7.8 C
Bruxelles
Tuesday, Octobre 4, 2022

Maintien de la paix

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Petar Gramatikov
Petar Gramatikovhttps://www.europeantimes.news
Le Dr Petar Gramatikov est rédacteur en chef et directeur du European Times. Il est membre de l'Union des reporters bulgares. Dr. Gramatikov a plus de 20 ans d'expérience académique dans différentes institutions d'enseignement supérieur en Bulgarie. Il a également examiné des conférences, liées aux problèmes théoriques impliqués dans l'application du droit international dans le droit religieux où une attention particulière a été accordée au cadre juridique des nouveaux mouvements religieux, la liberté de religion et l'autodétermination, et les relations État-Église pour le pluralisme -Etats ethniques. En plus de son expérience professionnelle et académique, le Dr Gramatikov a plus de 10 ans d'expérience dans les médias où il a occupé les postes de rédacteur en chef d'un périodique trimestriel touristique « Club Orpheus » – « ORPHEUS CLUB Wellness » PLC, Plovdiv ; Consultant et auteur de conférences religieuses pour la rubrique spécialisée pour les personnes sourdes à la télévision nationale bulgare et a été accrédité en tant que journaliste du journal public « Help the Needy » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse.

Plus de l'auteur

Soyez un pacificateur pour être digne d'être appelé fils de Dieu. – Saint Ephraïm le Syrien (25, 197).

Le Sauveur a gratifié les artisans de paix et a annoncé qu'ils deviendraient des fils de Dieu, premièrement, ceux qui sont en paix avec eux-mêmes et ne commencent pas une rébellion, mais arrêtent la guerre interne en subordonnant le corps à l'esprit, établissant la paix chez les autres, vivant dans discorde et avec eux-mêmes, et ensemble.

Nul n'a le droit de montrer à un autre ce qu'il n'a pas lui-même. C'est pourquoi je m'émerveille de l'incomparable générosité de l'amour de Dieu pour l'humanité. Le Seigneur promet de bonnes récompenses non seulement pour le travail et l'effusion de sueur, mais aussi pour un certain genre de plaisir, car par-dessus tout ce qui nous rend heureux, c'est la paix, et sans elle (quand elle est brisée par la guerre) rien n'apporte la joie.

C'est magnifiquement dit : les artisans de paix "seront appelés fils de Dieu" (Matthieu 5:9).

Puisque lui-même, en tant que vrai Fils, a tout pacifié, faisant de l'homme un instrument de vertu, unissant le céleste au terrestre, a dit avec raison que ceux qui feront de même, si possible, recevront le même nom et seront élevés à la dignité de la filiation, qui est la limite la plus élevée. bonheur. – Saint Isidore Pelusiot (52, 86).

Honorons le don du Réconciliateur-paix, le don qui, en quittant la terre. Il nous a quittés (Jean 14:27) comme une sorte de gage d'adieu. Nous ne connaîtrons qu'une seule réprimande, une réprimande à contre-courant. …Cédons dans une petitesse différente afin d'obtenir en retour le plus important, c'est-à-dire l'unanimité. Accordons-nous la victoire sur nous-mêmes afin que nous puissions aussi gagner. Regardez les règlements des compétitions et les exploits des lutteurs :

avec eux souvent celui qui est en bas triomphe de ceux qui étaient en haut. Et nous les imiterons… – Saint Grégoire le Théologien (18, 244).

(Apôtre) Paul dit : « En faisant le bien, ne perdons pas courage » (Gal. 6, 9). C'est ce qu'on fait dans les affaires domestiques : quand deux personnes se querellent entre elles, en se prenant à part, on leur donne des avis contraires. Ainsi fit Dieu, ainsi fit Moïse, qui dit à Dieu : « Pardonne-leur leur péché, sinon efface-moi de ton livre » (Ex. 32, 32). Et il ordonna aux Israélites de s'entre-tuer, sans même épargner leurs parents. Bien que ces actions soient opposées les unes aux autres, les deux tendent au même but. Saint Jean Chrysostome (41, 391).

"Et il chaussa ses pieds, prêt à proclamer la paix" (Eph. 6:15). Faites attention au fait que c'est ainsi qu'il a appelé une certaine force de l'âme, car avec nos pieds nous allons vers Celui Qui dit : "Je suis le chemin" (Jean 14, 6), et nous devons les revêtir prêt à prêcher l'évangile du monde. – Bienheureux Jérôme. Créations, livre. 17 Kyiv, 1903, p. 383.

Les saints anciens nous ont raconté un tel cas. Un moine est venu de Skete pour rendre visite à ses pères, qui vivaient dans un endroit appelé Cells, où de nombreux moines vivaient dans des cellules séparées. Puisqu'à cette époque il n'y avait pas de cellule libre dans laquelle il pouvait rester, l'un des anciens, qui avait une autre cellule, inoccupée, l'a fournie à l'invité. Beaucoup de frères ont commencé à visiter le vagabond, parce qu'il avait la grâce spirituelle d'enseigner la parole de Dieu. Le vieil homme, qui lui a fourni une cellule, a vu cela et a été piqué d'envie. Il s'indigna et dit : « J'habite cet endroit depuis si longtemps, mais les frères ne viennent pas chez moi, sauf très rarement, et puis les jours fériés, mais beaucoup de frères viennent chez ce flatteur presque quotidiennement. Puis il donna cet ordre à son disciple : « Va lui dire de sortir de la cellule, car j'en ai besoin. Le disciple, étant venu vers le vagabond, lui dit: "Mon Père m'a envoyé dans ton sanctuaire: il a appris que tu étais malade." Il a remercié et a demandé à l'ancien de prier Dieu pour lui, car il souffrait beaucoup de douleurs à l'estomac. Le disciple, revenant vers l'aîné, dit : " Il demande à ton sanctuaire de le porter pendant deux jours, pendant lesquels il pourrait se trouver une cellule. " Au bout de trois jours, l'aîné envoya de nouveau le disciple au vagabond : « Va lui dire de quitter ma cellule. Le disciple alla vers le vagabond et lui dit : « Mon père était très inquiet quand il a entendu parler de votre maladie ; il m'a envoyé pour savoir si tu te sens mieux ? Il a demandé de transmettre: «Merci, saint seigneur, votre amour! Tu as tellement pris soin de moi ! Grâce à vos prières, je me sens mieux. Le disciple, revenant, dit à son aîné : « Et maintenant il demande à ton sanctuaire d'attendre jusqu'à dimanche ; alors il partira immédiatement. Le dimanche arriva et le vagabond resta calmement dans sa cellule. L'aîné, enflammé d'envie et de colère, saisit le bâton et alla battre le vagabond hors de la cellule. Voyant cela, le disciple s'approcha de l'ancien et lui dit: "Si tu ordonnes, j'irai devant et je verrai si les frères sont venus à lui, qui, en te voyant, pourraient être offensés." Ayant reçu la permission, le disciple s'avança et, entrant dans le vagabond, lui dit : « Voici, mon père vient te rendre visite. Hâtez-vous de le rencontrer et remerciez-le, car il le fait par grande bonté de cœur et par amour pour vous. Le skieur s'est immédiatement levé et, dans un esprit joyeux, est allé à sa rencontre. Voyant l'aîné, avant qu'il ne s'approche, il tomba par terre devant lui, offrant adoration et action de grâces : « Que le Seigneur te récompense, père bien-aimé, avec des bénédictions éternelles pour ta cellule, que tu m'as donnée à cause de son nom ! Que le Christ Seigneur vous prépare dans la Jérusalem céleste, parmi ses saints, une demeure glorieuse et lumineuse ! L'aîné, entendant cela, fut touché par son cœur et, jetant la verge, se précipita dans les bras du vagabond. Ils se sont embrassés dans le Seigneur, et l'ancien a invité l'invité dans sa cellule pour manger ensemble tout en rendant grâce à Dieu. En privé, l'aîné demanda à son disciple : « Dis-moi, mon fils, as-tu transmis à ton frère ces paroles que j'ai ordonné de lui transmettre ? Alors le disciple confessa : « Je vais te dire, maître, la vérité : à cause de mon dévouement envers toi, père et maître, je n'ai pas osé lui dire ce que tu as ordonné, et je n'ai pas transmis une seule de tes paroles. L'aîné, entendant cela, tomba aux pieds du disciple et lui dit : « A partir d'aujourd'hui, tu es mon père et je suis ton disciple, car le Christ a délivré à la fois mon âme et l'âme de mon frère du réseau pécheur à travers ta prudence et tes actions remplies de la crainte de Dieu. et l'amour". Le Seigneur a donné sa grâce, et ils ont tous demeuré dans la paix de Christ, délivrés par la foi, les soins saints et la bonne intention du disciple. Aimant son aîné d'un amour parfait pour le Christ, il avait très peur que son père spirituel, emporté par la passion de l'envie et de la colère, ne tombe dans une transgression qui détruirait tous ses travaux, assumés dès sa jeunesse dans la service de Christ pour la vie éternelle.

Photo de Ron Lach : https://www.pexels.com/photo/orthodox-priest-with-incense-10628181/

- Publicité -
- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles