9.1 C
Bruxelles
Vendredi, Février 3, 2023

La flambée mondiale de choléra probablement accélérée par le changement climatique, prévient l'OMS

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Nouvelles des Nations Unies
Nouvelles des Nations Unieshttps://www.un.org
United Nations News - Articles créés par les services de presse des Nations Unies.

"La carte est menacée (par le choléra) partout", a déclaré le Dr Philippe Barboza, de l'Organisation mondiale de la santé, s'exprimant à Genève, via Zoom.

Les données disponibles indiquent des cas d'infection dans une trentaine de pays, alors qu'au cours des cinq années précédentes, moins de 30 pays ont signalé des infections, en moyenne.

Inverser les succès récents

"La situation est tout à fait sans précédent, car non seulement nous assistons à davantage d'épidémies, mais ces épidémies sont plus importantes et plus meurtrières que celles que nous avons vues ces dernières années", a déclaré le Dr Barboza, WHO Chef d'équipe pour le choléra et les maladies diarrhéiques épidémiques.

"Ce nombre croissant d'épidémies de choléra survient après plusieurs années de réduction régulière du nombre de cas et de décès."

Le Dr Barboza a expliqué que tous les "facteurs habituels" avaient joué leur rôle dans la hausse mondiale du choléra en 2022, notamment dans les conflits et les déplacements massifs.

A cela s'ajoute "l'impact très visible" du changement climatique, a-t-il insisté.

"La plupart de ces épidémies plus importantes et le fait qu'elles se produisent simultanément - ce qui rend la situation beaucoup plus complexe - est un impact direct de l'augmentation des troubles climatiques défavorables."

La crise du choléra s'est déroulée dans la Corne de l'Afrique et au Sahel, accompagnée "d'inondations majeures, de moussons sans précédent (et) d'une succession de cyclones", a déclaré l'expert de l'OMS sur le choléra.

image1170x530cropped - La flambée mondiale de choléra probablement accélérée par le changement climatique, prévient l'OMS
UNICEF Malawi

Daina Denja prend le vaccin contre le choléra pendant la campagne de vaccination contre le choléra de l'UNICEF dans le village de Misili dans le district de Chikwawa, au Malawi.

Focus sur les inondations au Pakistan

De nombreux autres pays ont également été touchés, notamment Haïti, le Liban, le Malawi et la Syrie, où il y a de grandes épidémies.

Au Pakistan, où les années précédentes n'ont vu que des cas sporadiques de choléra, il y a eu plus de 500,000 XNUMX cas de diarrhée aqueuse signalés cette année après les inondations estivales dévastatrices, mais "moins de quelques milliers" de cas de choléra confirmés en laboratoire.

Triple menace La Nina

Tout aussi inquiétante est l'évaluation de l'OMS selon laquelle la situation "ne va pas changer rapidement" en 2023, car les météorologues prévoient que le phénomène climatique La Nina devrait persister pour une troisième année consécutive.

Les catastrophes naturelles associées à La Nina sont des sécheresses et des pluies prolongées et une augmentation des cyclones, "nous sommes donc très susceptibles de voir une (a) situation similaire à celle que nous avons connue au début de 2022", a déclaré le Dr Barboza, indiquant que le pire -les zones touchées étaient probablement en Afrique orientale et australe, dans les Caraïbes et en Asie.

image1170x530cropped - La flambée mondiale de choléra probablement accélérée par le changement climatique, prévient l'OMS
WHO

Dans le cadre de la réponse d'urgence de l'OMS à l'épidémie de choléra au Liban, le premier envoi de kits de choléra (médicaments et fournitures) est arrivé ce week-end depuis le centre OMS de Dubaï dans le but de soutenir les efforts du ministère de la Santé publique pour contrôler l'épidémie de choléra.

Pénuries dans le monde

Bien que le choléra soit évitable, une pénurie mondiale de vaccins persiste, les seuls producteurs de la Corée du Sud et de l'Inde, déjà à la "production maximale" de 36 millions de vaccins par an.

Une initiative sud-africaine pour produire les vaccins là-bas est en cours, mais cela pourrait prendre "quelques années" pour se concrétiser, a déclaré le Dr Barboza. Il a expliqué que les vaccins sont si rares que le Groupe international de coordination (ICG) a dû décider en octobre de réduire sa stratégie mondiale de vaccination de deux doses à une, pour lutter contre les épidémies de choléra.

Malgré les pénuries de vaccins, le responsable de l'OMS a souligné que le choléra "est facile à traiter" par rapport à d'autres maladies qui nécessitent des ventilateurs ou des unités de soins intensifs spécialisées, mais uniquement si les patients peuvent recevoir rapidement des liquides intraveineux ou des antibiotiques.

Maladie de la pauvreté

Selon l'OMS, chaque année, il y a 1.3 à 21,000 millions de cas de choléra et 143,000 XNUMX à XNUMX XNUMX décès dans le monde dus à la maladie. La maladie est une infection diarrhéique aiguë causée par l'ingestion ou la consommation d'aliments ou d'eau contaminés par la bactérie Vibrio cholerae.

"Très clairement, le choléra est une maladie de la pauvreté, de la vulnérabilité, c'est la partie la plus fragile de la population dans un pays donné qui est la plus à risque et pour une raison très simple : c'est juste parce qu'ils n'ont pas accès à l'eau potable et à l'assainissement de base », a déclaré le Dr Barboza.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles