3.1 C
Bruxelles
Sunday, Janvier 29, 2023

L'ONU prévoit de créer un système mondial d'alerte précoce pour les catastrophes climatiques

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Petar Gramatikov
Petar Gramatikovhttps://www.europeantimes.news
Le Dr Petar Gramatikov est rédacteur en chef et directeur du European Times. Il est membre de l'Union des reporters bulgares. Dr. Gramatikov a plus de 20 ans d'expérience académique dans différentes institutions d'enseignement supérieur en Bulgarie. Il a également examiné des conférences, liées aux problèmes théoriques impliqués dans l'application du droit international dans le droit religieux où une attention particulière a été accordée au cadre juridique des nouveaux mouvements religieux, la liberté de religion et l'autodétermination, et les relations État-Église pour le pluralisme -Etats ethniques. En plus de son expérience professionnelle et académique, le Dr Gramatikov a plus de 10 ans d'expérience dans les médias où il a occupé les postes de rédacteur en chef d'un périodique trimestriel touristique « Club Orpheus » – « ORPHEUS CLUB Wellness » PLC, Plovdiv ; Consultant et auteur de conférences religieuses pour la rubrique spécialisée pour les personnes sourdes à la télévision nationale bulgare et a été accrédité en tant que journaliste du journal public « Help the Needy » à l'Office des Nations Unies à Genève, en Suisse.

Il vaudra 3 milliards de dollars. Au cours du forum, le président français Emmanuel Macron a appelé à l'interdiction de l'exploitation des fonds marins

Les Nations Unies ont annoncé un plan visant à créer dans les cinq prochaines années un système mondial d'alerte précoce pour les catastrophes climatiques d'une valeur de trois milliards de dollars, a rapporté France Press.

"Les habitants vulnérables des territoires les plus menacés par le réchauffement climatique sont de plus en plus exposés aux catastrophes climatiques sans aucun moyen d'alerte précoce", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, lors du sommet sur le climat qui se tient en Égypte sous les auspices de l'organisation (COP27).

"Les peuples d'Afrique, d'Asie du Sud, d'Amérique centrale et du Sud et les habitants des petits États insulaires sont quinze fois plus menacés de destruction à la suite d'une catastrophe climatique", a-t-il averti.

En mars, Guterres a annoncé l'objectif ambitieux qu'au cours des cinq prochaines années, chaque habitant de la planète puisse être averti des pluies torrentielles, des cyclones ou d'autres événements météorologiques extrêmes à venir, qui se produisent plus fréquemment en raison du réchauffement climatique.

« L'alerte précoce sauve des vies et offre d'énormes avantages économiques. Il suffit d'émettre un avertissement d'un événement climatique imminent 24 heures à l'avance pour réduire les dommages ultérieurs de 30 % », estime Petteri Talas, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale et auteur du plan.

Selon un rapport récemment publié par l'organisation et le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, la moitié des pays du monde ne sont pas préparés à de tels événements. Moins de la moitié des pays en développement et seulement un tiers des États insulaires en développement disposent d'un système d'alerte précoce pour divers types d'événements dangereux.

Pour atteindre les objectifs fixés par l'ONU, ils disent qu'un investissement de 3.1 milliards de dollars est nécessaire sur la période - 2023-2027 - un montant qui, selon l'organisation, est insignifiant au regard des avantages.

La Commission internationale sur l'adaptation estime que si 800 millions de dollars étaient investis dans des systèmes similaires dans les pays en développement, des pertes comprises entre 3 et 16 milliards de dollars par an seraient évitées.

Le montant de 3.1 milliards pour l'adaptation au réchauffement climatique sera réparti dans quatre secteurs : mieux définir les risques de catastrophe, déployer des systèmes de surveillance et d'alerte, renforcer les capacités de réponse sur le terrain et assurer une information accessible à tous, menacée par les catastrophes.

Au cours du forum, le président français Emmanuel Macron a appelé à l'interdiction de l'exploitation des fonds marins

Le président français Emmanuel Macron a appelé à "l'interdiction de toute exploitation des fonds marins" lors du sommet de l'ONU sur le climat COP27 en Égypte, a rapporté l'AFP.

"Les océans doivent redevenir ce qu'ils étaient il y a quelques années - un territoire aquatique - c'est une nouvelle frontière pour la coopération et les relations interétatiques", a-t-il déclaré lors de la réunion de Charm el-Cheikh.

Selon les mots de Macron, la France "travaille sur les engagements pris et soutient l'interdiction de toute exploitation des fonds marins". "J'accepte cette position et la présenterai à la communauté internationale", a-t-il assuré.

Back in June, the French president announced: “legislative provisions to end seabed mining and prohibit future actions endangering ocean ecosystems.” Macron then made his speech at another UN conference dedicated to the oceans.

À la fin du mois dernier, des députés français de tous horizons politiques ont appelé le pays à prendre des mesures pour imposer un moratoire d'au moins dix ans sur l'exploitation minière des fonds marins.

Le député et éco-militant Nicolas Thierry a remis aujourd'hui à la chambre basse du Parlement français, l'Assemblée nationale, une décision en la matière, soutenue par 168 élus du peuple. Ils y exhortent l'Autorité internationale des fonds marins, qui se réunit jusqu'au 11 novembre en Jamaïque, à adopter une telle interdiction.

Le président Macron a également promis de créer un programme pour protéger « les écosystèmes critiques – forêts anciennes, marécages, zones humides et mangroves ».

"Nous devons de toute urgence donner à ces écosystèmes un statut à part et proposer aux pays sur le territoire desquels ils se trouvent des accords et une aide financière pour les aider à les protéger", a déclaré Macron, citant spécifiquement le Gabon, la Colombie et les Philippines, qui ont rejoint cette initiative lors d'une conférence distincte. réunis aujourd'hui dans le cadre de la COP27.

"Au début de l'année prochaine, nous nous réunirons à nouveau à Libreville pour le One Forest Summit, où nous adopterons un plan d'action concret", a ajouté Macron. La rencontre sera organisée en coopération avec le président gabonais Ali Bongo.

Remi Jouan, CC BY 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by/4.0, via Wikimedia Commons

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles