5 C
Bruxelles
Wednesday, Décembre 7, 2022

Le patriarche Kirill reste silencieux après le décès de Gorbatchev

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Jan Léonid Bornstein
Jan Léonid Bornstein
Jan Leonid Bornstein est journaliste d'investigation pour The European Times

Plus de l'auteur

Emmanuel Macron interpellé sur le financement de la FECRIS

La FECRIS sous le feu : 82 éminents universitaires ukrainiens demandent à MACRON de cesser de la financer

0
Le 11 novembre, 82 des érudits religieux les plus éminents d'Ukraine ont écrit une lettre au président français Emmanuel Macron au sujet du financement de la FECRIS.

Comment la FECRIS antisecte tente d'échapper au blâme

0
Rogatin est un personnage intéressant. Il se présente presque uniformément comme le représentant ukrainien de la FECRIS, et est en fait très « pro-russe ». Depuis 2010, il écrit sur l'impact des « sectes » et des religions non orthodoxes sur l'Ukraine contemporaine.

La religion en feu : la Russie détruit principalement ses propres églises en Ukraine

0
Il y a quelques jours, le projet universitaire ukrainien "Religion on Fire" a lancé son rapport intérimaire sur les dommages causés aux édifices et installations religieux à la suite de l'invasion à grande échelle de l'Ukraine par la Russie.

Il y a un an, le patriarche Cyrille de l'Église orthodoxe russe avait félicité Gorbatchev pour son 90th date d'anniversaire. Mais c'était avant la guerre. Lorsque le dernier président de l'Union soviétique est décédé il y a quelques jours, Kirill est resté silencieux, n'offrant aucune condoléances et ne faisant aucune déclaration. Cela ne semble pas être une erreur.

En fait, les purs et durs de l'Église orthodoxe russe (ROC) en veulent à Gorbatchev. Cela peut sembler bizarre, quand on sait que c'est lui qui a mis fin à 70 ans de répression (avec des hauts et des bas) des croyants orthodoxes en Union soviétique. En 1988, Gorbatchev a eu une réunion de 90 minutes avec le patriarche Pimen, où il a reconnu les erreurs de l'Union soviétique envers l'église et a promis une nouvelle ère de liberté religieuse. Et il a rempli sa promesse.

La rencontre de Gorbatchev avec Jean-Paul II

Mais avant même de promulguer la fameuse loi sur la liberté religieuse en 1990, Gorbatchev a étendu la clémence russe à plus que la seule Église orthodoxe russe. En décembre 1989, il rencontre le pape Jean-Paul II (c'est une première) et promet que l'Union soviétique garantira la liberté de religion à la maison. "Des personnes de nombreuses confessions, notamment des chrétiens, des musulmans, des juifs, des bouddhistes et d'autres, vivent en Union soviétique. Tous ont le droit de satisfaire leurs besoins spirituels », a déclaré Gorbatchev ce jour-là. Le mot « autres » était définitivement une porte ouverte pour de nombreuses confessions religieuses, et une vision qui a été le cauchemar du régime de Poutine, justifiant une partie de la haine qu'ils vouent aujourd'hui à Mikhaïl Gorbatchev.

Gorbatchev était athée, même s'il s'était fait baptiser orthodoxe quand il était enfant. Mais sa volonté d'autoriser la liberté religieuse dans l'Union a donné naissance à des rumeurs selon lesquelles il était catholique. Même le président américain de l'époque, Reagan, avait émis l'hypothèse que Gorby aurait pu être un "croyant caché". Alors que cela aurait pu être un compliment pour Reagan, ce n'était pas le cas en Union soviétique, où les dirigeants politiques et les membres du parti devaient être athées, sinon. Mais pour le ROC, être suspecté de catholicisme est pire qu'être athée. Enfin, en 2008, Gorbatchev a dû confirmer à Interfax qu'il était athée: ""Pour résumer et éviter tout malentendu, permettez-moi de dire que j'ai été et que je reste athée", a-t-il déclaré.

Une nouvelle loi garantissant la liberté de religion

En 1990, il signe la nouvelle loi garantissant la liberté de religion dans l'Union. Cette loi, la « loi sur la liberté de religion », adoptée par la Cour suprême de l'URSS, a créé une véritable bouffée d'air frais dans laquelle se sont engouffrés de nombreux mouvements religieux venus d'Occident. C'en était trop pour le ROC. Alors que cela a permis au ROC d'augmenter ses actifs de plusieurs millions et de croître comme jamais auparavant au cours des 70 dernières années, ils ne pouvaient pas supporter l'arrivée de concurrents potentiels, et ne pouvaient pas imaginer qu'ils devraient se tenir sur un pied d'égalité avec tous ces " faux prophètes », qu'ils soient catholiques, évangéliques, témoins de Jéhovah ou appartenant à l'une des milliers de « sectes » qui ont commencé à se développer dans le pays.

Pour ces raisons, le patriarche Alexis II de Moscou et ses compagnons apparatchiks orthodoxes se sont battus pour une nouvelle loi qu'ils ont même rédigée et qu'Eltsine a adoptée en 1997. C'était la fin de la liberté religieuse pour tous en Russie, et le ROC a obtenu tous les la protection et les privilèges qu'il voulait à la fois. Depuis cette date, de nouvelles lois se sont ajoutées à celle-ci, restreignant encore plus la liberté religieuse en Russie, qui est maintenant en passe de devenir un concurrent sérieux de la Chine en matière de répression religieuse.

Pour le ROC, la liberté de religion est une décadence occidentale

Vous comprenez alors pourquoi Gorby n'a reçu aucune attention du patriarche Kirill lorsqu'il est décédé. Je suppose que Gorbatchev ne s'en soucie pas beaucoup. Néanmoins, maintenant que Kirill est l'un des accusés les plus énergiques de la guerre russe en Ukraine, en le justifiant par des considérations métaphysiques, il ne pouvait certainement pas être gentil avec celui qui a accordé la liberté à tous les "cultes" occidentaux qu'il considère comme les forces derrière la révolution du Maïdan en Ukraine, et qui menacent l'hégémonie de la RDC dans l'ancienne zone de l'Union soviétique. Les nationalistes russes, ou devrais-je dire, les nationalistes du « monde russe », détestent l'Occident, donc ils détestent Gorbatchev pour avoir ouvert la porte aux croyants dans les religions nées en Occident. Ils louent la liberté quand elle leur est accordée et croient que les autres ne la méritent pas.

Nous croyons que la liberté de religion pour tous est un droit universel. Ils croient que c'est la décadence. Ou ils croient en leurs propres profits et ne veulent pas partager. Quelle que soit la raison derrière, Gorby n'était pas le bon gars pour eux. Poutine pense avoir vendu l'Union. Kirill croit avoir vendu le paysage religieux de la Grande Russie. En fait, Gorbatchev n'a rien vendu. Il a donné une certaine liberté à son peuple, et cela, quoi qu'il arrive au cours des prochaines années, restera et même reviendra plus loin. Comme les Russes ont goûté à la liberté de religion, ils se souviendront à jamais qu'il est possible, souhaitable et finalement vital de vivre une vie libre et simple.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles