7.9 C
Bruxelles
Wednesday, Février 1, 2023

L'UE gèle la réforme de la controversée Charte de l'énergie Traité

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Faute d'accord entre les Etats européens, la Commission européenne a annoncé lundi le gel du projet de réforme du traité sur la charte de l'énergie.

La Commission, qui négocie au nom de l'UE-27, avait élaboré en juin un compromis pour "moderniser" le traité vieux de trois décennies, qui devait être confirmé par un vote unanime de la cinquantaine de pays signataires lors d'une conférence le 50 novembre à Oulan-Bator (Mongolie). Cependant, plusieurs États membres de l'UE (France, Espagne, Pays-Bas, Luxembourg et Allemagne) ont annoncé ces dernières semaines leur décision Se rétracter du traité, jugeant le compromis sur la table insuffisant pour relever les défis climatiques. L'Italie s'est retirée du traité en 2015.

Vendredi 18 novembre, la France, l'Espagne, les Pays-Bas et l'Allemagne se sont abstenus au Mandat cela leur aurait permis de voter mardi.

"Les États membres n'ont pas été en mesure de s'entendre sur la modernisation du traité sur la Charte de l'énergie, nous demanderons donc que le point soit retiré de la réunion de mardi", a annoncé Miriam Garcia Ferrer, porte-parole de la Commission européenne lors d'une réunion le vendredi, entraînant un report du vote.

Les États souhaitant se retirer du traité restent soumis à ses obligations, en raison d'une « clause de survie » protégeant les investissements couverts par le traité pendant 20 ans après le retrait d'un pays signataire. La Commission les poussait donc à approuver le projet de modernisation, quitte à se retirer plus tard avec une « clause de survie » s'appliquant au traité modifié. La réforme proposée vise à prévenir les "revendications opportunistes" et à exclure du champ d'application du traité, après une transition de 10 ans, les investissements déjà lancés dans les énergies fossiles, ainsi qu'à réduire la clause de survie. "Sur les prochaines étapes, nous devons en discuter avec les États membres", a déclaré Garcia Ferrer.

Le gouvernement autrichien envisage de se retirer du traité sur la Charte de l'énergie après l'échec vendredi d'une réforme menée par la Commission européenne.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles