2.9 C
Bruxelles
Samedi, Janvier 28, 2023

16 jours d'activisme : Femmes au pouvoir - Femmes pour la justice

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Bureau de nouvelles
Bureau de nouvelleshttps://www.europeantimes.news
Le European Times News vise à couvrir les actualités importantes pour sensibiliser les citoyens de toute l'Europe géographique.

Dans le cadre de la campagne du Secrétaire général des Nations Unies pour 16 jours d'activisme contre la violence sexiste 2022, intitulée « UNISSEZ-VOUS ! Activisme pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles », l'ONUDC présente ses activités dans le monde entier qui contribuent à accélérer les efforts pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles à travers une série d'histoires sur le Web.

Hier, la communauté internationale s'est réunie à Vienne pour commémorer la campagne, discuter des bonnes pratiques dans la lutte contre la violence sexiste et souligner le rôle de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour mettre fin à l'impunité des auteurs de ce crime. 

Peinture d'Iris Perez Romero de la République dominicaine, représentant les sœurs Mirabal qui ont été brutalement assassinées en 1960.

Vienne (Autriche), 1er décembre 2022 – Depuis 1981, la communauté internationale a célébré le 25 novembre comme une journée contre la violence sexiste. En février 2000, l'Assemblée générale des Nations Unies désigné ce jour-là comme la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, en partie pour honorer les sœurs Mirabal de la République dominicaine qui ont été brutalement assassinées en 1960 sur ordre du dirigeant de l'époque pour leur activisme politique. 

Le tableau de gauche, représentant les sœurs Mirabal, est de l'artiste Iris Perez Romero de la République dominicaine. Il illustre que les arts ont le pouvoir de défier les inégalités, de trouver un terrain d'entente et de faciliter des conversations cruciales qui mènent à la réflexion et à des changements positifs dans les sociétés. L'art est un outil utilisé depuis longtemps par les victimes, les défenseurs des droits des femmes et d'autres praticiens pour lutter contre la violence sexiste. 

Ghada Waly, directrice exécutive de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), a déclaré que les peintures de Perez « parlent pour les femmes et les filles qui ont subi des violences. Elles nous rappellent leur courage et nous incitent à croire qu'un monde meilleur est possible », un monde dans lequel les femmes et les filles peuvent vivre sans craindre d'être victimes de violence simplement à cause de qui elles sont. 

Mme Waly, ainsi que les peintures de Perez, étaient présentes lors d'un événement de haut niveau qui s'est tenu hier à Vienne pour commémorer la campagne de l'ONU «UNITE! Activisme pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles. L'ambassadrice Laura Faxas de la République dominicaine, qui a accueilli l'événement, a encouragé la communauté internationale à "parler et agir contre la violence domestique, la violence politique et tous les types de violence à l'égard des femmes" soulignant "la nécessité de continuer à attirer l'attention sur toutes les inégalités". auquel nous, les femmes, sommes soumises ». 

Lors de cet événement, intitulé « Les femmes au pouvoir – Les femmes pour la justice », un panel de représentantes nationales a partagé les défis régionaux et nationaux auxquels elles sont confrontées pour empêcher l'impunité de ce crime. Certains ont donné des exemples de scénarios complexes où l'instabilité règne et les sociétés sont menacées par l'intimidation des criminels, après quoi la violence sexuelle est souvent utilisée comme une arme. Les orateurs ont également débattu des moyens d'améliorer la mise en œuvre des lois et de demander des comptes aux gouvernements afin que les lois puissent avoir un plus grand impact sur la fin de la violence sexiste.  

"Les crimes violents contre les femmes et les filles sont parmi les moins signalés et les moins susceptibles de se terminer par une condamnation", a déclaré Waly lors de l'événement. "Moins de 40% des femmes survivantes signalent même des violations ou demandent de l'aide de quelque nature que ce soit." Elle a souligné que, malgré les engagements énoncés dans les lois, "les victimes sont souvent confrontées à des obstacles importants en raison de graves lacunes dans la législation et la procédure, ainsi que des stéréotypes sexistes, du blâme des victimes, de la peur des représailles et des réponses inadéquates des institutions et des professionnels de la justice pénale. .” 

La composition du personnel chargé de l'application de la loi et de la justice pénale a une incidence sur le traitement des personnes au sein du système judiciaire et sur la qualité des enquêtes, des poursuites et des jugements. Pour obtenir justice et améliorer l'accès à la justice pour les femmes et les filles, il faut davantage de femmes dans le système, y compris aux niveaux de l'élaboration des politiques et de la direction. Accroître la représentation des femmes garantira également que les institutions de justice pénale répondent pleinement aux besoins des tous groupes dans la société.  

Parmi les autres intervenants à l'événement, la ministre autrichienne des femmes, Susanne Raab, a promis le soutien financier du pays hôte pour des « mesures de lutte contre la violence sexiste », y compris davantage de refuges et de foyers temporaires ainsi qu'un « centre où les femmes issues de l'immigration peuvent s'informer sur leurs droits et leurs options en Autriche. Ma grande intention est que chaque femme qui s'installe en Autriche connaisse ses droits et libertés. C'est de la plus haute importance pour son intégration dans la société autrichienne », a souligné Raab. 

L'Ambassadeur Miguel Camilo Ruiz Blanco de Colombie a souligné le rôle important et la responsabilité des hommes dans l'élimination de la violence à l'égard des femmes et des filles. Il a souligné que sans la participation des hommes, le processus sera plus lent et peut-être même inaccessible, et que les hommes et les garçons sont les agents et les bénéficiaires de ce changement. Ruiz Blanco est représentante permanente en Autriche et coprésidente du groupe Friends of Gender. 

L'ONUDC aide les États membres à mettre en place des politiques sensibles au genre qui traitent la violence sexiste d'une manière centrée sur les victimes. L'ONUDC joue un rôle actif pour combler les vides juridiques et éliminer les règles et procédures discriminatoires en fournissant aux États des conseils législatifs et juridiques. 

Pour en savoir plus

L'événement "Femmes au pouvoir - Femmes pour la justice" s'est tenu dans un format hybride (en personne et en ligne) et organisé par l'ONUDC en partenariat avec la République dominicaine, le groupe des amis du genre basé à Vienne et l'initiative International Gender Champions. . Parmi les participants figuraient les représentants permanents en Autriche pour la Colombie, le Costa Rica, la République dominicaine, la Norvège et le Royaume-Uni, ainsi que des experts représentant le Cameroun, la République dominicaine, Haïti, l'Iraq et Espagne

Cette année, la campagne des 16 jours d'activisme contre la violence sexiste a débuté le 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et se poursuivra jusqu'au 10 décembre, Droits de l'homme Jour. La campagne annuelle déclenche des centaines d'événements à travers le monde conçus pour accélérer les efforts visant à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles. Le thème mondial de la campagne menée cette année par le Secrétaire général des Nations Unies est « UNISSEZ-VOUS ! Activisme pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles », appelant les gouvernements et les partenaires à montrer leur solidarité avec les mouvements et militants des droits des femmes, et invitant tout le monde à rejoindre le mouvement mondial pour mettre fin une fois pour toutes à la violence contre les femmes. 

Des solutions globales et multisectorielles sont nécessaires pour mettre fin à toutes les formes de violence sexiste à l'égard des femmes et des filles d'ici 2030, conformément à l'objectif de développement durable 5.2. La prévention du crime et les mesures de justice pénale sont un élément clé de cette approche. En savoir plus sur le travail de l'ONUDC sur la violence sexiste ici et comment le bureau fait progresser l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes ici.  

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles