9.1 C
Bruxelles
Vendredi, Février 3, 2023

COMECE : l'UE doit se concentrer sur une éducation et une formation intégrales et de qualité

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l'approbation du point de vue, mais le droit de l'exprimer.

Dans une contribution présentée cette semaine, les évêques européens appellent l'UE à encadrer l'Année européenne des compétences 2023 de manière holistique et intégrale en évitant de présenter l'éducation, la formation et la reconversion ou le perfectionnement comme un moyen de compétitivité et d'employabilité uniquement.

Par Lisa Zengarini

Dans son rôle d'acteur et de partenaire des institutions européennes et dans le cadre de son plaidoyer sur l'éducation et la formation, la Commission des évêques de l'Union européenne (COMECE) a soumis une contribution à la consultation de la Commission européenne sur l'Année européenne de Compétences.

L'Année européenne des compétences 2023

L'Année a été annoncée en septembre 2022 par la présidente Ursula von der Leyen dans le but de doter la main-d'œuvre de l'UE des "compétences adéquates pour la compétitivité actuelle" de son économie sociale de marché.

, EU La proposition de la Commission suggère une série d'initiatives, de projets et d'événements pour susciter des échanges sur le rôle et l'amélioration du perfectionnement, de la reconversion et de la formation dans l'UE.

Placer l'humain au centre

Dans sa contribution, tout en reconnaissant que « les défis actuels auxquels l'Union européenne est confrontée, ainsi que la montée en puissance de puissances mondiales concurrentes, exigent une volonté d'être économiquement compétitive », la COMECE met en garde les institutions de l'UE contre une compréhension de la formation et du perfectionnement uniquement en termes d'« employabilité ». et la compétitivité ».

15/10/2020

Le pape François relance jeudi le Pacte mondial sur l'éducation avec un message vidéo lors d'un événement virtuel à l'Université pontificale du Latran à Rome.

Le document, préparé avec la Fédération des associations familiales catholiques d'Europe (FAFCE) et Don Bosco International (DBI), suggère plutôt d'interpréter l'Année européenne des compétences de manière plus « holistique », dans le but ultime de favoriser le développement intégral de chaque personne. comme demandé par Pacte mondial sur l'éducation du pape François.

Le projet, lancé en 2020 sous le parrainage de la Congrégation pour l'éducation catholique, vise à impliquer de multiples acteurs et parties prenantes internationales dans l'effort de l'Église « pour reconstruire la fragile alliance éducative en initiant les nouvelles générations aux valeurs de respect, de dialogue et de solidarité à travers la investissement des meilleures ressources disponibles dans une éducation de qualité ».

« Mettre la personne humaine au centre du progrès éducatif, dans sa valeur et sa dignité, avec sa singularité et ses talents, doit toujours être prise en compte lorsqu'on aborde un sujet comme celui des compétences, de la formation et de la formation, comme l'a suggéré le Pape François dans son Pacte mondial pour l'éducation.

Promouvoir la fraternité, la justice et la paix

Selon les trois instances catholiques européennes, "encadrer l'Année européenne des compétences uniquement à travers un récit de croissance, de compétitivité et d'innovation risque d'exclure le développement intégral de la personne" qui est "l'aspect le plus important de l'éducation et de la formation". Le document souligne donc la "complémentarité du système de formation et de compétences techniques avec l'éducation" afin qu'il puisse devenir "un moteur" de fraternité au niveau mondial.

"Pour atteindre cet objectif, la COMECE souligne qu'"il est essentiel de garantir un processus de requalification et de perfectionnement accessible et inclusif, dans lequel les organisations de la société civile peuvent jouer un rôle clé pour atteindre la partie la plus vulnérable de la société, actuellement exposée à un risque social accru. inégalités et discriminations dues à un accès potentiellement élitiste à cette transition ».

Les défis auxquels l'UE est confrontée aujourd'hui

Le document se penche ensuite sur les différents défis qui affectent l'UE aujourd'hui et sont étroitement liés à l'offre de compétences et à l'apprentissage : la crise démographique, le défi éducatif, le défi éducatif au lendemain de la crise du COVID-19, la crise migratoire et les compétences nécessaires pour répondre à ce contexte.

Nécessité de politiques favorables à la famille pour contrer le déclin démographique

La population européenne décline et vieillit de manière spectaculaire et d'ici 2070, près d'un tiers des Européens auront plus de 65 ans. Cela signifie qu'il y aura une contraction de la main-d'œuvre disponible et une augmentation du taux de dépendance des personnes âgées (c'est-à-dire du taux de nombre de personnes âgées à un âge où elles sont généralement économiquement inactives par rapport au nombre de personnes en âge de travailler).

En outre, dans la zone euro, la baisse de la population en âge de travailler ne sera que partiellement compensée par les flux migratoires nets, qui d'autre part « entraînent également des situations de fuite des cerveaux de travailleurs hautement qualifiés, tant en provenance des pays tiers qu'à l'intérieur du pays ». l'UE, préjudiciable à leur développement économique ».

La COMECE, le FAFCE et le DBI soulignent ainsi la nécessité « d'investir dans des politiques démographiques et favorables à la famille, notamment dans des politiques de conciliation famille-travail ».

Les effets à long terme de la crise du COVID-19

Outre les questions démographiques, le document attire l'attention sur d'autres défis Europe auxquels est confrontée l'éducation et la formation, à commencer par les effets à long terme de la pandémie de COVID-19. Bien qu'ils ne soient pas encore pleinement visibles, « des taux de risque de pauvreté plus élevés et des retards dans les acquis des apprenants sont déjà visibles ». D'où l'urgence de « rendre le secteur de l'éducation plus résilient et adaptable aux changements et aux apprenants », même après l'achèvement des parcours d'éducation formelle.

« L'éducation formelle étant la base de la requalification et de l'amélioration des compétences des jeunes professionnels et des adultes en activité », selon la COMECE, l'Année européenne des compétences devrait « mettre fortement l'accent sur la connexion entre les systèmes éducatifs, la formation et les prestataires d'enseignement des compétences, pour la dans l'intérêt d'un espace européen de l'éducation plus coordonné, plus complet et qui fonctionne mieux ». À la lumière des développements sociaux et économiques actuels, il est également nécessaire de « changer le paradigme traditionnel école-travail-retraite ».

La nécessité d'une approche « holistique »

Les évêques européens invitent donc la Commission à fonder les initiatives de l'Année des compétences à venir sur une "approche holistique", soutenant l'orientation, la reconnaissance et l'attention aux besoins et capacités individuels, "en particulier pour les personnes en situation de vulnérabilité", ne laissant personne de côté.  

« Grâce à une approche holistique, l'apprentissage tout au long de la vie combine des objectifs d'éducation et de formation d'employabilité et de croissance économique avec le développement personnel, ce qui représente un élément clé non seulement pour l'épanouissement personnel dans la vie mais aussi pour le développement d'une société juste et plus inclusive.

Apprendre à vivre dans le respect et à s'épanouir dans des sociétés culturellement diverses

Dans une société multiculturelle, la contribution souligne encore l'importance, à la fois sur le marché du travail et dans la société en général, de « la sensibilisation culturelle, les compétences et aptitudes interreligieuses, interpersonnelles et de réflexion critique ».

"Avec une polarisation politique et sociale croissante dans l'UE, apprendre à vivre et à s'épanouir avec respect dans des sociétés culturellement diverses grâce à l'attention et au respect des autres devrait être intégré dans la formation, la formation et le perfectionnement."

Cela devrait également être réalisé par le biais de formations non formelles et de prestataires de compétences, y compris des organisations confessionnelles et ecclésiales.

Dans un esprit de subsidiarité – poursuit la COMECE – l'UE devrait encourager les processus de coopération entre les instituts formels et non formels d'éducation et de formation, « afin de parvenir à la meilleure formation possible et intégrale des apprenants de tous âges ». Les parcours de professionnalisation et d'information sur les débouchés professionnels dans les dernières années du lycée « doivent également être renforcés pour faire connaître les débouchés professionnels qui correspondent le plus aux aspirations et à la vocation des apprenants ».

Formation aux compétences numériques

Le document souligne en outre l'importance vitale de la formation aux compétences numériques par le biais de programmes d'éducation et de formation adéquats et accessibles pour les enfants et les adultes, quel que soit leur statut socio-économique, adaptés à toutes les capacités (physiques et mentales).

Ces programmes de formation devraient également inclure la sensibilisation aux dangers d'une utilisation excessive d'Internet pour la santé physique et mentale des enfants, ainsi que la prévention des abus sexuels d'enfants en ligne.

Meilleur accès à l'apprentissage tout au long de la vie et à la formation professionnelle

Selon la COMECE, les parents, et surtout les mères, qui prennent un congé parental devraient bénéficier d'un meilleur accès à la formation tout au long de la vie, à la formation professionnelle et à la reconversion professionnelle pour accompagner leur éventuel retour sur le marché du travail et les "soft skills" acquises pendant l'exercice. de soins mieux reconnus.  

De plus, les jeunes issus de milieux socio-économiques défavorisés qui peinent à acquérir les compétences nécessaires pour accéder au marché du travail devraient se voir proposer des stages rémunérés, afin de rendre le marché du travail plus inclusif et équitable.  

Faire en sorte que les compétences des ressortissants de pays tiers soient reconnues sur le marché du travail de l'UE ne doit pas se faire « au détriment de meilleures politiques de requalification et de perfectionnement des NEET (Pas dans l'éducation, l'emploi ou la formation) et les personnes en situation de vulnérabilité, en particulier dans les pays où la pandémie et la guerre en Ukraine eu un impact majeur », indique le journal. 

Investir dans un cycle migratoire équitable et inclusif

Enfin, la COMECE recommande d'investir dans un cycle migratoire équitable et inclusif en coopération avec les prestataires d'enseignement et de formation professionnels pour construire des partenariats durables avec les pays tiers, notamment à travers des programmes d'échange avec l'Afrique.

- Publicité -

Plus de l'auteur

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité -
- Publicité - spot_img

Doit lire

Derniers articles