9.2 C
Bruxelles
Vendredi, Février 3, 2023

Il est temps de se lever du canapé, l'inactivité physique expose 500 millions de personnes au risque de développer une maladie chronique

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

19 Octobre 2022 Santé

Près de 500 millions de personnes développeront des maladies cardiaques, de l'obésité, du diabète ou d'autres maladies non transmissibles (MNT) attribuables à l'inactivité physique, entre 2020 et 2030, si les gouvernements du monde entier ne prennent pas des mesures urgentes pour promouvoir les bienfaits de l'exercice, l'Organisation mondiale de la santé ( OMS) a mis en garde mercredi.

Et le prix de l'inaction et de rester sur le canapé, sera sévère, WHO dit - autour 27 milliards de dollars de dépenses de santé supplémentaires.

Le rapport sur la situation mondiale de l'activité physique 2022 mesure dans quelle mesure les gouvernements mettent en œuvre les recommandations pour augmenter l'activité physique à tous les âges et capacités. 

Les données de 194 pays montrent que dans l'ensemble, les progrès sont lents et que les pays doivent accélérer l'élaboration et la mise en œuvre des politiques pour augmenter les fréquences cardiaques et aider à prévenir les maladies et à réduire le fardeau des services de santé déjà débordés.

Unsplash/Adrian Swancar

Plus de 80 % de la population adolescente mondiale est insuffisamment active physiquement

Les statistiques révèlent l'ampleur des défis auxquels sont confrontés les pays du monde entier : 

  • Moins de 50 % des pays ont une politique nationale d'activité physique, dont moins de 40 pour cent sont opérationnelles.
  • Seuls 30 % des pays ont lignes directrices nationales sur l'activité physique pour tous les âges.
  • Alors que presque tous les pays font état d'un système de surveillance de l'activité physique des adultes, seuls 75 % des pays surveillent l'activité des adolescents, et moins de 30 % surveillent l'activité physique des enfants de moins de 5 ans.
  • En termes de politique des transports, un peu plus de 40 % des pays ont des normes de conception des routes qui rendent la marche et le vélo plus sûrs.

Il est temps de se promener : Tedros  

« Nous avons besoin que davantage de pays intensifient la mise en œuvre de politiques visant à aider les gens à être plus actifs grâce à la marche, au vélo, au sport et à d'autres activités physiques », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.

« Le les avantages sont énormes, non seulement pour la santé physique et mentale des individus, mais aussi pour les sociétés, les environnements et les économies… Nous espérons que les pays et les partenaires utiliseront ce rapport pour construire des sociétés plus actives, plus saines et plus justes pour tous.  

Le fardeau économique d'y aller trop doucement est important, selon le rapport de l'OMS, et le coût du traitement des nouveaux cas de maladies non transmissibles (MNT) évitables atteindra près de 300 milliards de dollars d'ici 2030.

Alors que les politiques nationales de lutte contre les MNT et l'inactivité physique se sont multipliées ces dernières années, actuellement 28 % des politiques sont déclarées non financées ou mis en œuvre.

Il y a beaucoup à dire pour les pays qui organisent une campagne nationale de relations publiques ou des événements de participation de masse, qui vantent les avantages de faire plus d'exercice, a déclaré l'OMS.

, COVID-19 La pandémie a non seulement bloqué ces initiatives, mais elle a également affecté la mise en œuvre d'autres politiques, ce qui a creusé les inégalités lorsqu'il s'agit d'augmenter le rythme cardiaque dans de nombreuses communautés.

image1170x530cropped 21 - Il est temps de se lever du canapé, l'inactivité physique expose 500 millions de personnes au risque de développer une maladie chronique
Unsplash/Chander R – L'activité physique réduit les symptômes de dépression et d'anxiété.

Plan de remise en forme

Pour aider les pays à accroître l'activité physique, le Plan d'action mondial de l'OMS pour l'activité physique 2018-2030 (GAPPA) prévoit 20 recommandations politiques.

Il s'agit notamment de routes plus sûres pour encourager plus de vélo et de marche, et en offrant davantage de programmes et d'opportunités d'activité physique dans des contextes clés, tels que les garderies, les écoles, les soins de santé primaires et le lieu de travail.

"Nous manquons d'indicateurs approuvés à l'échelle mondiale pour mesurer l'accès aux parcs, aux pistes cyclables, aux sentiers pédestres - même si nous savons que des données existent dans certains pays", a déclaré Fiona Bull, chef de l'unité de l'activité physique de l'OMS.

"Par conséquent, nous ne pouvons pas rapporter ou suivre la fourniture mondiale d'infrastructures qui faciliteront l'augmentation de l'activité physique".

"Cela peut être un cercle vicieux, aucun indicateur et aucune donnée ne conduit à aucun suivi et aucune responsabilité, et trop souvent, à aucune politique et aucun investissement. Ce qui est mesuré est fait, et nous avons encore du chemin à parcourir pour suivre de manière exhaustive et solide les actions nationales en matière d'activité physique.

Entraînement national

Le rapport appelle les pays à accorder la priorité à l'amélioration de la condition physique, en tant que clé pour améliorer la santé et lutter contre les MNT, à intégrer l'activité physique dans toutes les politiques pertinentes et à développer des outils, des conseils et des formations.

"C'est bon pour la santé publique et économiquement sensé de promouvoir plus d'activité physique pour tout le monde", a déclaré le Dr Ruediger Krech, directeur de l'OMS au Département de la promotion de la santé.

« Nous devons faciliter programmes inclusifs d'activité physique pour tousl et faire en sorte que les gens y aient plus facilement accès. Ce rapport lance un appel clair à tous les pays pour une action plus forte et accélérée de la part de toutes les parties prenantes concernées travaillant mieux ensemble pour atteindre l'objectif mondial d'une réduction de 15 % de la prévalence de l'inactivité physique d'ici 2030. »

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles