègues membres de la FECRIS) non seulement les pentecôtistes, les baptistes, les témoins de Jéhovah, les hindous, etc., mais aussi les « dissidents » orthodoxes, non alignés sur l'Église orthodoxe russe du Patriarcat de Moscou. Pour lui, ces mêmes « sectes » sont responsables du fait que l'Ukraine s'est émancipée de la Russie, un crime grave dans son esprit.

En 2016 à Sofia, l'ancien président de la MIVILUDES, Serge Blisko, partage la scène avec Dvorkin et Roman Silantiev. Ce dernier a été nommé comme adjoint d'Alexander Dvorkin à la tête du Conseil d'experts sur la religion au ministère russe de la Justice, et récemment, en juin 2022, il s'est rendu dans la République autoproclamée de Louhansk (territoire ukrainien occupé par les forces russes) pour donner des séminaires sur « la destructologie, les sectes, le satanisme et le terrorisme ». Au cours de sa présentation, après avoir qualifié les dirigeants ukrainiens de « néopaïens et occultes », il a annoncé que bientôt l'Ukraine n'existerait plus en tant qu'État indépendant et a ajouté que « personne n'aura besoin d'une Église ukrainienne dans l'Ukraine non libérée. Les gens normaux là-bas entreront dans la clandestinité et attendront simplement l'arrivée de l'armée russe. »[7] Déjà le 18 mars 2022, Silantiev déclarait qu'il valait « mieux [pour la Russie] frapper en premier », après avoir expliqué que ce que les médias qualifiaient de fusillades scolaires par des adolescents dérangés en Russie avaient été organisées par « les centres d'information et de soutien psychologique des opérations des forces armées ukrainiennes ». Il envisageait alors « le prochain défilé de la victoire sur le nazisme ukrainien ».[8]

En 2015 à Marseille, en 2014 à Bruxelles, en 2013 à Copenhague et en 2012 à Salses-le-Château, Serge Blisko partage à nouveau la scène avec Dvorkin. En 2012, Georges Fenech, alors président sortant de la MIVILUDES, était également présent, de même qu'il assistait avec Dvorkin à un symposium 2011 à Varsovie.

En 2011, Fenech a également partagé la scène avec Alexander Novopashin, numéro 2 de l'organisation russe FECRIS. Novopashin traite les Ukrainiens de « nazis », de « satanistes » et de « cannibales », roule avec un énorme « Z » imprimé sur sa voiture[9], insiste sur le fait que les sectes occidentales étaient derrière les autorités ukrainiennes et l'Euromaidan, que « l'opération spéciale de dénazification est menée non seulement pour détruire l'hydre dans son repaire, mais pour protéger tout le monde russe », et qu' « après qu'on ait mis fin au nazisme ukrainien, un autre pays agresseur apparaîtra, à travers lequel les États-Unis commenceront à menacer la Russie. Une guerre de civilisation ne peut être évitée. »[10]

Soutien à l'occupation russe de la Crimée par un membre actuel et ancien président de la MIVILUDES

Fenech a été remplacé à la présidence de la MIVILUDES en 2013 mais est revenu rejoindre son Conseil d'orientation en 2021. Néanmoins, ses relations avec le régime de Poutine ne s'étaient pas arrêtées entre-temps. En 2019, il faisait partie d'une délégation conduite par le député français Thierry Mariani qui s'est rendue en Crimée occupée, un voyage payé et organisé par des Russes (Le « Fonds russe pour la paix », selon Mariani). Ils ont été reçus par Leonid Slutsky, président de la commission des affaires internationales de la Douma d'État russe, et Vladimir Konstantinov, député de Crimée accusé de haute trahison en Ukraine, sanctionné par l'Union européenne depuis 2014, et fervent partisan de Poutine et de l'annexion russe de la Crimée. L'objectif de la délégation française était de témoigner de la situation positive de la Crimée sous l'occupation russe. Lorsque les journalistes ont demandé à Mariani qui faisait partie de la délégation[11], Georges Fenech lui demande de mentir et de dire qu'il n'est pas là, ce que Mariani accepte de faire à contrecœur. Malheureusement, des journalistes français de Libération avaient reconnu Fenech dans un documentaire russe qui accompagnait la visite, et Mariani a dû admettre que Fenech faisait partie de la délégation qui avait même rencontré Vladimir Poutine lui-même à Simferopol.

FENECH EN CRIMEE 2019 1024x827 - Comment la MIVILUDES française s'est compromise avec les extrémistes russes
Photo de la délégation française en Crimée occupée, avec Georges Fenech, ancien président de la MIVILUDES, au fond.

A cette époque, le ministère ukrainien des Affaires étrangères avait fermement condamné ce voyage, considérant les agissements de ces hommes politiques français comme une connivence directe avec l'agresseur dans « sa politique inacceptable d'expansionnisme, d'intolérance et de discrimination, la militarisation de la Crimée et la création d'un système sécuritaire, des menaces dans la région de la mer Noire et de la mer d'Azov, ainsi que des violations massives et systématiques des droits de l'homme dans la péninsule de Crimée occupée."

Remarques finales

Il est à peu près certain que l'actuelle MIVILUDES n'est pas une fervente partisane de l'agression russe en Ukraine, ni de ses propagandistes, per se. Il est également certain que le gouvernement Macron actuel n'apporterait aucun soutien aux propagandistes de Moscou, s'ils s'apercevaient qu'ils en ont dans leurs rangs. Néanmoins, la MIVILUDES continue de répertorier la FECRIS sur son site Internet en tant que partenaire international, bien qu'elle soit informée de la position extrémiste de ses membres russes depuis des années.

La guerre actuelle en Ukraine n'est pas le produit d'une préparation d'une semaine. Elle a été préparée avec plus d'une décennie de propagande, et en fait a déjà commencé en 2014 avec l'invasion et l'occupation de la Crimée, et le soutien et la participation de la Russie à la guerre dans le Donbass. Cela aurait dû être un avertissement fort pour la MIVILUDES française en ce qui concerne la collaboration avec des propagandistes russes répandant la haine de l'Occident au nom du Kremlin. Étonnamment, compte tenu de tout ce qui précède, il n'y a eu aucune annonce publique de la part de la MIVILUDES se distanciant de la FECRIS et de ses semeurs de haine.


[1] https://www.newsweek.com/russia-reinstates-yoga-prisoners-after-claims-it-can-make-inmates-gay-1388664

[2] https://web.archive.org/web/20210423153211/http://echo.msk.ru/blog/stiepanov75/1031470-echo/

[3] https://www.newsweek.com/hindu-russia-orthodox-cult-religion-789860

[4] http://ansobor.ru/news.php?news_id=5553

[5] Idem

[6] https://buhconsul.ru/sekty-kak-instrument-informacionnyh-voin-i-razrusheniya-socialnogo/

[7] https://bitterwinter.org/anti-cult-indoctrination-for-students-ukraine/

[8] https://bitterwinter.org/6-russian-fecris-support-for-invasions-of-ukraine/

[9] La lettre « Z » est un symbole peint sur les véhicules de l'armée russe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, et est devenue un symbole pour les partisans de l'invasion russe de l'Ukraine.

[10] https://www.nsk.kp.ru/daily/27409/4608079/

[11] https://www.liberation.fr/checknews/2019/03/16/qui-sont-les-elus-francais-actuellement-en-visite-en-crimee-avec-thierry-mariani_1715354/

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles