12.4 C
Bruxelles
Sunday, Juin 16, 2024
Le choix des éditeursSome Dope* on Drugs… et la jeunesse européenne

Some Dope* on Drugs… et la jeunesse européenne

AVERTISSEMENT : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de leurs auteurs et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation de l'opinion, mais le droit de l'exprimer.

DISCLAIMER TRADUCTIONS : Tous les articles de ce site sont publiés en anglais. Les versions traduites sont réalisées via un processus automatisé appelé traductions neuronales. En cas de doute, reportez-vous toujours à l'article original. Merci de votre compréhension.

Christian Mirre
Christian Mirre
Doctorat en Sciences, est titulaire d'un Doctorat d'Etat ès Sciences de l'Université de Marseille-Luminy et a été biologiste de longue date à la Section des Sciences de la Vie du CNRS. Actuellement, représentant de la Fondation pour une Europe sans drogue.

Au cours des deux dernières décennies, la demande et l'offre de drogues illicites ont considérablement augmenté, comme en témoignent les énormes quantités saisi en 2020 selon l'European Drug Report : 739 tonnes de cannabis, 213 tonnes de cocaïne, 21.2 tonnes d'amphétamines, 5.1 tonnes d'héroïne, 2.2 tonnes de méthamphétamine, 1 tonne de MDMA (ecstasy). Parmi les drogues illicites se trouvent non seulement les traditionnelles mais aussi les mélanges de drogues illicites, l'adultération avec d'autres produits chimiques, les drogues nouvellement synthétisées (comme le NPS : Nouvelles Substances Psychoactives : 5.1 tonnes saisies) développées dans des laboratoires clandestins, et enfin le mésusage et l'abus de médicaments sur ordonnance. 

Les jeunes générations, en quête de sensations fortes, d'expériences et à des fins récréatives ont aujourd'hui facilement accès à un large éventail de ces psychotropes illicites via des dealers, des boutiques mais aussi sur le web (le darknet). Pour contrer la diversité des abus et le réel danger qu'ils représentent pour les jeunes consommateurs, dans la Résolution UNGASS Avril 2016 A/S-30/L.1 Document Final, est déjà mentionné dans la Prévention des Drogue Abus, paragraphe (a) à :

« Prendre des mesures de prévention primaires efficaces et pratiques qui protègent les personnes, en particulier les enfants et les jeunes, contre l'initiation à la consommation de drogues en leur fournissant des informations précises sur les risques d'abus de drogues, en promouvant les compétences et les possibilités de choisir des modes de vie sains et en développant une parentalité favorable et des pratiques saines. environnements sociaux et en garantissant un accès égal à l'éducation et à la formation professionnelle.

Quelque six ans plus tard, en écoutant, à travers Europe, aux parents, aux enfants et même aux enseignants eux-mêmes, aucun ou très peu de progrès n'est réalisé dans ce domaine malgré son importance sanitaire, sociale et économique cruciale.

Au contraire, sous la pression des lobbyistes et des entreprises ou en sombrant dans la corruption ou par des intérêts acquis cachés, certains gouvernements refusent de voir les dommages humains antérieurs causés par les drogues psychoactives les plus consommées : alcool et de plus en plus par le cannabis. Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à une réelle pression pour décriminaliser ou légaliser l'usage de la drogue cannabis. Après de longues études et débats d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), cela a abouti en décembre 2020, à la déclassification du cannabis dans la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 de l'annexe IV (drogues ayant 'propriétés particulièrement dangereuses' donc sous les mesures de contrôle les plus strictes comme pour les opioïdes et l'héroïne) à l'annexe I (disponible uniquement à des fins médicales et de recherche). Toujours conscient que « des programmes de cannabis médical mal réglementés pourraient intensifier « l'utilisation récréative » de la drogue tout en atténuant les inquiétudes du public quant à ses effets nocifs »  (Nouvelles ONU, 2020)

Selon les statistiques d'Eurostat 2020, 447.3 millions de personnes vivent dans Europe et il y a 73.6 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans.

En 2019, pour les 15 ans et plus, une personne sur douze consomme quotidiennement de l'alcool et un sur cinq de ces consommateurs a mensuellement un épisode de forte consommation (plus de 60 g d'éthanol pur en une seule fois).

La consommation moyenne d'alcool est de 10 litres d'alcool pur par adulte (2018) et elle est responsable d'environ 255,000 290,000 à 2019 15 décès chaque année (Organisation mondiale de la santé, XNUMX). La proportion de jeunes de XNUMX ans déclarant être ivres a diminué dans la plupart des EU entre 1998 et 2018 de 41 % à 24 % pour les garçons et de 29 % à 20 % pour les filles. 

L'OEDT rapporte que la prévalence de la consommation de cannabis chez les jeunes (15-34 ans) est de 15.5 %. En 2020, 46 % des consommateurs européens de cannabis en consomment quotidiennement et 21 % en consomment entre deux et six jours par semaine.

86,600 42 consommateurs de cannabis sont entrés en traitement l'année dernière, la source de référence étant : auto-référée (28 %), de la justice pénale (22 %) et du système de santé (XNUMX %).

Le commerce illicite global de drogues est associé à la violence, à la corruption d'avocats et de fonctionnaires, à des enlèvements, à des intimidations et à des homicides, comme en juillet 2021, la mort par balle liée à la drogue d'un journaliste néerlandais exposant les barons de la drogue. De plus, la tendance actuelle à la hausse des transactions dans les espaces ouverts compromet la sécurité du quartier.

« Le commerce de drogues illégales continue de dominer la criminalité grave et organisée dans l'UE, et près de 40 % des réseaux criminels opérant au niveau international signalés à Europol sont actifs dans le trafic de drogue. La lutte contre ce commerce illégal est une priorité essentielle pour Europol et l'UE » a déclaré le directeur exécutif d'Europol (2022).

La drogue illicite est un marché commercial important avec un revenu d'au moins 30 milliards d'euros par an (EMCDDA & Europol 2019). Il s'agit de la principale source de revenus des groupes criminels organisés de l'UE. La consommation de drogues illicites a également des effets néfastes sur les communautés du fait : de la dépendance et des salles de tir, des traitements, des maladies infectieuses, des décès (8,300 2 surdoses), avec un coût social représentant jusqu'à XNUMX% du Produit Intérieur Brut (PIB) d'un pays .

L'usage de substances psychoactives a été bien mis en évidence après la révolution néolithique en 10,000 8,100 av. J.-C. avec la colonisation et le développement de l'agriculture et des rituels. Ainsi, l'utilisation de la plante de cannabis a été trouvée en 7,000 6,000 avant JC en Asie ; l'alcool qui est produit par la fermentation naturelle des levures des sucres des fruits, des légumes et des céréales, est également utilisé par certains animaux. Le premier alcool fabriqué par l'homme vient de 3,000 XNUMX avant JC en Chine, puis dans le Caucase (XNUMX XNUMX avant JC), suivi par les Sumériens (XNUMX XNUMX av. J.-C. avec de la bière) et des Aztèques (pulque). La cocaïne était déjà utilisé en 6,000 5,700 avant JC et l'opium en XNUMX XNUMX avant JC, et de nombreux autres types de légumes après eux. C'est la migration humaine qui a commencé à propager la découverte puis l'utilisation de ces substances.

En 2,700 avant JC en Chine, l'empereur Shen Nung a écrit un recueil de plantes médicinales, décrivant 365 médicaments et beaucoup sont encore utilisés aujourd'hui. Les premières prescriptions apparaissent en 2,600 XNUMX av. J.-C. en écriture cunéiforme sumérienne sur des tablettes d'argile. C'est aussi le moment où le premier apothicaire des boutiques se trouvaient à Bagdad, fournissant principalement des plantes, aidant les prêtres et les médecins dans leurs besoins en matière de soins aux patients. En Inde, dès 2,000 XNUMX av. J.-C., le texte de base de la tradition Ayurveda (science de la vie) a une approche holistique. Il décrit quelque 700 plantes médicinales et plus de 1,000 1,500 maladies pouvant être traitées efficacement. Plus tard dans l'Égypte ancienne en XNUMX XNUMX av. Papyrus Ebers mentionnaient pas moins de 700 espèces végétales différentes utilisées pour la guérison. Dans la Grèce antique, Hippocrate (460-370 av. J.-C.), développa une médecine plus rationnelle et décrivit quelque 300 plantes médicinales et légua à la postérité des médecins son célèbre Serment.

Pendant ce temps, en Chine, à partir de 168 avant JC, des listes de prescriptions ont été trouvées et au premier siècle après JC, sous la dynastie Han, un manuel d'herbes «divin» a été compilé. Galien (129-201 après J.-C.), un anatomiste grec dévot d'Asclépios (le dieu de l'art de guérir), a créé le Thériac: une recette à base de plantes d'une soixantaine d'ingrédients. Le médecin et botaniste Dioscoride (vers 60-30 après JC) a écrit De la matière médicale, une encyclopédie largement utilisée sur la phytothérapie qui a ensuite été développée au cours du 8ème au 14ème siècle, l'âge d'or islamique du Moyen-Orient, par des scientifiques tels que dans le célèbre Canon de médecine d'Ibn Sina dit Avicenne (980-1037). Il y avait aussi les ouvrages importants en latin d'Al-Maridini et d'Ibn al-Wafid.

Au 10ème siècle, Al-Muwaffaq a écrit Les fondements des véritables propriétés des remèdes. Au cours du XIe siècle, ces écrits étaient plus largement connus en Europe en raison de la partie musulmane de Espagne et la traduction de livres arabes en latin par le professeur de médecine italien Pietro d'Abano et par Constantinos, un érudit de Salerne en Italie. On y trouve aussi les œuvres de Paracelse (1493-1541) un iconoclaste médical suisse allemand auteur de la maxime : «Tout est poison, et rien n'est sans poison ; le dosage seul fait qu'une chose n'est pas un poison ». L'herboriste classique anglais Culpeper (1616-1654) est l'auteur de la Une Herbe Complète catalogue. Pour n'en citer que quelques-uns ! (Pour en savoir plus, consultez Wikipedia.org)

Le mot «drogue» est apparu au 14ème siècle du vieux français «drogue» (toujours en usage) dérivant du vieux néerlandais «droge» signifiant «sec» et se référant aux plantes médicinales sèches qui étaient préparées et vendues initialement par des apothicaires (du grec 'apothicaire' signifiant stockage). La première profession et boutique d'apothicaire remonte à l'époque de la Colombie-Britannique à Babylone et s'est étendue aux pays occidentaux. On les retrouvait en Europe dans les années 1,100-1,200 et de nombreux pays ont conservé jusqu'à aujourd'hui l'appellation d'Apothicairerie.

L'histoire de la pharmacie se développe parallèlement à l'histoire de la médecine mais en tant que professions séparées. « Pharmacie » vient du grec « pharmakeia » : usage de drogues, potions, empoisonnement, remède, guérison. La première pharmacie la plus ancienne du monde a été créée en 1,221 XNUMX dans les dessins et décorations ornés de la chapelle de San Nicolo dans la basilique Santa Maria Novella de Florence (voir ici).

De nos jours, un médicament en tant que médicament peut être défini comme toute substance chimique de structure connue, autre qu'un nutriment ou un ingrédient alimentaire, destinée à prévenir, diagnostiquer, traiter, guérir ou soulager une maladie ou un état anormal.

Au début du XXe siècle, le développement de la chimie commence à modifier le paysage de l'industrie pharmaceutique. De nombreux médicaments obtenus à partir de plantes et d'animaux sont maintenant synthétisés chimiquement dans des laboratoires, ainsi que de nouvelles substances. Souvent, les années 20 sont considérées comme la « décennie pharmaceutique du siècle pharmaceutique » en raison de la quantité de médicaments disponibles.

Au niveau international, les drogues sont classées sur la base des trois conventions des Nations Unies de 1961, 1971 et 1988. Dans l'Union européenne, les réglementations sur les drogues définissant les classes de précurseurs sont dérivées des objectifs de libre circulation des marchandises de l'UE. Il s'agit du règlement (CE) n° 273/2004 modifié par le règlement (UE) n° 1258/2013 pour les échanges intracommunautaires et du règlement (CE) n° 111/2005 du Conseil modifié par le règlement (UE) n° 1259/2013 (voir OEDT-Classification des drogues contrôlées).

Les médicaments sont généralement classés en fonction de leurs effets physiologiques. Ainsi, ils peuvent être répertoriés, avec quelques exemples, comme suit :

-Anesthésiques et dissociatifs : protoxyde d'azote (propulseur NO2 utilisé comme "gaz hilarant"), kétamine, méthoxétamine (MXE), GHB (gamma-hydroxybutyrate également connu sous le nom de "drogue du viol") et son précurseur GBL (gamma-butyrolactone, un solvant). Les hallucinogènes/psychédéliques altèrent l'état mental de la personne et ont un effet puissant sur l'esprit tel que des hallucinations, de l'euphorie, des troubles émotionnels : Ibogaïne, LSA (ergine), LSD, Mescaline, Peyotl, Ayahuasca, PCP (phencyclidine, l'"Angel Poussière"), …

-Cannabinoïdes : THC (Delta 9 TetraHydroCannabinol), Haschisch (résine), Butane hash oil (BHO), interférant avec la physiologie du très important système endocannabinoïde. Il avait également été démontré (John Merrick et al, 2016) que le CBD ou Cannabidiol en milieu acide, comme dans l'estomac, se transforme lentement en psychotrope THC (Delta 9 et Delta 8 TetraHydroCannabinols).

Les cannabinoïdes synthétiques (comme Spice, K2, Black Mamba) très appréciés des jeunes générations depuis les années 2000 sont plus dangereux et addictifs que le THC. Ils continuent d'émerger sur le marché européen et sont souvent mélangés au cannabis naturel à l'insu des consommateurs. L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) a souligné que la falsification de produits contenant des cannabinoïdes synthétiques a été confirmée en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Slovénie et en Suède (2021).

-Délirants & Entactogènes/Empathogènes : Noix de bétel, Muscimol (Amanita muscaria), Saponines (onirogènes), Scopolamine et Atropine de la plante Belladone, …

- Dépresseurs : l'action sur le Système Nerveux Central (SNC) procure une sensation de détente, ralentit les réflexes, agit sur le sommeil et pour la réduction de la douleur : Alcool, Barbituriques (Phénobarbital) ; ils comprennent aussi les opioïdes comme les dérivés naturels de l'opium (ou opiacés) : l'Opium, la Morphine, la Codéine, l'Héroïne, et les opioïdes semi- ou synthétiques : l'Oxycodone, le Tramadol, le Fentanyl, la Méthadone et la Buprénorphine utilisés contre la dépendance aux opioïdes mais aussi détournés,…

-Médicaments psychiatriques : Atomoxétine (Strattera), Fluoxétine (Prozac), Halopéridol (Haldol), Olanzapine (Zyprexa), Paroxétine (Paxil), Sertraline (Zoloft), Ritaline (pour traiter « l'hyperactivité » des enfants),…

-Benzodiazépines (sédatifs psychiatriques) : Xanax (Alprazolam), Valium (Diazepam), Rohypnol (Flunitrazepam),… lorsqu'ils sont combinés avec des opioïdes, ils augmentent le risque de surdosage mortel.

- Stimulants de l'esprit et du corps :

         naturelles : caféine, coca, khat, nicotine, théine, théobromine (de cacao) , …

         synthétique : amphétamines, méthamphétamine (très addictif), MDMA (ecstasy), 2C-B (phénéthylamine), les cathinones 3-MMC (nouvelle alternative bon marché à la cocaïne) et 4-MMC (méphédrone). Les cathinones synthétiques en Europe sont les deuxièmes nouvelles substances psychoactives (NPS) les plus courantes après les cannabinoïdes synthétiques. Ils ont également un large éventail d'effets indésirables.

"L'escalade continue de la production de drogues synthétiques dans l'Union européenne nous montre le travail acharné des groupes criminels organisés pour tirer profit du commerce illégal de drogues..."  a déclaré Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures (EMCDDA Drug Report-2022) :

Toutes ces drogues ont la particularité d'être psychoactives, généralement rapidement addictives et toxiques. Leurs principales caractéristiques sont l'altération des activités neuronales, des perceptions, de la capacité de penser et de la mémoire. Ainsi, lorsqu'ils sont utilisés illégalement, ils deviennent rapidement nocifs et potentiellement mortels pour la santé individuelle.

Un autre point clé à considérer est l'accessibilité des drogues, principalement pour l'alcool et de plus en plus pour le cannabis, aux adolescents et adolescentes. En effet, leur cerveau n'ayant pas encore atteint sa pleine maturité avec un système limbique (le centre de récompense) et un cortex préfrontal (fonctions cognitives et exécutives) immatures, les jeunes sont encore très vulnérables face à la pression des pairs, des médias, du marketing, sans l'orientation scolaire et par manque d'informations factuelles à ce sujet. Et c'est surtout vrai pour les adolescents, que J. Kessel (in Mermoz, 1938) défini comme « l'âge où le besoin d'échange, de confiance, devient presque tragique à force d'acuité. Des forces sourdes, un espoir et une inquiétude confus et puissants, exaltent et alourdissent tour à tour le cœur. Il faut les dire, les partager. »

Selon le rapport 2019 du projet scolaire européen sur l'alcool et autres drogues (ESPAD) et concernant les élèves européens de 16 ans :

  • les boissons alcoolisées sont les substances psychoactives les plus populaires et les plus faciles à se procurer. 35% des étudiants européens ont consommé au moins 5 verres d'alcool à la même occasion avec des résultats de toxicité significatifs ;
  • le cannabis est la substance illicite la plus distribuée consommée par la jeunesse européenne, la moyenne étant de 7.1% et selon le Cannabis Abuse Screening Test (CAST), un consommateur sur trois serait à haut risque d'usage problématique ou de dépendance, ce qui pourrait être physique ou/et mental.
  • parmi les autres drogues illicites : l'ecstasy est la plus fréquemment testée (2.3 %), suivie du LSD et autres hallucinogènes (2.1 %), de la cocaïne (1.9 %) et des amphétamines (1.7 %). Les méthamphétamines, le crack et l'héroïne n'affectent qu'un adolescent sur 100. 

"L'éducation est la découverte progressive de notre propre ignorance" William J. Durant (1885-1981). Pendant des siècles, l'école a été un lieu de préparation à la vie par l'apprentissage, établissant des règles de citoyenneté, construisant une unité dans la population et qualifiant. Mais depuis les années 1970 avec l'évolution de la société moderne et la propagation rapide de la drogue parmi les mineurs européens, les programmes traditionnels sont devenus inadaptés et les écoles sont devenues aussi un espace de violences physiques et psychologiques pour les plus vulnérables. En effet, pour « l'impact sur les communautés » (Commission européenne, 2022) « La consommation de drogue est également considérée comme une cause de délinquance juvénile par 72 %, de vol, vol ou cambriolage (66 %) et de crime violent ou meurtre (58 %) ainsi que de corruption (39 %) ». Ajoutant à un possible rôle communautaire et familial de facteurs de protection, les autorités éducatives ont développé de nouveaux dispositifs éducatifs incluant la connaissance du phénomène de la drogue. Et c'est ainsi que de nombreuses organisations non gouvernementales comme le Fondation pour une Europe sans drogue, sont venus assister les fonctionnaires dans la tâche ardue, ingrate mais nécessaire de prévention telle que décrite dans les Conventions Internationales et Européennes des Droits de l'Enfant et ainsi,

"Ensemble, nous pouvons poursuivre une prévention et une protection plus efficaces, renforcer la résilience tout en reconstruisant mieux et ne laisser personne de côté."(ONUDC, 2020)

- Publicité -

Plus de l'auteur

- CONTENU EXCLUSIF -spot_img
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -spot_img
- Publicité -

Doit lire

Derniers articles

- Publicité -