-0.6 C
Bruxelles
Samedi, Janvier 28, 2023

Le chef des droits de l'ONU exhorte la Libye et l'UE à protéger les migrants traversant la Méditerranée centrale

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a exhorté mercredi le gouvernement d'unité libyenne et les pays de l'Union européenne (UE) à agir pour protéger les migrants effectuant la dangereuse traversée en Méditerranée centrale. 
Appelant à une réforme urgente des politiques et pratiques actuelles en matière de recherche et de sauvetage "qui privent trop souvent les migrants de leur vie, de leur dignité et de leurs droits fondamentaux", elle a affirmé Valérie Plante. "la vraie tragédie" est qu'une grande partie de la souffrance et de la mort en mer est évitable. 

« Chaque année, des gens se noient parce que l'aide arrive trop tard, ou n'arrive jamais du tout. Ceux qui sont secourus sont parfois contraints d'attendre des jours ou des semaines avant d'être débarqués en toute sécurité ou, comme c'est de plus en plus souvent le cas, sont renvoyés en Libye qui, comme cela a été souligné à maintes reprises, n'est pas un havre sûr en raison du cycle de violence », a déclaré Mme Bachelet. 

Droits et dignité en danger 

Le Haut Commissariat, HCDH, a émis un rapport qui indique que les preuves suggèrent que le manque de protection des droits de l'homme pour les migrants en mer "n'est pas une anomalie tragique, mais plutôt une conséquence de décisions et de pratiques politiques concrètes des autorités libyennes, des États membres et des institutions de l'Union européenne (UE) et d'autres acteurs qui se sont combinés pour créer un environnement où la dignité et les droits humains des migrants sont menacés ».  

Malgré une baisse significative du nombre total de migrants arrivant en Europe via la route de la Méditerranée centrale ces dernières années, le HCDH a déclaré que des centaines de personnes continuent de mourir, avec au moins 632 décès enregistrés jusqu'à présent cette année. 

Les migrants qui ont été secourus souffrent également. Certains restent bloqués pendant des jours ou des semaines à bord de navires qui ne sont pas adaptés à l'hébergement de longue durée. La situation s'est aggravée dans le COVID-19 pandémie, selon le rapport, certains migrants étant contraints de se mettre en quarantaine en mer. D'autres défis les attendent à terre, notamment des conditions d'accueil inadéquates, ainsi que le risque de détention obligatoire, prolongée ou autrement arbitraire. 

Réduction des opérations de sauvetage 

Le rapport note que l'UE et ses États membres ont considérablement réduit les opérations de recherche et de sauvetage maritimes, tandis que les ONG humanitaires ont été bloquées dans la réalisation de ce travail. De plus, les navires commerciaux privés évitent de plus en plus d'aider les migrants en détresse en raison des retards et des impasses pour les amener à un port sûr. 

Les autorités frontalières et maritimes de l'UE ont encouragé les garde-côtes libyens à assumer davantage de responsabilités dans les opérations de recherche et de sauvetage dans les eaux internationales. Cependant, le HCDH a déclaré que cela s'était produit "sans droits de l'homme diligence raisonnable et garanties », entraînant une augmentation des interceptions et des renvois vers la Libye. 

Appel à l'action 

Le rapport appelle la Commission européenne et les pays de l'UE à s'assurer que tous les accords avec la Libye sur la migration sont conformes à leurs obligations en vertu du droit international.  

La coordination de la recherche et du sauvetage devrait également être subordonnée à l'assurance que les migrants secourus ne seront pas débarqués en Libye mais plutôt dans un port sûr. 

Mme Bachelet a souligné la nécessité d'agir davantage pour déployer suffisamment d'opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Elle a également insisté pour un plus grand soutien aux ONG travaillant dans ce domaine et pour l'adoption d'un accord commun fondé sur les droits de l'homme pour le débarquement rapide des personnes secourues en mer. 

"Tant qu'il n'y aura pas suffisamment de canaux de migration sûrs, accessibles et réguliers, les gens continueront d'essayer de traverser la Méditerranée centrale, quels que soient les dangers ou les conséquences", a-t-elle ajouté. "J'exhorte les États membres de l'UE à faire preuve de solidarité pour veiller à ce que les pays de première ligne, tels que Malte et l'Italie, ne soient pas laissés pour assumer une responsabilité disproportionnée."

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles