2 C
Bruxelles
Samedi, Janvier 28, 2023

16 jours d'activisme : les femmes colombiennes transforment leur vie et autonomisent leurs communautés

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Dans le cadre de la campagne du Secrétaire général des Nations Unies pour 16 jours d'activisme contre la violence sexiste 2022, intitulée « UNISSEZ-VOUS ! Activisme pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles », l'ONUDC présente ses activités dans le monde entier qui contribuent à accélérer les efforts pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles à travers une série d'histoires sur le Web.

Aujourd'hui, nous entendons deux femmes qui ont trouvé l'occasion de voir leur vie sous un angle différent et de donner à leurs communautés les moyens de bâtir un avenir meilleur. Voici les histoires d'Eylin et de Lorcy.

© L'ONUDC

Dans le village de Cabildo, un endroit avec quelques rues et maisons dans la municipalité colombienne de Miranda (Cauca), Eylin prend un morceau de tissu et commence à découper un patron exact pour un pantalon. Quand elle a fini, elle attrape du fil et l'apporte à la machine à coudre. Cela prend quelques minutes avant qu'elle puisse insérer le fil dans l'aiguille et commencer à coudre les pièces ensemble.

Eylin était une collectionneuse, consacrant ses journées à «gratter» et à récolter des feuilles de coca tout en portant son enfant sur ses épaules. Les collecteurs sont au point le plus bas de la chaîne de production de la coca. Elles n'ont pas de plans ou de protections de santé, et la nature informelle et clandestine de leur travail augmente les risques de violence, y compris la violence sexiste pour les travailleuses journalières.

Une absence d'opportunités a conduit Eylin à devenir collectionneuse dès son plus jeune âge. "C'est une activité qui génère de la violence et détruit la vie des jeunes", dit-elle les larmes aux yeux car elle craint pour l'avenir de ses deux jeunes enfants. C'est la seule vie qu'Eylin ait jamais connue. Pendant longtemps, elle a rêvé d'avoir un métier qui lui rapporterait assez d'argent pour aider sa famille. En raison de difficultés économiques, elle n'a même pas pu terminer ses études secondaires.  

Réalisant qu'elle devait changer de vie, Eylin a accepté l'aide du programme national du gouvernement colombien pour la substitution intégrale des cultures illicites. Elle a rejoint un projet de développement alternatif »Entreprises inclusives avec une approche genre', offert par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), et financé par le Fonds d'affectation spéciale multipartenaires des Nations Unies pour le maintien de la paix (UNMPTF) en Colombie.

Grâce à ce projet, Eylin et d'autres femmes qui récoltaient des feuilles de coca ont créé une entreprise afin de construire un avenir de travail légal. Cette entreprise est 'Confiseries avec l'amour' (Couture avec amour).

Eylin et ses collègues travaillent du lundi au vendredi, fabriquant des pantalons de survêtement et des pantalons multifonctionnels. 'Confecciones con Amor' leur a permis de voir la vie sous un angle différent, avec l'aspiration de développer leur entreprise et d'augmenter leur productivité, offrant ainsi un avenir sûr et stable à leurs familles.

Dans le Pacifique colombien, où la violence historique a causé l'insécurité, l'ONUDC travaille à prévenir la violence sexiste et donne aux femmes des outils pratiques pour défendre leurs droits et leur autonomie. Des femmes comme Lorcy, afro-colombienne et leader du 'Canasteando' (Basketing), une entreprise de cacao située à Tumaco (Nariño).

L'ONUDC a trouvé à Lorcy une défenseure des droits des femmes de sa communauté qui contribue à donner aux femmes les moyens d'accéder à l'autonomie économique grâce à la production de cacao. Originaire d'une région difficile où la violence fait partie de la vie quotidienne, Lorcy est une source d'inspiration pour de nombreuses femmes afro-colombiennes qui souhaitent de meilleures conditions de vie pour leurs familles et leurs communautés.

Elle faisait partie des 200 femmes afro-colombiennes qui ont fini par placer leurs espoirs dans les processus menés par l'ONUDC pour promouvoir et renforcer des projets productifs dans une perspective de genre. Ces projets mettent l'accent sur les droits des femmes, leur liberté et leur sécurité pour exercer un leadership, et la transformation de leurs communautés et sociétés. Financés par l'UNMPTF en Colombie, les projets ont apporté un soutien technique et financier à une cinquantaine d'organisations dirigées par des femmes.

Lorcy et les femmes de « Canasteando » ont vu leur plus grand rêve devenir réalité : produire leurs paquets de cacao en tant que représentation de leur travail dévoué pour autonomiser et promouvoir l'inclusion des femmes rurales et afro-colombiennes victimes de violence.

Pour en savoir plus

Cette année, la campagne des 16 jours d'activisme contre la violence sexiste a débuté le 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et se poursuivra jusqu'au 10 décembre, Droits de l'homme Jour. La campagne annuelle déclenche des centaines d'événements à travers le monde conçus pour accélérer les efforts visant à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles. Le thème mondial de la campagne menée cette année par le Secrétaire général des Nations Unies est « UNISSEZ-VOUS ! Activisme pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles », appelant les gouvernements et les partenaires à montrer leur solidarité avec les mouvements et militants des droits des femmes, et invitant tout le monde à rejoindre le mouvement mondial pour mettre fin une fois pour toutes à la violence contre les femmes.

Des solutions globales et multisectorielles sont nécessaires pour mettre fin à toutes les formes de violence sexiste à l'égard des femmes et des filles d'ici 2030, conformément à l'objectif de développement durable 5.2. La prévention du crime et les mesures de justice pénale sont un élément clé de cette approche. En savoir plus sur le travail de l'ONUDC sur la violence sexiste ici.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles